De bien mauvais cathos à l’UMP…

De bien mauvais cathos à l’UMP…

Malgré le fait que ces gens-là hurlaient, pendant le débat sur le Mariage pour toutes et tous, que le Gouvernement ne devait pas perdre de temps sur ces questions d’égalité face aux problèmes économiques, les re-voilà sur le même sujet.

C’est à croire que l’homosexualité est un sujet qui les pré-occupe tant que ça pour qu’ils décident de légiférer pour cadrer « toutes ces saloperies ».

Photo WITT/SIPA

Quatorzième législature, enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 8 janvier 2014, voici en substance la dernière trouvaille des habituels parangons du combat pour la vertu et les bonnes mœurs en milieu bourgeois et catholique, j’ai nommé :

Annie GENEVARD, Philippe GOSSELIN, Michel VOISIN, Frédéric REISS, Marc LE FUR, Sauveur GANDOLFI-SCHEIT, Fernand SIRÉ, Claude de GANAY, Jacques LAMBLIN, Jean-Pierre DECOOL, Étienne BLANC, Charles de LA VERPILLIÈRE, Lionnel LUCA, Céleste LETT, Hervé MARITON, Patrick HETZEL, Michel TERROT, Jacques MYARD, Claude STURNI, Yannick MOREAU, Véronique LOUWAGIE, Gérald DARMANIN, Paul SALEN, Dominique DORD, Jean-Frédéric POISSON, Guy GEOFFROY, Nicolas DHUICQ, Michel HEINRICH, Guénhaël HUET, Philippe Armand MARTIN, Yves NICOLIN, Laurent FURST, Philippe LE RAY, Dominique TIAN, Jean-Luc MOUDENC, Patrice MARTIN-LALANDE, Alain MOYNE-BRESSAND, François de MAZIÈRES, Thierry MARIANI et Valérie LACROUTE

(cherchez pas, tous UMP)

Ces personnes proposent d’inséminer de préciser, de-ci de-là, dans diverses lois (Bioéthique, respect du corps humain, don et à utilisation des éléments et produits du corps humain, à l’assistance médicale à la procréation et au diagnostic prénatal, etc.), le texte suivant : « Est pareillement interdite toute intervention ayant pour but de concevoir un enfant à la demande de deux personnes de même sexe. »

Sous le motif que :

Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine.

Toute pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est interdite.

Est interdite toute intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée.

Sans préjudice des recherches tendant à la prévention et au traitement des maladies génétiques, aucune transformation ne peut être apportée aux caractères génétiques dans le but de modifier la descendance de la personne.

C’est alors qu’intervient de façon bien astucieuse la trouvaille du sieur Francescu Garoby, un camarade écologiste, mais ne dévoilons pas tout trop vite…

Qu’est-ce qu’une intervention ?

Et bien, ouvrons le Larousse et… Oh, une définition plus particulièrement axée sur le droit :

  1. Action d’intervenir dans une instance pendante. (celui ou celle qui a rit à cette définition est bien mal intentionné-e) Elle a pour résultat soit l’opposabilité de la décision au tiers intervenant, soit une condamnation à son encontre ou à son profit. 
  2. Acte illicite d’un État ou d’une organisation internationale qui porte atteinte à l’exclusivité de la compétence d’un autre État. (En vertu du principe coutumier de non-intervention, confirmé par une déclaration de l’O.N.U. en 1965, l’intervention est interdite, sauf si elle est expressément prévue par un accord ou demandée par l’État qui la subit.)

Ah oui, euh, bon, pas génial… Alors prenons la définition du mot commun : Action, rôle, effet de quelque chose dans un processus.

Donc le principe de la reproduction vivipare, sous entend qu’il doit y avoir l’intervention de papa sur maman et réciproquement. Nous avons donc bien une intervention.

Mais si les gamètes de papa et maman se sentent d’être ce jour là hyper productifs et que l’ovule une fois fécondé nous réserve la surprise de produire de vrais jumeaux, nous sommes bien dans un cas d’une intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée. La copulation pour enfanter de façon désirée est un but.

Que préconiseront donc alors ces député-es, puisqu’il y a interdiction par la loi ? Un avortement ?

Cela ne va pas plaire à leur électorat…

Article paru initialement sur mon blog perso

, dans diverses lois (Bioéthique, respect du corps humain, don et à utilisation des éléments et produits du corps humain, à l’assistance médicale à la procréation et au diagnostic prénatal, etc.), le texte suivant : « Est pareillement interdite toute intervention ayant pour but de concevoir un enfant à la demande de deux personnes de même sexe. »

Sous le motif que :

Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine.

Toute pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est interdite.

Est interdite toute intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée.

Sans préjudice des recherches tendant à la prévention et au traitement des maladies génétiques, aucune transformation ne peut être apportée aux caractères génétiques dans le but de modifier la descendance de la personne.

C’est alors qu’intervient de façon bien astucieuse la trouvaille du sieur Francescu Garoby, un camarade écologiste, mais ne dévoilons pas tout trop vite…

Qu’est-ce qu’une intervention ?

Et bien, ouvrons le Larousse et… Oh, une définition plus particulièrement axée sur le droit :

  1. Action d’intervenir dans une instance pendante. (celui ou celle qui a rit à cette définition est bien mal intentionné-e) Elle a pour résultat soit l’opposabilité de la décision au tiers intervenant, soit une condamnation à son encontre ou à son profit. 
  2. Acte illicite d’un État ou d’une organisation internationale qui porte atteinte à l’exclusivité de la compétence d’un autre État. (En vertu du principe coutumier de non-intervention, confirmé par une déclaration de l’O.N.U. en 1965, l’intervention est interdite, sauf si elle est expressément prévue par un accord ou demandée par l’État qui la subit.)

Ah oui, euh, bon, pas génial… Alors prenons la définition du mot commun : Action, rôle, effet de quelque chose dans un processus.

Donc le principe de la reproduction vivipare, sous entend qu’il doit y avoir l’intervention de papa sur maman et réciproquement. Nous avons donc bien une intervention.

Mais si les gamètes de papa et maman se sentent d’être ce jour là hyper productifs et que l’ovule une fois fécondé nous réserve la surprise de produire de vrais jumeaux, nous sommes bien dans un cas d’une intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée. La copulation pour enfanter de façon désirée est un but.

Que préconiseront donc alors ces député-es, puisqu’il y a interdiction par la loi ? Un avortement ?

Cela ne va pas plaire à leur électorat…

Pas de loi Famille sans Procréation Médicalement Assistée

Pas de loi Famille sans Procréation Médicalement Assistée

Rassemblement ce lundi 6 janvier, 19h pour le droit à la PMA – En face du 11 rue de Constantine, Paris, 7e .

Vendredi 3 janvier, Dominique Bertinotti, ministre de la Famille, a confirmé que l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux couples de lesbiennes ne serait pas incluse dans la loi Famille. Or si la reconnaissance de l’existence de l’homoparentalité dans la loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe était un premier pas, l’accès de toutes les femmes à la PMA est une condition indispensable à l’égalité des droits. Europe Ecologie – Les Verts dénonce ce recul du gouvernement dans ce combat et rappelle leurs promesses à François Hollande, son gouvernement et au Parti Socialiste.

En effet, lors de la campagne présidentielle, François Hollande avait dit à SOS Homophobie : « Je suis donc favorable à l’ouverture de l’assistance médicale à la procréation aux couples de femmes». Pourtant, la PMA n’était pas dans la loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe et le groupe socialiste, qui pourtant s’y était engagé par la voix de son président Bruno Le Roux, a renoncé à l’y inclure par amendements. En février, Dominique Bertinotti affirmait que cette question serait traitée dans la loi famille car « c’est un engagement fort du gouvernement qui a une position claire sur ce sujet » et Bruno Le Roux affirmait : « Si la loi sur la famille devait arriver demain sans qu’il y ait ce texte sur la PMA à l’intérieur, à ce moment-là, le groupe prendrait ses responsabilités pour faire en sorte que la chose puisse être discutée ici. »

Outre que les couples de femmes, et les femmes célibataires, se rendent à l’étranger pour y avoir accès – ce qui induit une inégalité entre les femmes qui ont les moyens et celles qui ne les ont pas – le recours à la PMA « artisanale » pose, de son côté, de nombreuses questions sanitaires.

Les écologistes ont toujours défendu l’égalité des droits et les parlementaires EELV assumeront leurs engagements en étant à l’initiative d’amendements à la loi famille afin que la PMA y soit incluse. EELV invite l’ensemble des parlementaires, quelle que soit leur appartenance politique, à soutenir tout amendement allant dans le sens de l’égalité.

EELV appelle à se mobiliser pour le droit à la PMA  lundi 6 janvier 2014 à 19h, 11 rue de Constantine, Paris 7e, métro Invalides.

Sandrine ROUSSEAU, Julien BAYOU, Porte-parole

Article paru initialement sur le site d’EELV

Engagement 31, on s’y tient ?

Engagement 31, on s’y tient ?

Lors d’un entretien sur BFM TV avec Jean-Jacques Bourdin, Mme Bertinotti, Ministre de la famille, a réaffirmé que la PMA ne sera pas dans la loi Famille :

«La PMA, est-ce qu’elle sera dans la loi Famille?» interroge Jean-Jacques Bourdin. «Non, elle ne sera pas dans la loi Famille, je le dis très clairement, déclare la ministre. D’abord parce que le Président de la république a saisi le Comité Consultatif National d’Ethique, que celui n’a pas encore rendu son avis…
«Il retarde sa décision d’ailleurs» l’interrompt l’animateur.
«…qu’il s’exprimera sur la PMA, mais aussi sur d’autres…»
«Mi 2014, dit-on», réitère Jean-Jacques Bourdin.
«Voilà, acquiesce Dominique Bertinotti. Et tout ce qui concerne l’adoption, la médiation, le statut du beau parent, ne peut pas attendre et se soumettre au calendrier du Comité Consultatif National d’Ethique.»

(verbatim réalisé par Yagg)

Nous nous sommes engagé-es auprès de François Hollande pour faire évoluer notre pays et, entre autres, particulièrement sur ce sujet. Nous ne pouvons accepter une trahison, puisque le Parti Socialiste et le candidat Hollande avait été clairs sur le sujet de la PMA.

C’est pourquoi je rejoindrai et soutiendrai la manifestation qui se tiendra le lundi 6 janvier à partir de 19h devant le Ministère de la Famille pour rappeler au gouvernement les engagements du candidat socialiste aux Présidentielles de 2012.

Plus d’info sur cet événement facebook : https://www.facebook.com/events/503075909810118/504176186366757/?notif_t=like

Mariage pour tous, adoption, PMA : et si on demandait à un belge ?

Mariage pour tous, adoption, PMA : et si on demandait à un belge ?

Depuis le début des débats à l’Assemblée nationale sur la réforme du Code civil dans le but d’ouvrir le mariage à toutes et tous 1, les citoyens entendent tout et n’importe quoi et, parfois, surtout n’importe quoi.

Dans une réaction par mail d’un ami belge, Geoffrey Roucourt 2, je découvre alors son indignation :

Ce week-end, plusieurs député.e.s UMP ont répété qu’à cause de l’adoption par les couples de même sexe, les hétéros seraient lésés. Notamment, parce que la France se verra interdire toute adoption internationale. Certains ont été jusqu’à dire qu’on voyait ce qui se passait en Belgique. Gros mensonge !

Lire la suite