Vrai-faux : l’Europe et ses fonctionnaires nous coûtent les yeux de la tête

Les réponses à ce cycle sur des idées reçues concernant l’Europe et ses institutions ont été construites par Benjamin Joyeux, Coordinateur de la délégation des députés Verts/ALE français au Parlement européen.

Là encore, si comparaison n’est pas raison, l’Europe est loin de constituer le « gouffre financier » que l’on évoque parfois.

Il faut 140 « petits » milliards d’euros par an (en 2011) pour faire fonctionner l’Union européenne et financer l’ensemble de ses politiques, de la politique agricole commune (PAC) aux fonds de cohésion (destinés aux régions les plus pauvres), du fonds d’indemnisation de la mondialisation (pour les salariés victimes de délocalisations) aux banques alimentaires, etc.Tout cela ne représente qu’à peine 1 % du PIB de toute l’UE.

A titre de comparaison, en France, le budget de l’État représente 18 % de la richesse nationale, et 23 % aux États-Unis, où il paraît pourtant que l’on n’aime pas beaucoup l’État. En outre, l’UE ne consacre que 6 % de son budget aux coûts administratifs et aux salaires des fonctionnaires. Cela en fait une des administrations les plus efficaces du monde. À titre de comparaison, les dépenses de fonctionnement représentaient 14,5 % du budget de l’État français en 2011.

Donc l’UE, en termes de « qualité/prix », est plutôt très « compétitive », contrairement aux idées reçues.

Il y a par ailleurs quelque 44.500 fonctionnaires qui travaillent pour les trois institutions européennes (Parlement, Commission et Conseil) et leur salaire varie de 2500 à plus de 17 000 euros pour les mieux lotis d’entre eux, par ailleurs très peu nombreux. Certes ce sont de très bons salaires, mais les concours sont extrêmement difficiles et sélectifs, en plus de la nécessité d’être polyglotte. De plus, un fonctionnaire bien payé est un bon gage d’incorruptibilité.

Enfin, contrairement à une légende tenace, les fonctionnaires européens payent des cotisations salariales et des impôts : ce sont les employés du FMI, de l’OCDE, de l’ONU ou de l’OTAN qui sont exemptés de taxe.

Une réflexion sur “ Vrai-faux : l’Europe et ses fonctionnaires nous coûtent les yeux de la tête ”

Laisser un commentaire