Mais pourquoi les verts allemands sont si méchants ?

Mais pourquoi les verts allemands sont si méchants ?

Le Monde.fr avec l’AFP, ont sorti ce 6 août une info particulièrement choquante ! Pensez donc, les Verts allemands (Die Grünen) mettent tout leur pays dans l’émoi.

Comme le rappelle l’article, à sept semaines des législatives en pleine période estivale, autant dire au moment des barbecues en famille et entre amis, ces assoiffés de quiétude et de paix que sont les écologistes osent réclamer l’impensable : une journée sans viande hebdomadaire dans les cantines !

Heureusement, que la droite allemande veille et aux vues de ses déclarations n’a rien à envier à la nôtre : elles doivent concourir pour le même trophée (la plus bête du monde, tout ça…).

« Les « éducateurs verts du peuple » ont une vision de la société dans laquelle une minorité décide pour la majorité de la façon dont il faut vivre » répond Michael Fuchs, le vice-président du groupe parlementaire des conservateurs de la chancelière Angela Merkel.

« Qu’est-ce qui va venir après : la journée de la toile de jute, de la bicyclette, du tee-shirt vert ? » a enchaîné Rainer Brüderle, candidat à la chancellerie des libéraux (FDP), partenaires du parti d’Angela Merkel au gouvernement.

Cependant, le quotidien de centre gauche Süddeutsche Zeitung souligne dans un éditorial que l’appel des Verts était bien « inoffensif » au regard de ce qui se passait chaque jour dans les abattoirs.

Finalement, on le comprend assez bien, l’indignation de la droite est assez surjouée, mais que voulez-vous, période électorale oblige.

Mais si pour une fois, les Allemands se disaient qu’ils n’étaient pas obligés d’être LE modèle pour toute l’Europe dans tous les domaines ? Et si ils regardaient à l’extérieur ?

Exemple français : dans le 2ème arrondissement à Paris, c’est la journée sans viande à la cantine chaque mardi depuis janvier 2009. Les enfants sont toujours vivants et les parents plutôt satisfaits.

Exemple belge : A Bruxelles, le jeudi c’est Veggie ! Depuis mai 2009, la ville de Gand encourage ses citoyens à participer au Donderdag Veggiedag. (Jeudi Veggie). Ils ont toujours des dents.

Pourquoi diminuer ou arrêter sa consommation de viande, se demanderont certains. Beaucoup de raisons citoyennes ou de valeurs personnelles existent. Mais nous pouvons également ajouter le pragmatisme économique et écologique :

Les impacts environnementaux de la production de viande sont principalement une consommation dl’eau et d’énergie, un risque de dégradation de la qualité de l’eau, une substitution des forêts par des prairies ou des prairies par des cultures annuelles. Certaines sources évoquent aussi une plus forte contrainte sur les territoires, une réduction de la biodiversité et une production de gaz à effet de serre, bien que ces données soient controversées.

Alors au pays de l’Eisbeinfleisch et des wurst de tout et de n’importe quoi *, la droite a quand même entamé la sortie du nucléaire, alors faire une journée hebdo sans viande, cela va faire tomber la civilisation allemande ?

* Je ne suis pas très fort en charcuterie allemande : je suis allé cherché des noms exotiques sur des sites plus gras les uns que les autres.
A table ! Vegan cook…

A table ! Vegan cook…

Au hasard de mes pérégrinations twittesques (oui, oui je lis aussi, je ne fais pas que bavasser), soudain est apparu un RT (Re-Tweet) vantant les mérites d’un blog compilant des recettes véganes et végétariennes.

Le végétarisme, tout le monde connait, mais le véganisme adopte un aspect plus engagé :

Le véganisme (ou veganisme) est un mode de vie fondé sur le refus de l’exploitation et de la cruauté envers les animaux. Au-delà de l’adoption d’un régime alimentaire végétalien, le véganisme exclut la consommation de tout produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux (cuir, fourrure, laine, soie, cire d’abeille, cosmétiques, loisirs, etc.). Par rapport au végétarisme et au végétalisme, qui désignent stricto sensu des régimes alimentaires, le véganisme vise plus largement un mode de vie rattaché à des choix moraux et politiques, comme ceux du mouvement des droits des animaux. (Définition Wikipedia).

Je ne suis ni végane ni végétarien, mais je fais tout de même attention à ma consommation de viande, en raison des impacts sur notre mode de vie et notre environnement, et également, comme la majorité des gens, en raison du coût de la consommation carnivore. D’ailleurs, avec un ami, grand bouffeur de « patate-bifteck », nous nous réjouissions du fait de l’augmentation du prix : la consommation d’un rôti redevenant rare, donc festif, donc convivial, donc plus appréciable après ces années de vulgarisations du filet de bœuf, du gigot ou du foie gras.

Mais revenons à nos moutons (même si avec le gigot nous n’étions pas si loin, c’était une vanne non végane).

Curieux, donc, je suivais le lien conseillé par le twittos et découvrais qu’être végane ou végétarien (en fait je le savais déjà mais c’est pour l’effet de style) n’obligeait pas à manger des trucs tristes et fades.

Alors je vous laisse apprécier ce site : http://www.gourmet-vegetarien.com/

Sur la droite du site, vous remarquerez le système de recherche de recettes par tri simple (Végétarien, Végane, sans gluten, etc.).

Vous voulez aller plus loin ? Alors franchissez le pas, en allant ici : http://www.jeunesvegetaristes.fr/ (visitez le site même si vous êtes vieux)

Article en petit clin d’œil à mes végétariens/véganes préférés : Estelle et Arnaud.