Affirmer une autre ambition pour la restauration collective à Orléans

Affirmer une autre ambition pour la restauration collective à Orléans

légumesCommuniqué de presse du groupe communal EELV d’Orléans à l’occasion du conseil municipal du 18 janvier 2016.

À l’heure où l’assemblée nationale vote à l’unanimité une loi sur « l’Ancrage territorial de l’alimentation » imposant des objectifs chiffrés contraignants de 40 % d’alimentation durable et locale (dont 20 % de bio) dans la restauration collective publique (cantines scolaires, hôpitaux, maisons de retraite…), cette délibération de la mairie d’Orléans concernant la délégation de service de restauration semble malheureusement bien peu ambitieuse.

Lire la suite

Carnet de campagne : Clarisse Heusquin à Orléans ces 7 et 8 mai

Carnet de campagne : Clarisse Heusquin à Orléans ces 7 et 8 mai

Les 7 et 8 mai dernier, Clarisse Heusquin est venue passer un moment avec les orléanais/es et les habitant/es de son agglomération.

Lire la suite

Jeanne d’Arc n’est pas politique : dérapage pour les fêtes johanniques à Orléans

Jeanne d’Arc n’est pas politique : dérapage pour les fêtes johanniques à Orléans

Chaque année à Orléans entre le 29 avril et le 8 mai, la ville fête son héroïne, sa libératrice : Jeanne D’Arc. Evénements divers, messes, concerts, soirée électro (et bah oui : poum tchak poum tchak) et défilé.

Pour incarner la célèbre pucelle, un comité des fêtes choisit chaque année une jeune fille. Cette année, Félicité Lemaire de Marne a été retenue.

Lire la suite

Clarisse Heusquin, tête de liste EELV pour les élections européennes à Orléans pour rencontrer les orléanais

Clarisse Heusquin, tête de liste EELV pour les élections européennes à Orléans pour rencontrer les orléanais

Clarisse Heusquin, tête de liste EELV, sera de passage à Orléans le vendredi 21 mars 2014.
Nous vous invitions à participer à un apéritif-dinatoire qui aura lieu, à partir de 19h30, au local EELV Centre.

103 bis rue du faubourg Madeleine – Orléans
station du tram B toute proche : arrêt « Porte Dunoise »

en présence de

Clarisse Heusquin, tête de liste “Europe-Écologie 2014”,
Benoît Faucheux candidat sur la liste,
Sylvie David-Rousseau candidate sur la liste,
et Jean-Sébastien Herpin candidat sur la liste.

À la veille du premier tour des municipales et à quelques semaines des élections européennes de fin mai, ce temps d’échange et de convivialité sera l’occasion de faire connaissance avec la tête de liste Clarisse Heusquin, d’aborder les sujets politiques locaux et de discuter de la dynamique écologiste pour la campagne des Européennes.

En espérant vous y voir nombreux !

Pour toute information complémentaire :
Quentin AMESLANT
Coordinateur de campagne élections européennes
Région Centre
06 70 42 65 93
eelv.quentinameslant@gmail.com

Dieudonné : trouble à l’ordre public en région Centre ?

Dieudonné : trouble à l’ordre public en région Centre ?

A l’heure où deux enquêtes pour possible organisation d’insolvabilité sont ouvertes à l’encontre du sieur M’bala M’bala Dieudonné, et suite à la croisade de Manuel Valls contre le Dark Vador des bouffons, les villes qui se voient accueillir sa tournée se posent la question de l’interdiction de son spectacle. Notre région n’est pas en reste : Orléans et Tours réagissent.

Ainsi, Jean Germain, le Maire de Tours vient de demander au Préfet d’Indre et Loire son interdiction en estimant que ses spectacles se transforment “en une propagande raciste, xénophobe, antisémite et négationniste”. “La liberté d’expression est une donnée fondamentale de la République, mais lorsque cette expression se transforme en une propagande raciste, xénophobe, antisémite et négationniste, il y a lieu de réagir”, a-t-il ajouté.

A Orléans, le débat est aussi animé. comme le rappelle un article de Mag’ Centre. Serge Grouard, le maire d’Orléans, affirme son opposition à la venue de Dieudonné, invoquant « le trouble à l’ordre public ». et dit avoir saisi le préfet.

Dans ce genre d’affaires, lorsqu’on a un peu de conscience publique, on a tout d’abord le réflexe de se demander si on doit en faire publicité au risque de braquer la lumière de façon positive sur le fait, les idées ou la personne que l’on veut combattre. Après avril 2002, nous avons désiré ne pas faire la promotion des dérives de l’extrême-droite, succédant ainsi à des années à base de “la jeunesse emmerde le Front national” et de manifs anti Le Pen. Mais le résultat est là : la bête a réussi à faire croire qu’elle n’était plus immonde, qu’elle devenait respectable, elle et ses franchises. Et Dieudonné, dont le parrain de la fille est Le Pen, qui se fourvoie dans l’antisémitisme le plus haineux, qui fréquente le dangereux pseudo-penseur Soral, est une franchise du Front National. Alors arrêtons de nous voiler la face, et nous, politiques, devons retrouver notre courage : parlons des dangers d’un discours qui a pu nous amener au séisme d’avril 2002.

Mais il y a la façon d’aborder le sujet : doit-on seulement attaquer les idées et montrer leurs potentielles dangereuses conséquences ou doit-on pousser jusqu’à l’interdiction de toute expression de ces idées ?

© Thomas Padilla / Maxppp

La réponse de l’actuel Ministre de l’Intérieur est claire : il faut interdire l’expression publique de Dieudonné. C’est d’ailleurs la seule action qu’il peut envisager, la justice n’étant pas de son ressort.

Retrouvez le texte de Christiane Taubira en cliquant sur l’image

De son côté la Garde des Sceaux explique comment elle combattra ce triste sire : par le droit, et c’est heureux, c’est sa mission, donc après que le forfait fut commis dans le plus pur respect de l’état de droit. Mme Taubira ajoute que son action sera également politique, en tant que porteuse d’idéaux politiques et avec le talent qu’on lui connait :

Ces provocations putrides testent la société, sa santé mentale, sa solidité éthique, sa vigilance. Il nous faut y répondre, car la démocratie ne peut se découvrir impuissante face à des périls qui la menacent intrinsèquement. Il faut donc descendre dans l’arène, disputer pied à pied, pouce par pouce l’espace de vie commune, faire reculer cette barbarie ricanante, la refouler, occuper le terrain par l’exigence et la convivialité.

Car il est hors de question de commencer l’année en “livrant le monde aux assassins d’aubes” (Aimé Césaire).

Nous voilà donc face à deux façons de réagir : la réponse juridique au possible délit en parallèle d’un combat politique des idées nauséabondes ou l’interdiction en amont de toute expression sous couvert de présomption de culpabilité.

Face aux enquêtes de la Justice sur l’organisation de son insolvabilité pour ne pas payer les sommes qu’il doit après condamnations, la défense de l’avocat de Dieudonné exprimée dans les médias ne s’est pas faite attendre : le premier a organiser l’insolvabilité de Dieudonné est Manuel Valls par sa volonté d’interdire les spectacles du monsieur (déclaration par téléphone sur Itélé, ce matin du 4 janvier).

Nous y voilà : la victimisation est lancée, Dieudonné est l’innocente cible de la censure, tout est fait pour le détruire. Nous l’avions craint, Valls l’a fait. Et cette victimisation fera son office : les aficionados du roi de la quenelle, conscients ou pas des idées dangereuses qu’il colporte, vont que mieux soutenir leur héraut… en allant à ses spectacles, en multipliant les quenelles sur les réseaux sociaux quitte à piéger leur bourreau.

Mais la question reste posée : Jean Germain, Serge Grouard, portés par les déclarations de Manuel Valls, peuvent-ils faire interdire la présence de rassemblements autour de Dieudonné sur leurs communes, même appuyés par le Préfet de leur département ?

Dans un badin billet mâtiné d’un fort agréable petit cour de droit, Maître Eolas nous explique qu’il y a fort à parier qu’une interdiction sera cassée par le Conseil d’Etat. A l’évocation de troubles à l’ordre public, la haute institution pourra répondre que l’éventualité de troubles, alléguée par le maire, ne présentait pas un degré de gravité tel qu’il n’ait pu, sans interdire la conférence spectacle, maintenir l’ordre en édictant les mesures de police qu’il lui appartenait de prendre.

Et cela est déjà pratiquement arrivé, comme le rappelle Mag’Centre : le maire d’Orvault (Loire-Atlantique) qui avait voulu faire interdire un spectacle de Dieudonné sur ce critère de « trouble à l’ordre public » a été condamné en référé par le Conseil d’Etat à verser 15 000 euros à Dieudonné, « pour atteinte grave à la liberté d’expression ». 

Et publicité sera faite d’une telle décision, afin de faire progresser la victimisation, le paranoïaque aura les preuves à exhiber aux yeux du public pour masquer son vrai visage d’un porteur d’idées troublant réellement l’ordre public.

Manuel Valls court vers l’échec, Jean Germain et Serge Grouard seront bafoués et Dieudonné en sortira grandit. Mais on oubliera jusqu’au présidentielle où Valls sera candidat, et la lenteur de la justice fera que les municipales seront passées quand elle rendra sa décision.

Alors à l’instar de Pierre Joxe, ami socialiste, citoyen humaniste, rejoint nous avec Christiane Taubira dans le combat contre les sales idées en respect du droit, et ne cautionne pas la politique de l’émotion au service d’une communication surfaite dont le but n’est pas ce qu’elle déclare.

Quant à toi, quenelleur irresponsable, va, suis ton chemin, tu seras la première victime des haineux que tu défends.

En attendant, le spectacle à Orléans est quasiment complet. Si il est interdit, comment gérera-t-on les 2500 personnes mécontentes aux portes du Zénith ? Voilà un réel problème de trouble à l’ordre public dont l’origine se trouve dans l’interdiction a posteriori de la vente des billets. Gouverner, c’est… prévoir.

LE FN est très loin de vos préoccupations locales

LE FN est très loin de vos préoccupations locales

Dans un article de la République du Centre de ce week-end, nous apprenions que Louis Alliot était de passage dans notre bonne ville d’Orléans pour inaugurer le local de campagne de sa franchise pour les municipales.

fn

Plusieurs informations plutôt instructives voire croustillantes se sont glissées dans cet article.

La première est que le parti d’extrême-droite risque d’être absent du scrutin dans beaucoup de communes, et plus particulièrement tout autour de l’agglomération d’Orléans. Malgré un démenti formel du parti à avoir des difficultés pour établir ses listes pour les municipales, force est de constater que la faiblesse militante de ce parti nous est cachée. Le FN rencontre comme tout parti politique, et même comme toute association, une crise de la militance : le résultat, possiblement, d’une société basée sur l’individualisme, l’intérêt propre au déficit de l’intérêt collectif, doctrine souvent pronée par ce parti : moi d’abord, les autres ensuite.

Une raison supplémentaire à cette incapacité de construire des listes autour d’Orléans est que le FN est seul : il n’a aucun allié, il n’en veut pas, et personne ne veut de lui, même si certains peuvent parfois s’inspirer de ses idées simplistes et nauséabondes. Pour construire une liste municipale, il faut faire une liste complète de conseillers municipaux, des chiffres qui demandent à avoir un nombre suffisant de personnes désirant s’engager. Et trouver une trentaine de personnes quand on crache perpétuellement sur tout le monde, cela n’est pas très simple.

Mais cette absence dans les communes avoisinant Orléans va poser un réel souci : beaucoup de compétences des municipalités ont été transposées à l’Agglo : les déplacements urbains, le développement économique, l’assainissement, le traitement des déchets, la cohésion sociale, le développement durable, etc. Pour penser municipales sur Orléans, il faut donc appréhender l’agglomération, et si on est absent des autres communes – qui envoient également des conseillers d’agglomération pour les représenter – on se coupe de la politique globale. Il faut avoir un projet complet, commun.

Mais le projet est également le grand absent, et pas que pour l’Aglo : pour la ville elle-même.

Ainsi la seconde information qui ressort de l’article de la République du Centre est que le FN part à la conquête de la municipalité d’Orléans sans aucun projet local.

Le candidat frontiste se repose alors sur une feuille de route générique élaborée dans les bureaux du siège national du FN à Nanterre. Comme le précise la République du Centre, le FN s’ engage dans ce document à « refuser toute augmentation de la fiscalité pendant toute la durée du mandat, à lutter contre les gaspillages, les dépenses fastueuses et inutiles, ou à engager toutes les actions pour mettre fin aux installations sauvages de nomades ». Et lors de la conférence de presse de dimanche dernier, le candidat d’extrême-droite ne faisait qu’ânonner des principes clef-en-main dictés par le texte précité : la sécurité est « la première des libertés ». Cela veut tout et rien dire à la fois.

Ils appellent cela une « charte d’action municipale au service du peuple français », personnellement j’y vois un grand vide intersidéral.

Quid des attentes des citoyens ? Connaissent-ils les besoins scolaires, en crèche, en habitat, en aides sociales qu’attendent les orléanais? Savent-ils ce qui se passe à La Source, Rue des Carmes ou à l’Argonne ? Comment envisage-t-il le dossier de l’Arena, des transports ? Rien, nothing, nichts, nada.

Cela n’est pas bien sérieux, surtout lorsqu’on se réclame être le parangon du sérieux : écran de fumée, volonté d’éclat, Artaban de pacotille. Il va falloir bosser un peu pour gérer une cité : sinon on risque de reproduire les échecs de Marignane, Toulon ou encore Vitrolles.

Pour paraphraser le compte parodique Humour de droite sur Twitter : la meilleure façon de s’attaquer au FN, c’est de lire son programme.

La quenelle d’Orléans, c’est bon mangez-en

La quenelle d’Orléans, c’est bon mangez-en

455161_cTemps de préparation : 60 minutes
Temps de cuisson : 40 minutes

Ingrédients (pour 10 quenelles) :
100 g de beurre
120 g de farine
100 g de gruyère râpé
3 oeufs
noix de muscade râpée

Préparation de la recette :

Faire chauffer un verre, d’eau avec le beurre et un peu de sel.
Quand le beurre est fondu, ajouter la farine, et cuire 10 min à feu doux en remuant sans cesse.
Hors du feu, ajouter le gruyère puis les oeufs et la muscade quand le mélange a un peu refroidi.
Former des boudins sur une surface farinée et les mettre au frais une bonne demi-heure pour que les quenelles se tiennent bien.
Mettre les quenelles dans une marmite 30 à 40 min, à feu très doux, avec une sauce de votre choix (il faut que la sauce recouvre quasiment les quenelles).

Le petit plus : pour bien réussir vos quenelles, il est très important de bien les préparer en amont. Votre quenelle n’en sera que meilleure si vous vous inspirez de grands chefs, de maestros passés par les fourneaux bien avant vous. Vous pourrez ainsi vous reposer en toute impunité sur l’expérience d’années de quenelles. En région Orléanaise, nous vous conseillons cet homme, chacune de ses déclarations pourra justifier votre quenelle :
Un candidat FN aux municipales à Orléans homophobe ?

Un candidat FN aux municipales à Orléans homophobe ?

Pendant les débats sur le mariage pour tous, lorsqu’on posait la question à Marine Le Pen, celle-ci bottait peu habilement en touche et n’a jamais vraiment répondu à la question du pour ou du contre.

On s’en doute, ce n’est pas par bonté d’âme, mais par calcul politique : Mme Le Pen avait l’intelligence que n’ont pas eu beaucoup d’UMP, connaissant l’opinion, sachant également que dans son entourage proche existe au moins un homosexuel, il lui semblait trop délicat de se prononcer.

Surtout qu’il y a une base de haineux au FN. Malgré toutes les dé-diabolisations, des homophobes traînent au sein du parti d’extrême-droite. Et parfois, le haineux se révèle…

Pourtant, certains sont prudents. Prenons le candidat FN déclaré aux municipales à Orléans, Monsieur Philippe Lecoq. Celui-ci, au cas où ils doivent communiquer avec les citoyens, préfère protéger son compte Twitter. C’est à dire que vous ne pouvez le suivre spontanément, il doit vous y autoriser. Pour échanger avec le peuple, ce n’est pas très pratique, mais, après tout, nous en avons l’habitude : durant les dernières échéances ils ont réussi à présenter des candidats fantômes qu’on ne croisait pas sur les marchés, et, parfois même, n’apparaissaient pas sur leurs affiches électorales.

Personnellement, je n’ai pas été autorisé à suivre ce monsieur, mais c’était sans compter avec le fait qu’il est possible qu’il existe encore à droite, et dans ses “followers”, des personnes qui puissent être choqués par l’intolérance. Copie d’écran, partage sur Facebook, et le méfait est révélé. C’est ce qu’a fait Thomas Vanson, jeune Pop valeureux.

1003864_10202379502470543_2098539357_n
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Dans cette capture, on y voit un tweet qui se veut humoristique d’un compte parodique “Brave Patrie” :

Faudrait emmener tous les homos jusqu’au bout de la Terre et les pousser dans le vide.

Bon, c’est moyen drôle, certes, mais ce qui est troublant est de constater que ce tweet a été relancé (RT- Retweeté) par le sieur Lecoq.

Second degré ? Mauvaise compréhension de ce second degré ? Nous ne pouvons savoir, puisque ce parti est ambigu sur le sujet et que Philippe Lecoq protège ses tweets. Pouvons-nous en déduire qu’il est homophobe ? Ce serait aller vite en besogne… Mais le doute est permis. A moins que ce monsieur ne s’en explique ?

Alors maintenant que vous avez les deux pieds dedans, et bien chantez, Lecoq.

Communiqué de presse #EELV Orléans : avec le #PS à Orléans

Communiqué de presse #EELV Orléans : avec le #PS à Orléans

Dans la perspective des élections municipales 2014, les militants Europe Écologie – Les Verts d’Orléans ont été consultés ce mardi 2 juillet quant à la configuration de la campagne électorale la plus à même de remettre la ville d’Orléans sur les rails d’une politique locale conciliant avec efficacité et ambition les enjeux écologiques, économiques, sociaux et citoyens.

Soucieux de permettre une décision centrée sur un projet concret pour notre ville plutôt que sur des considérations politiques nationales, le groupe EELV d’Orléans a fait délibérément le choix de soumettre cette décision aux militants aussitôt que possible, après plusieurs mois de réflexion en groupe de travail sur les grandes lignes thématiques qui permettront de rompre avec la politique de la majorité municipale actuelle.

C’est sur ces bases programmatiques et leur compatibilité avec les aspirations de l’équipe de campagne socialiste que les militants écologistes étaient appelés à se prononcer.

EELV Orléans se félicite d’avoir mené ce travail préalable et d’avoir permis un choix en dehors de la précipitation et des atermoiements des dernières semaines de campagne électorale.

À l’issue de ce vote, le principe de la participation à une liste d’alliance avec le Parti Socialiste a été validé.

Au sein de ce rassemblement, nous défendrons les lignes directrices élaborées au cours des ateliers de travail thématiques, et contribuerons avec enthousiasme et ambition à bâtir un projet municipal qui rendra Orléans plus solidaire et plus dynamique, dans le respect de chacun, dans le respect de tous.

EELV Orléans – Jean-Philippe Grand

#EELV #PS : amours et désamours

#EELV #PS : amours et désamours

Les personnes qui me suivent sur les réseaux sociaux doivent se demander quel jeu schizophrène je mène.

Mardi soir sur Twitter, de retour d’une réunion concernant les municipales au sein d’EELV Orléans, réunion a priori si attendue, je partageais :

Et pourtant, dans le même temps, je m’indignais, comme mes ami/es écolos, de la façon dont François Hollande “remerciait” Delphine Batho et, ainsi, envoyait une très mauvaise image quant au traitement de nos préoccupations dans la transition énergétique :

Clipboard01

Et je me réjouissais de la construction d’une liste autonome sur Nantes :

Mais alors, le lecteur va se dire : il aime bien ou pas les socialistes cet écolo ? Ah, cher lecteur, si la vie était si binaire, il y aurait les méchants et les gentils et la politique serait plus simple…

Il ne faut pas être un grand observateur politique pour détecter que le PS qui a emmené François Hollande à l’Elysée, avec l’aide de toute la gauche, il serait bon de ne pas l’oublier, donc que ce PS n’est pas ce qu’il y a de plus chaleureux avec les écologistes… et réciproquement. Mais le PS, comme EELV, est il un et indivisible ? Le militant de chacun des partis est-il formaté ?

Evidemment, et heureusement, que non ! On le sait, du coté des écologistes, certains, en minorité, pensent que nous ne devions pas être au gouvernement, et continue à instiller le fait que nous devrions en sortir. Il est d’ailleurs amusant de constater qu’on retrouve souvent les plus beaux parangons de cette tendance dans des exécutifs locaux, au coté de ces vilains socialistes… Comme le Front de Gauche, ah bah oui, tiens, gentil de le signaler, je n’y avais pas pensé.

Du coté des socialistes, il en est de même. Certains sont des vecteurs, pour nous, de dissensions, ils peuvent jusqu’à représenter ce que nous combattons : cumul des mandats, hégémonisme à gauche, baronnies locales, nucléocrates, amoureux du libéralisme, pur productivistes, traîtres à la signature donnée, j’en passe et des meilleures ! Mais bien heureusement, depuis Jaurès, le socialisme français n’a pas complètement glissé sur sa droite.

Nous n’oublions pas, nous les écologistes, qu’un accord nous lie au PS, un accord signé en toute sagesse avec la direction socialiste de l’époque : Martine Aubry. Une époque où le PS s’intéressait à l’écologie, ou le choc de Fukushima avait secoué chaque adhérent/e, une époque où les roses s’intéressaient aux emplois que peut créer la transition énergétique.

Mais pour le moins observateurs d’entre nous, je préfère rappeler que ce n’est pas Martine Aubry la Présidente de la République. Pour ceux qui sortiraient à peine d’un sommeil de deux ans, le premier Ministre est un monsieur qui veut imposer un grand projet inutile à Notre Dame des Landes. Et parfois un Ministre d’un autre siècle à faconde ampoulée n’hésite pas à braver les engagements en essayant de persuader que le toxique nucléaire est l’avenir ou que l’exploitation des schistes serait une chose merveilleuse au mépris de nos sols et de notre sécurité.

Alors évidemment, certains en font les frais. Ayrault s’entête avec son aéroport inutile et coûteux ? Alors ses petits camarades pleurent en faisant des moues vexées. Et oui, on part en autonome à Nantes, fallait s’y attendre non ? En tout cas, du côté d’EELV, chaque adhérent surveillait la Loire-Atlantique avec un œil sévère.

Mais tous les socialistes ne sont pas des soutiens de Jean-Marc Ayrault. Lorsqu’on explique à un militant tout l’aspect PPP de l’aéroport, on peut lire dans ses yeux comme un doute.

Alors oui, il existe encore une âme chez certains socialistes, tout n’est pas perdu. Et on peut en trouver à tous les échelons, rassurez-vous. Alors oui, il existe des socialistes qui vous écoutent, réfléchissent, voient la compatibilité avec leurs valeurs personnelles. Alors oui, il existe des socialistes avec qui le projet commun est possible, voilà pourquoi nous sommes unis dans des oppositions comme dans des majorités, et nous sommes tellement en confiance avec eux que nous sommes capables d’envisager qu’ils puissent parfois se tromper mais revenir dans vers le bon chemin, la bonne route, mais pas l’autoroute. Alors oui, je le redis :

Et comme déclarait Sergio Coronado, député EELV, sur ITélé, il y a peu : « La gauche divisée ça ne va pas très loin, mais la gauche rassemblée, doit l’être sur des questions de fond ».