En Centre – Val de Loire : une droite géographiquement perdue

En Centre – Val de Loire : une droite géographiquement perdue

Depuis quelques jours, un feuilleton fait les choux gras du pure player régional Mag Centre.

La droite va-t-elle réussir à s’allier afin d’être une armée bien ordonnée, le petit doigt sur la couture du pantalon ? En ces temps peu enclins à un succès des gauches et des écologistes, n’importe quel stratège conseillerait à l’UMP, à Les Républicains et l’UDI un accord en bonne et due forme.

Lire la suite

Sarkozy : une victoire à modérer mais une info sur le nombre d’adhérents

Sarkozy : une victoire à modérer mais une info sur le nombre d’adhérents

A vingt heures, il va parler. Sur son média préféré, TF1, le Napoléon attendu de la droite UMP est de retour : sonnez hautbois, résonnez trompettes !

Les éléments de langages ont été portés depuis la veille, dès le résultat connu, par ses fidèles, ses amis, ses ténors : une victoire nette, encourageante, une légitimité, il n’y a pas d’autres mots. Pas si sur…

Lire la suite

Le sondage qui fait peur mais qui devrait faire réfléchir

Le sondage qui fait peur mais qui devrait faire réfléchir

Le magazine Marianne en fait sa une pour cette semaine, en ayant commandé un sondage à l’IFOP : dans le cas d’une élection présidentielle ces jours-ci, Marine Le Pen serait en tête à l’issue du premier tour, le candidat socialiste, quel qu’il soit (Hollande, Valls ou Montebourg) serait systématiquement éliminé, laissant un duel Sarkozy-Le Pen. Un nouveau 21 avril serait d’actualité, et bien des voix des gauches et des écologistes seraient tiraillées sur un choix impossible pour elles, une démission, se traduisant par une abstention des gauches, serait alors tout à fait possible.

Lire la suite

Posez cet arbre là, qu’il nous cache la forêt…

Posez cet arbre là, qu’il nous cache la forêt…

Après un week-end de soutien à Notre Dame des Landes, stupeur hier soir parmi les écolos, notre bon maire de Grenoble, Eric Piolle, serait fondateur-actionnaire d’une société qui ferait de la fuite fiscale vers des paradis fiscaux selon Europe 1 et LeLab d’Europe 1.

Lire la suite

Petit bestiaire subjectif, bête et méchant du troll politique

Petit bestiaire subjectif, bête et méchant du troll politique

Pour les non familiers des réseaux sociaux en particulier, et de tout l’internet en général, une petite définition du Troll s’impose et comme d’hab, on fait la feignasse, on fonce sur Wikipedia :

Lire la suite

Quand vous mentez, soyez discrets quand même… #PS #UMP #FN

Quand vous mentez, soyez discrets quand même… #PS #UMP #FN

La surenchère des pieux mensonges est lancée. Les citoyens, avec les multiples retournements d’avis de François Hollande, ont l’habitude maintenant. Malheureusement, en émettant ces pseudo-promesses, plus que de se dévaloriser, les partis qui en usent donnent du grain à moudre au moulin du tous pourri.

Nul n’est absent dans cette foire aux bobards…

Lire la suite

Foi de cadencier, UMP, pourquoi venir me draguer ?

Foi de cadencier, UMP, pourquoi venir me draguer ?

Depuis deux matins, l’équipe du député-maire d’Orléans investit la gare d’Orléans afin de venir draguer ce qu’on appelle familièrement les cadenciers, ces personnes qui, habitant la proche région d’Orléans, prennent chaque matin le train pour rejoindre leur travail en région parisienne.

Cette opération séduction, toute naturelle en période de campagne électorale pour les municipales, a le don de quelque peu me laisser un goût amer.

En effet, nous, cadenciers, avons du supporter, et supportons toujours, un plan de réorganisation de la SNCF conduit et défendu par la précédente majorité présidentielle dans un but de rentabilisation.

Les collectifs AUTTOP-Centre et Gares Val de Loire se sont battus qui pour conserver les dessertes des « petites » gares (Saint Ay, Beaugency, etc.), qui contre la diminution des dessertes d’Orléans et la suppression de la navette Les Aubrais-Orléans remplacée par le tramway dont la fréquence est exécrable en fin de journée, heure tardive où souvent rentre un cadre cadencier. 

Certaines revendications ont pu être satisfaites, mais le service dit public s’est vu se dégrader non seulement par une réorganisation qui se grippe à la moindre avarie, mais également par un non-entretien du matériel et des voies qui a abouti au traumatisant accident de Brétigny.

Depuis 2008, l’Etat récupère des billes en tant qu’actionnaire par un versement de dividendes ainsi :

  • Exercice 2007 : 131 millions d’euros,
  • Exercice 2008 : 183 millions d’euros,
  • Exercice 2009, rien n’a été versé car l’entreprise avait fait des pertes,
  • 69 millions pour 2010,
  • 199 millions pour 2011.

Au total, les dividendes versés par la SNCF s’élèvent donc à quelque 790 millions d’euros.

Des millions d’Euros qui ont manqué pour la rénovation du réseau, du matériel, des choix budgétaires dont les victimes ont été le service public et l’usager.

Mais si l’agglomération et la ville d’Orléans avait également su répondre à l’arrivée, nous n’aurions pas eu une amplification de cette dégradation. En effet, même si nous pouvons noter des améliorations qui au bilan paraissent pour cosmétiques, la gestion des transports alternatifs à la voiture n’est pas le fort de la droite : prenons l’exemple des Vélo+ qui ne sont en rien complémentaires au bus ou tram puisque leur implantation suit les lignes plutôt que d’en devenir un appui.

Alors venir ainsi me draguer au petit matin en me tendant le tract de l’ancienne majorité en partie responsable de mes galères quotidiennes, un tract qui vante l’arrivée d’un hypothétique TGV au coût exorbitant, donc à l’investissement plutôt compromis, un TGV qui fait disparaître les petites gares, supprime les lignes régulières et fait augmenter les tarifs, venir ainsi me voir m’agace quelque peu. Et surtout, je ne vote pas à Orléans, mais dans l’agglomération. Et je devrai supporter les choix non concertés de la grande ville, et non celle d’un programme d’agglo.

Monsieur Copé, et l’UMP, arrêtez de nous prendre pour des gogos…

Monsieur Copé, et l’UMP, arrêtez de nous prendre pour des gogos…

Après la diffusion par Le Point d’un article accablant pour la gestion de l’UMP par Jean-François Copé, ce dimanche, le patron du premier parti de droite semblait vouloir créer l’évènement : rendez-vous lundi dès 11h pour une déclaration solennelle. Il n’en était pas dit plus, le teasing se mettait en marche.

Les rédactions l’attendaient, les politiques de tous bords observaient : qui dit « solennelle » sous-entend importance extrême de la déclaration.

11h, c’est parti… Enfin, non, pas tout à fait, problème technique à l’UMP, la conférence de presse est reportée à 11h45. Bon, quand rien ne marche, tout va mal.

Mais en fait c’est à 11h32 que le grand show commence.

Après une diatribe paranoïaque sur le thème du « je suis victime d’un complot ». Arrive le temps des propositions de Copé (enfin, nous attendons une opposition constructive depuis trop longtemps !) que nous allons ainsi énumérer :

La mise à « disposition de l’intégralité de la comptabilité » de l’UMP

Mais Monsieur Copé, c’est déjà fait, ne vous tracassez pas. Un organisme public a mission de contrôler cela : la Commission Nationale des Comptes de Campagne et de Financement Public (CNCCFP) dont on peut trouver en suivant ce lien, les attributions et les compétences : http://www.cnccfp.fr/index.php?art=685.

D’ailleurs, les comptes, le patrimoine sont consultables ici, comme la loi l’oblige à chaque parti politique : http://www.data.gouv.fr/fr/dataset/comptes-des-partis-et-groupements-politiques.

Une proposition de loi exigeant la transparence financière de tous les partis depuis 2007

Déjà, pourquoi seulement depuis 2007 ? Nous serions très intéressés de réviser les comptes de Messieurs Balladur et Chirac en leur temps…

Malgré toutes les déclarations de Monsieur Copé, la main sur le coeur, l’auréole accrochée au dessus de la tête, il est un point qu’il va avoir du mal à nous expliquer. Pourquoi proposer une telle loi lorsqu’on a tout fait pour les rejeter en leurs temps ? Ainsi en décembre 2011, l’Assemblée nationale avait rejeté deux propositions de loi présentées par François de Rugy (Europe Ecologie-Les Verts) sur la transparence de la vie publique et la prévention des conflits d’intérêts. L’UMP, dont Monsieur Copé, a voté contre.

Je souhaite personnellement que nous, écologistes, soutenions ce projet de loi, évidemment amendée afin de ne pas tomber dans la tartuferie cosmétique, ainsi, il ne sera pas fait exception de ces micros-partis, véritables maillons d’une chaîne de financements limites des grands partis politiques.

Tous les organes de presse, qui bénéficient d’une fréquence publique pour émettre, ou touchent des subsides publics doivent être soumis à la même règle

Mais nous disons chiche ! Le Figaro en tête. Et effectivement, nous pourrons alors sourire de ces journaux qui titrent sur les assistés alors qu’ils sont eux-mêmes aidés.

Il est évident que cela n’aura échappé à personne : Jean-François Copé cède, une fois de plus, à la loi du Talion : tu m’embêtes, je me venge. Le Point est ciblé, mais pour ne pas que cela se voit de trop, on élargit à toute la presse. Non, mais on n’a vu.

Au final, ce teasing de dimanche soir pour accoucher à un numéro de rien sur fond de néant était bien inutile, si ce n’est de faire diversion. En attendant, on peut réviser les coûts des meetings de la campagne présidentielle de 2012 pour l’UMP, en s’intéressant à un des moins chers (Ormes, Loiret, 67 000€), qui, selon des témoignages dans cet article de Mag’Centre, reste encore trop cher pour la prestation proposée.

Mais au fait, avant de proposer des lois sur la moralisation de la vie politique, pourquoi ne pas respecter celles existante ? Comme celle sur la parité lors d’élection dont le non respect a valu une forte amende de 1,2 millions d’Euros à l’UMP.

En complément, lisez cette analyse de Pierre Januel : http://blogs.lexpress.fr/cuisines-assemblee/2014/03/03/les-propositions-de-loi-de-jeaen-francois-cope/

Faut-il demander la dissolution des partis qui ont été vus dans des manifs violentes ?

Faut-il demander la dissolution des partis qui ont été vus dans des manifs violentes ?

La manifestation avait commencé dans le calme et pourtant horreur : des incidents ont éclatés opposants des manifestants venus pour en découdre et les forces de l’ordre.

Photo AFP/KENZO

Les images sont violentes, nous avons bien à faire à des groupuscules venus délibérément en découdre, assoiffés de haines et de violences.

https://www.youtube.com/watch?v=A6XcErjZJ00

Parmi les leaders politiques, aucun n’a osé demander la dissolution des partis politiques qui ont soutenu ces manifestations. Tout simplement parce que les raccourcis simplistes sont le terreau du populisme.

Aujourd’hui ? Oh nous croisons sur les réseaux sociaux des UMP décomplexés demandant la dissolution d’EELV. On les savait bêtes et méchants, mais à chaque trouvaille, ils nous épatent toujours.

 

De bien mauvais cathos à l’UMP…

De bien mauvais cathos à l’UMP…

Malgré le fait que ces gens-là hurlaient, pendant le débat sur le Mariage pour toutes et tous, que le Gouvernement ne devait pas perdre de temps sur ces questions d’égalité face aux problèmes économiques, les re-voilà sur le même sujet.

C’est à croire que l’homosexualité est un sujet qui les pré-occupe tant que ça pour qu’ils décident de légiférer pour cadrer « toutes ces saloperies ».

Photo WITT/SIPA

Quatorzième législature, enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 8 janvier 2014, voici en substance la dernière trouvaille des habituels parangons du combat pour la vertu et les bonnes mœurs en milieu bourgeois et catholique, j’ai nommé :

Annie GENEVARD, Philippe GOSSELIN, Michel VOISIN, Frédéric REISS, Marc LE FUR, Sauveur GANDOLFI-SCHEIT, Fernand SIRÉ, Claude de GANAY, Jacques LAMBLIN, Jean-Pierre DECOOL, Étienne BLANC, Charles de LA VERPILLIÈRE, Lionnel LUCA, Céleste LETT, Hervé MARITON, Patrick HETZEL, Michel TERROT, Jacques MYARD, Claude STURNI, Yannick MOREAU, Véronique LOUWAGIE, Gérald DARMANIN, Paul SALEN, Dominique DORD, Jean-Frédéric POISSON, Guy GEOFFROY, Nicolas DHUICQ, Michel HEINRICH, Guénhaël HUET, Philippe Armand MARTIN, Yves NICOLIN, Laurent FURST, Philippe LE RAY, Dominique TIAN, Jean-Luc MOUDENC, Patrice MARTIN-LALANDE, Alain MOYNE-BRESSAND, François de MAZIÈRES, Thierry MARIANI et Valérie LACROUTE

(cherchez pas, tous UMP)

Ces personnes proposent d’inséminer de préciser, de-ci de-là, dans diverses lois (Bioéthique, respect du corps humain, don et à utilisation des éléments et produits du corps humain, à l’assistance médicale à la procréation et au diagnostic prénatal, etc.), le texte suivant : « Est pareillement interdite toute intervention ayant pour but de concevoir un enfant à la demande de deux personnes de même sexe. »

Sous le motif que :

Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine.

Toute pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est interdite.

Est interdite toute intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée.

Sans préjudice des recherches tendant à la prévention et au traitement des maladies génétiques, aucune transformation ne peut être apportée aux caractères génétiques dans le but de modifier la descendance de la personne.

C’est alors qu’intervient de façon bien astucieuse la trouvaille du sieur Francescu Garoby, un camarade écologiste, mais ne dévoilons pas tout trop vite…

Qu’est-ce qu’une intervention ?

Et bien, ouvrons le Larousse et… Oh, une définition plus particulièrement axée sur le droit :

  1. Action d’intervenir dans une instance pendante. (celui ou celle qui a rit à cette définition est bien mal intentionné-e) Elle a pour résultat soit l’opposabilité de la décision au tiers intervenant, soit une condamnation à son encontre ou à son profit. 
  2. Acte illicite d’un État ou d’une organisation internationale qui porte atteinte à l’exclusivité de la compétence d’un autre État. (En vertu du principe coutumier de non-intervention, confirmé par une déclaration de l’O.N.U. en 1965, l’intervention est interdite, sauf si elle est expressément prévue par un accord ou demandée par l’État qui la subit.)

Ah oui, euh, bon, pas génial… Alors prenons la définition du mot commun : Action, rôle, effet de quelque chose dans un processus.

Donc le principe de la reproduction vivipare, sous entend qu’il doit y avoir l’intervention de papa sur maman et réciproquement. Nous avons donc bien une intervention.

Mais si les gamètes de papa et maman se sentent d’être ce jour là hyper productifs et que l’ovule une fois fécondé nous réserve la surprise de produire de vrais jumeaux, nous sommes bien dans un cas d’une intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée. La copulation pour enfanter de façon désirée est un but.

Que préconiseront donc alors ces député-es, puisqu’il y a interdiction par la loi ? Un avortement ?

Cela ne va pas plaire à leur électorat…

Article paru initialement sur mon blog perso

, dans diverses lois (Bioéthique, respect du corps humain, don et à utilisation des éléments et produits du corps humain, à l’assistance médicale à la procréation et au diagnostic prénatal, etc.), le texte suivant : « Est pareillement interdite toute intervention ayant pour but de concevoir un enfant à la demande de deux personnes de même sexe. »

Sous le motif que :

Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine.

Toute pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est interdite.

Est interdite toute intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée.

Sans préjudice des recherches tendant à la prévention et au traitement des maladies génétiques, aucune transformation ne peut être apportée aux caractères génétiques dans le but de modifier la descendance de la personne.

C’est alors qu’intervient de façon bien astucieuse la trouvaille du sieur Francescu Garoby, un camarade écologiste, mais ne dévoilons pas tout trop vite…

Qu’est-ce qu’une intervention ?

Et bien, ouvrons le Larousse et… Oh, une définition plus particulièrement axée sur le droit :

  1. Action d’intervenir dans une instance pendante. (celui ou celle qui a rit à cette définition est bien mal intentionné-e) Elle a pour résultat soit l’opposabilité de la décision au tiers intervenant, soit une condamnation à son encontre ou à son profit. 
  2. Acte illicite d’un État ou d’une organisation internationale qui porte atteinte à l’exclusivité de la compétence d’un autre État. (En vertu du principe coutumier de non-intervention, confirmé par une déclaration de l’O.N.U. en 1965, l’intervention est interdite, sauf si elle est expressément prévue par un accord ou demandée par l’État qui la subit.)

Ah oui, euh, bon, pas génial… Alors prenons la définition du mot commun : Action, rôle, effet de quelque chose dans un processus.

Donc le principe de la reproduction vivipare, sous entend qu’il doit y avoir l’intervention de papa sur maman et réciproquement. Nous avons donc bien une intervention.

Mais si les gamètes de papa et maman se sentent d’être ce jour là hyper productifs et que l’ovule une fois fécondé nous réserve la surprise de produire de vrais jumeaux, nous sommes bien dans un cas d’une intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée. La copulation pour enfanter de façon désirée est un but.

Que préconiseront donc alors ces député-es, puisqu’il y a interdiction par la loi ? Un avortement ?

Cela ne va pas plaire à leur électorat…