#Valls : J’aime les agriculteurs (intensifs)

Après « j’aime l’entreprise », rattrapé par un « j’aime les socialistes », voici le tour du « j’aime les agriculteurs » (mais pas tous). La semaine prochaine, si nous faisons un peu de bruit, nous aurons peut-être un « j’aime le bio », mais pour cela, faisons ce bruit.

Ce samedi 6 septembre, le Premier Ministre, Manuel Valls, accompagné du Ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, est venu rencontrer les jeunes agriculteurs en Aquitaine. Il a ainsi pu déclarer :

« Le rôle des pouvoirs publics c’est d’être aux côtés des agriculteurs »

Nous n’irons pas contredire cette déclaration, si ce n’est qu’elle est l’arbre qui cache la forêt. Car quelques jours après la condamnation par la Cour de justice de l’Union européenne de la France pour son incapacité à améliorer la qualité de ses eaux en respectant la directive de 1991 sur les nitrates et les pollutions d’origine agricole, le discours du Premier Ministre est évidemment dicté par le principal syndicat d’agriculteurs intensifs : la FNSEA.

Pour s’en convaincre, il suffit de comparer deux discours :

La FNSEA :

Notre premier Ministre :

Pour ceux qui ont la flemme de tout regarder, voici quelques morceaux choisis :

« Vous êtes des chefs d’entreprise. Je suis très heureux de ce premier échange avec des chefs d’entreprise du secteur agricole. »
« nous ferons bientôt le point avec le ministre Bernard Cazeneuve sur la question du vol du matériel agricole » (?!?!)
« vous êtes des chefs d’entreprise, des chefs d’entreprise singuliers, connectés aux marchés »
« Vous êtes, vous, de vrais écologistes car vous êtes au cœur de la nature. Pour cela il faut s’appuyer sur l’innovation pour promouvoir l’agro-écologie. »
« Mobiliser la ressource en eau est un élément décisif pour l’installation des jeunes agriculteurs, c’est pour cela que nous avons tenu bon au barrage de Sivens. »
« Ma politique est de débloquer ce pays. Il n’est pas possible qu’autant de réglementation entrave ces énergies, la simplification des normes et des réglementations est une priorité. »
« la lutte contre le changement climatique ne doit pas se faire au détriment de la sécurité alimentaire. le gouvernement veillera à ce que les spécificités de notre agriculture soient bien prises en compte. » 
Il est vraiment difficile d’avoir confiance dans un premier Ministre de gauche cédant aussi facilement aux lobbies et, ici, plus particulièrement à celui qui est un des principaux pollueurs de nos cours d’eau.
Un grand merci à Pierre Robine qui a réalisé tout ce travail « documentaire » !

Laisser un commentaire