Top 10 des raisons qui montrent que le FN vous ment

Avec les nouvelles communications, dont les dérives du « consommer-l’info-à-la-va-vite » s’installent dangereusement si on oublie d’y résister, nous avons vu arriver une famille de petits enfants du feu Top 50 so eighties : les classements des x bonnes raisons (Late Show de David Letterman), les flop ten (Ruquier) et autres listes à la Topito, ce site qui tourne en dérision ces listes, justement.

La pensée rapide, si prompte aux conclusions simplettes semblant tellement évidentes est devenue une marque de fabrique de beaucoup de politiques : les fonctionnaires fainéant-es, les intermittent-es privilégié-es, les cheminot-es preneurs-euses d’otages. Mais il est un parti qui en a fait son coeur de métier : afin de cacher soit une pauvreté de réponses aux inquiétudes des citoyen-nes, soit de réels projets plutôt moches à avouer, le FN surfe sur l’idée simple, sur l’affirmation du type « c’est un fait et c’est comme ça ». Alors prenons les à leur jeu et appliquons un top 10 qui montre comment ils nous cachent la vérité.

Cette musique est toujours aussi abjecte.

Numéro 10 : Le FN gère mal

Préférant son dogmatisme à la réalité économique que rencontre une collectivité, un maire FN préfère s’entêter dans ses choix pour sa ville et ne pas ou les adapter ou les oublier. Par le passé, le FN a été à la tête de villes dont les quasi-faillites sont restées des cas d’école : Toulon, Marignane, Vitrolles et Orange. Vues les orientations identiques que prennent les communes gagnées par ce parti aux dernières municipales, il y a fort à parier que l’histoire va pouvoir bégayer.

Numéro 9 : Le FN est contre le progrès

Dans la série des « retour à » et des « sortie de » (Franc, Euro, Europe, frontières, valeurs chrétiennes, entre-soi, France blanche, mondialisation, etc), le FN nous montre qu’il est un vrai parti de réactionnaires. Un exemple probant est venu tout droit de Béziers (si si c’est une mairie FN, malgré la honte du maire à nous le cacher) : le retour de l’uniforme dans les écoles de la ville. D’ailleurs, la couleur est elle-même vieillote, grise comme un matin d’automne.

Numéro 8 : Le FN est vraiment raciste

Dérapages sur les réseaux sociaux, déclarations beaufo-humoristiques du patriarche borgne, crânes rasés (finement cachés dans les défilés d’extrême-droite mais on vous voit !), le FN a beau dire et s’en défendre à grand coup de dédiabolisation : il y a dans le cœur de ce parti une vraie haine pour tout ce qui a une couleur qui ne tire pas vers le visage pâle. Alors certains croient que le racisme est une opinion, mais non non non, c’est un délit car le racisme amène à la mort par détestation.

Numéro 7 : Le FN n’aime pas les femmes

La région Centre en est l’exemple même : nous l’avions déjà évoqué dans un article sur ce blog. Les élu-es écologistes à la région le rappellent également dans un communiqué de presse. Le FN n’aime pas l’égalité femmes/hommes, le FN n’aime pas les femmes autrement que derrière un fourneau, point barre, c’est un fait et c’est comme ça (vous avez vu, ça marche !).

Numéro 6 : Le FN dirige les Illuminatis qui dirigent les Francs-Maçons qui dirigent le lobby gay qui dirige le Monde

Non je blague, entre des Illuminatis n’existant plus, des Francs-Maçons et des LGBT aux pouvoirs surdimensionnés fantasmés, il est très simple de lancer une rumeur complotiste non étayée. C’est d’ailleurs un biais de communication très souvent utilisé dans ce parti.

Numéro 5 : Le FN n’aime pas les pauvres

Désireux d’engranger plus de voix, le FN a décidé de parler aux oubliés. Ces personnes de la campagne, ces gens qui ont du mal à boucler leurs fins de mois, ces citoyen-nes dont on parle peu dans les dîners parisiens, ah oui tiens, c’est vous. Slogans, affiches, campagnes politiques, tout est fait pour donner au FN une image plus à gauche de ce qu’il n’est, transformant la lutte sociale en lutte sociétale, mais on n’y verra que du feu.

Mais le FN aux affaires d’une commune, dont l’action sociale est une compétence importante, montre un autre visage : suppression de la gratuité pour les plus démunis dans les cantinesinterdiction de l’étude surveillée aux enfants de chômeurs, suppressions de subventions à des associations d’aides sociales, les exemples commencent à s’égrainer. Les victimes sont facilement identifiables : les personnes les plus précaires qu’on a dragué pour obtenir leurs voix. D’oubliés, ils passent à super-oubliés, exclus.

Il est intéressant de mettre en parallèle un autre fait : le Maire du Pontet, celui qui ne veut pas aider ces salauds d’pauvres par la gratuité de la cantine, est celui qui s’est augmenté son indemnité de 44% soit un peu plus de 1 000 euros par mois, cela représente plus de 600 repas par mois.

Numéro 4 : Le FN est un des piliers du lobby homophobe

Même si Steeve Briois, maire d’Hénin-Beaumont, est homosexuel, le FN et ses militant-es ont un réel problème avec l’homosexualité.

A Orléans, lors de l’attribution des subventions aux associations en Conseil municipal, les élus FN ont demandé que le vote ne porte pas sur l’ensemble de l’enveloppe des associations mais que chaque attribution soit distinguée afin d’empêcher l’attribution de deniers aux GAGL (Groupe d’Action Gay et Lesbien du Loiret) dont le boulot principal est la lutte contre l’homophobie (travail admirable qu’ils et elles mènent chaque jour).

Refuser une subvention sous prétexte qu’ils sont pédés et elles, gouines, sans compter avec les travelots et autres trucs qu’on sait plus ce que c’est, cela a un nom simple : la LGBTphobie.

Il suffit de suivre, d’ailleurs, les déclarations outrancières sur Twitter d’un des 3 élus FN d’Orléans, pilier actif des Veilleurs qui prient pour nos âmes sur la voie publique, enfin, pour nos âmes hétérosexuelles, blanches et catholiques.

Numéro 3 : Le FN dit NON et ne propose rien de positif

Regardez chaque affiche, écoutez chaque slogan, lisez le site de ce parti : trouvez une seule proposition qui n’a pas sa contrepartie négative, ce n’est pas possible. Le FN passe son temps à dire NON, mais jamais ne propose un projet constructif, qui n’exclut personne. Stigmatisation, refus, autoritarisme, le FN c’est toujours NON.

Exemple parmi tant d'autres
Exemple parmi tant d’autres

Numéro 2 : Quand ça l’arrange, le FN se fait tout petit

Avez-vous remarqué que le retour de Sarkozy n’a pas été commenté ? Entendez-vous la morale FN, si prompte à déferler d’habitude, sur les affaires sordides de l’UMP ? Nous sommes actuellement en plein silence radio.

Mais il est évident qu’il vaut mieux se faire oublier après les dissensions entre papa et fifille, elle qui n’assume pas les propos dangereux d’un père si long à passer la main.

Il ne faut pas faire de remous après l’échec de la tentative de constituer un groupe au Parlement européen : budget en moins, possibilité de proposer des lois en moins, constat d’inutilité d’envoi de député-es nationalistes à Bruxelles (ils ont dit NON à l’Europe, celle ci leur répond).

Alors… Chuuuuuut !

Numéro 1 : Le FN, il est tous pourris

Ce parti adore clamer qu’il est différent. Les autres sont des pourris, qui ne jurent que par l’argent que peu rapporter un mandat (franchement, c’est pas bézef quand on voit le travail à fournir pour un élu, souvent en parallèle d’un autre métier, car on vit mal avec une indemnité de maire d’une commune de 5000 habitants).

Mais le FN essaye de masquer une chose : son rapport à l’argent, surtout gagné de façon plus ou moins légale.

Marine Le Pen est actuellement dans le viseur de la justice par l’intermédiaire de son micro-parti, baptisé « Jeanne ». Cette structure qui gravite autour du FN depuis sa création en 2010, est soupçonnée « d’escroquerie en bande organisée », « faux et usage de faux ».

Le molosse aux pieds d’argile

Ce Top 10, ces raisons sont connues au FN, et même chez eux des personnes ne peuvent plus supporter : au Pontet, par exemple, une démission spectaculaire en plein conseil municipal a eu lieu.

Laisser un commentaire