La crise au PS ne doit pas être importée chez les écolos

La crise au PS ne doit pas être importée chez les écolos

EELV a-t-elle vocation à accueillir toute la misère du PS ?

Il n’est pas crédible que ce soit dans un réflexe altermondialiste que ce tweet soit parti du compte des député-es écologistes :

Clipboard01

Lire la suite

Le sondage qui fait peur mais qui devrait faire réfléchir

Le sondage qui fait peur mais qui devrait faire réfléchir

Le magazine Marianne en fait sa une pour cette semaine, en ayant commandé un sondage à l’IFOP : dans le cas d’une élection présidentielle ces jours-ci, Marine Le Pen serait en tête à l’issue du premier tour, le candidat socialiste, quel qu’il soit (Hollande, Valls ou Montebourg) serait systématiquement éliminé, laissant un duel Sarkozy-Le Pen. Un nouveau 21 avril serait d’actualité, et bien des voix des gauches et des écologistes seraient tiraillées sur un choix impossible pour elles, une démission, se traduisant par une abstention des gauches, serait alors tout à fait possible.

Lire la suite

Posez cet arbre là, qu’il nous cache la forêt…

Posez cet arbre là, qu’il nous cache la forêt…

Après un week-end de soutien à Notre Dame des Landes, stupeur hier soir parmi les écolos, notre bon maire de Grenoble, Eric Piolle, serait fondateur-actionnaire d’une société qui ferait de la fuite fiscale vers des paradis fiscaux selon Europe 1 et LeLab d’Europe 1.

Lire la suite

Petit bestiaire subjectif, bête et méchant du troll politique

Petit bestiaire subjectif, bête et méchant du troll politique

Pour les non familiers des réseaux sociaux en particulier, et de tout l’internet en général, une petite définition du Troll s’impose et comme d’hab, on fait la feignasse, on fonce sur Wikipedia :

Lire la suite

Quand vous mentez, soyez discrets quand même… #PS #UMP #FN

Quand vous mentez, soyez discrets quand même… #PS #UMP #FN

La surenchère des pieux mensonges est lancée. Les citoyens, avec les multiples retournements d’avis de François Hollande, ont l’habitude maintenant. Malheureusement, en émettant ces pseudo-promesses, plus que de se dévaloriser, les partis qui en usent donnent du grain à moudre au moulin du tous pourri.

Nul n’est absent dans cette foire aux bobards…

Lire la suite

Communiqué de presse #EELV Orléans : avec le #PS à Orléans

Communiqué de presse #EELV Orléans : avec le #PS à Orléans

Dans la perspective des élections municipales 2014, les militants Europe Écologie – Les Verts d’Orléans ont été consultés ce mardi 2 juillet quant à la configuration de la campagne électorale la plus à même de remettre la ville d’Orléans sur les rails d’une politique locale conciliant avec efficacité et ambition les enjeux écologiques, économiques, sociaux et citoyens.

Soucieux de permettre une décision centrée sur un projet concret pour notre ville plutôt que sur des considérations politiques nationales, le groupe EELV d’Orléans a fait délibérément le choix de soumettre cette décision aux militants aussitôt que possible, après plusieurs mois de réflexion en groupe de travail sur les grandes lignes thématiques qui permettront de rompre avec la politique de la majorité municipale actuelle.

C’est sur ces bases programmatiques et leur compatibilité avec les aspirations de l’équipe de campagne socialiste que les militants écologistes étaient appelés à se prononcer.

EELV Orléans se félicite d’avoir mené ce travail préalable et d’avoir permis un choix en dehors de la précipitation et des atermoiements des dernières semaines de campagne électorale.

À l’issue de ce vote, le principe de la participation à une liste d’alliance avec le Parti Socialiste a été validé.

Au sein de ce rassemblement, nous défendrons les lignes directrices élaborées au cours des ateliers de travail thématiques, et contribuerons avec enthousiasme et ambition à bâtir un projet municipal qui rendra Orléans plus solidaire et plus dynamique, dans le respect de chacun, dans le respect de tous.

EELV Orléans – Jean-Philippe Grand

#EELV #PS : amours et désamours

#EELV #PS : amours et désamours

Les personnes qui me suivent sur les réseaux sociaux doivent se demander quel jeu schizophrène je mène.

Mardi soir sur Twitter, de retour d’une réunion concernant les municipales au sein d’EELV Orléans, réunion a priori si attendue, je partageais :

Et pourtant, dans le même temps, je m’indignais, comme mes ami/es écolos, de la façon dont François Hollande « remerciait » Delphine Batho et, ainsi, envoyait une très mauvaise image quant au traitement de nos préoccupations dans la transition énergétique :

Clipboard01

Et je me réjouissais de la construction d’une liste autonome sur Nantes :

Mais alors, le lecteur va se dire : il aime bien ou pas les socialistes cet écolo ? Ah, cher lecteur, si la vie était si binaire, il y aurait les méchants et les gentils et la politique serait plus simple…

Il ne faut pas être un grand observateur politique pour détecter que le PS qui a emmené François Hollande à l’Elysée, avec l’aide de toute la gauche, il serait bon de ne pas l’oublier, donc que ce PS n’est pas ce qu’il y a de plus chaleureux avec les écologistes… et réciproquement. Mais le PS, comme EELV, est il un et indivisible ? Le militant de chacun des partis est-il formaté ?

Evidemment, et heureusement, que non ! On le sait, du coté des écologistes, certains, en minorité, pensent que nous ne devions pas être au gouvernement, et continue à instiller le fait que nous devrions en sortir. Il est d’ailleurs amusant de constater qu’on retrouve souvent les plus beaux parangons de cette tendance dans des exécutifs locaux, au coté de ces vilains socialistes… Comme le Front de Gauche, ah bah oui, tiens, gentil de le signaler, je n’y avais pas pensé.

Du coté des socialistes, il en est de même. Certains sont des vecteurs, pour nous, de dissensions, ils peuvent jusqu’à représenter ce que nous combattons : cumul des mandats, hégémonisme à gauche, baronnies locales, nucléocrates, amoureux du libéralisme, pur productivistes, traîtres à la signature donnée, j’en passe et des meilleures ! Mais bien heureusement, depuis Jaurès, le socialisme français n’a pas complètement glissé sur sa droite.

Nous n’oublions pas, nous les écologistes, qu’un accord nous lie au PS, un accord signé en toute sagesse avec la direction socialiste de l’époque : Martine Aubry. Une époque où le PS s’intéressait à l’écologie, ou le choc de Fukushima avait secoué chaque adhérent/e, une époque où les roses s’intéressaient aux emplois que peut créer la transition énergétique.

Mais pour le moins observateurs d’entre nous, je préfère rappeler que ce n’est pas Martine Aubry la Présidente de la République. Pour ceux qui sortiraient à peine d’un sommeil de deux ans, le premier Ministre est un monsieur qui veut imposer un grand projet inutile à Notre Dame des Landes. Et parfois un Ministre d’un autre siècle à faconde ampoulée n’hésite pas à braver les engagements en essayant de persuader que le toxique nucléaire est l’avenir ou que l’exploitation des schistes serait une chose merveilleuse au mépris de nos sols et de notre sécurité.

Alors évidemment, certains en font les frais. Ayrault s’entête avec son aéroport inutile et coûteux ? Alors ses petits camarades pleurent en faisant des moues vexées. Et oui, on part en autonome à Nantes, fallait s’y attendre non ? En tout cas, du côté d’EELV, chaque adhérent surveillait la Loire-Atlantique avec un œil sévère.

Mais tous les socialistes ne sont pas des soutiens de Jean-Marc Ayrault. Lorsqu’on explique à un militant tout l’aspect PPP de l’aéroport, on peut lire dans ses yeux comme un doute.

Alors oui, il existe encore une âme chez certains socialistes, tout n’est pas perdu. Et on peut en trouver à tous les échelons, rassurez-vous. Alors oui, il existe des socialistes qui vous écoutent, réfléchissent, voient la compatibilité avec leurs valeurs personnelles. Alors oui, il existe des socialistes avec qui le projet commun est possible, voilà pourquoi nous sommes unis dans des oppositions comme dans des majorités, et nous sommes tellement en confiance avec eux que nous sommes capables d’envisager qu’ils puissent parfois se tromper mais revenir dans vers le bon chemin, la bonne route, mais pas l’autoroute. Alors oui, je le redis :

Et comme déclarait Sergio Coronado, député EELV, sur ITélé, il y a peu : « La gauche divisée ça ne va pas très loin, mais la gauche rassemblée, doit l’être sur des questions de fond ».

Hou les mauvais joueurs !

Hou les mauvais joueurs !

prix_mauvais_joueurVilleneuve sur Lot : dimanche 16 juin, comme un goût de 21 avril…

Le candidat PS a été définitivement écarté du second tour et on se retrouve avec une finale UMP/FN.

Il est évident que dans ces moments là, une analyse de la catastrophe doit être faite afin d’en éviter une prochaine similaire. Et l’analyse peut commencer par les chiffres : l’UMP a obtenu 28,71% des suffrages, le FN, 26,04%, et le PS échoue à 23,69%. Et tout à coup la solution saute aux yeux des plus fins analystes solfériniens : un FDG à 5,08% et un EELV à 2,78%, si j’additionne, que je retiens un et que j’ajoute l’âge du capitaine, c’est évident, le candidat du PS était au second tour.

Voici le raisonnement qui a pu être entendu, dans la bouche de militants anonymes comme dans celles de ténors comme Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, de Harlem Désir, premier secrétaire du PS, mais vite rattrapé par le premier Ministre Jean-Marc Ayrault.

Ouf ! Monsieur le premier Ministre a remarqué une chose : le PS, le FDG et EELV sont trois partis distincts. Mais nous étions sur la bonne voie, après la déclaration hégémonique de Le Roux, tout à coup les socialistes se sont rappelés que le FDG, c’était pas le meilleur copain en ce moment. Bon, que diantre, oublions les et retournons nous vers les verts, et tapons leur dessus (erreur de comm en tentative de gommage, mais on vous a vu !).

Oui, mais. Car il y a un « oui mais ». Pour ces législatives, il y a eu un accord entre le PS et EELV. Et celui-ci est simple : des circonscriptions d’union et des circonscriptions où on peut tous y aller. Accord signé, promis, juré, cochon qui s’en dédit.

Ah, les accords avec le PS : que de belles chimères. Nous en avons à foison de ces exemples de respect de la signature donnée.

Prenons un exemple très simple. Lyon, législatives 2012. Un accord est signé entre le PS et EELV pour une candidature commune. Mais cela ne convient pas au sieur Collomb, potentat local aux multiples casquettes, archétype même de ce que le peuple exècre en politique : le baron cumulard. Ce monarque local décide de lui même si un accord collectif lui convient ou pas, comme nous pouvons nous en rappeler lors de ses insultes à Philippe Meirieu, candidat EELV sur le Rhône.

Un autre petit exemple ? Ma région ne fut pas en reste : le Centre.

Le candidat désigné par EELV et le PS pour la deuxième circonscription d’Indre et Loire était Christophe Rossignol. Mais c’était sans compter avec Isabelle Gaudron, vice-présidente PS de la Région Centre, adjointe au maire d’Amboise. Elle présenta sa candidature aux législatives sur cette circonscription. Une candidature dissidente à gauche, une fois de plus.

Alors certes, le socialiste à œillère ne verra pas tout ceci, il préférera se lamenter sur la montée du Front national. Il nous dira que nous sommes tous responsables, et il aura raison : depuis 2002, nous avons tous baissé les bras sur la question de l’extrémisme et avons laissé le terrain à l’opération « nettoyage et blanchiment » du FN, amplifiée par des discours irresponsables venant de droite (identité nationale, pain au chocolat, ligne Buisson, etc.).

Mais il est une chose qu’il ne faudrait oublié : sans affaire Cahuzac, il n’y aurait eu de législative partielle du coté de Villeneuve sur Lot. Et c’est bien là le nœud du problème.

A tous les mauvais joueurs, à tous les oublieux de la réalité, méditez bien Confucius :

« Le sage se demande à lui-même la cause de ses fautes, l’insensé le demande aux autres. »

(Merci à Pierre Minnaert et Enzo Poultreniez pour la citation)

Et surtout, vous, nous, les politiques, n’oublions jamais de prendre nos responsabilités, c’est là que veulent nous voir les citoyens : dans l’engagement, pas dans la fuite et la mauvaise foi. C’est souvent cette locution que l’on emploie : le courage politique.

PS – Mariage pour tous, la pétition de conscience

PS – Mariage pour tous, la pétition de conscience

Lorsqu’une association, un groupement de personnes ou toute autre organisation engagée dans la vie citoyenne veut attirer l’attention sur un problème particulier, il existe un moyen factuel : la réunion d’un grand nombre de signatures par une pétition.

Même si il est arrivé à tout le monde de signer à la va-vite un texte lu en diagonale que ce soit un dimanche matin, sur un marché, à l’appel d’une ONG ou en ligne, sur Internet, parce qu’on est « bien d’accord » avec la revendication, la signature n’est pas anodine : elle engage le citoyen dans une revendication et elle sera communiquée au(x) destinataire(s) de celle-ci.

Lire la suite