Les particules élémentaires : ils sont forts ces écolos !

Les particules élémentaires : ils sont forts ces écolos !

Vous connaissiez le lobby gay ? Si puissant qu’ils vont arriver, selon des sources très informées comme l’amie de Poutine, Mme Boutin, à faire changer nos enfants en escargots, êtres super calés dans l’hermaphrodisme.

Et bien il y a pire : le complot des écolos ! Ces êtres verts venus d’ailleurs, qui bouffent de la racine, se chauffent à la bougie et se déplacent sur deux roues même pas motorisées. Ces aliens vous veulent du mal et cela, rien que pour satisfaire leur soif de pouvoir insatiable. Leur Grand Stratéguerre n’étant autre que Duflor et son Golgoth l’infâme JiVayPay, heureusement retenus par un Valsorak combatif.

Et bien, ils viennent d’être démasqués !

 

Mais bon sang, mais c’est bien sûr ! C’est évident, c’est un complot Europe Ecologie – Les Verts : ils ont des grands canons à pollution et ils les déploient au dessus des villes (et sûrement les nuits de pleine Lune !).

La preuve, ils l’avouent eux-même :

Clipboard02
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Et oui !

  • 2009, ils menacent Arthus-Bertrand : fais un film pour nous ou on pète ton hélico,
  • 2010, double combo : Naufrage d’une station pétrolière en Louisiane (Deepwater Horizon) et accident de l’usine d’aluminium d’Ajka en Hongrie, 1,1 million de mètres-cubes de boue rouge toxique se déversent sur plus de 40 km2, et atteignent le Danube le 7 octobre. Et bah, ils font un score aux régionales !
  • 2011, ils secouent la planète exprès pour faire péter Fukushima et remporter des cantons,
  • 2012, ils oublient de se lever, procrastinent, ne trouvent aucune idée tellement Fukushima c’était du lourd, et font 2,31% (*),

  • Donc 2014, ils se lâchent sur la pollution.

C’est vraiment des tordus ces écolos : ils feraient n’importe quoi pour avoir une place de conseiller municipal aux espaces verts.

A moins que la pollution ne soit due à autre chose ? Du genre, on n’oserait pas repenser la place de la voiture (diesel) dans les communes ? On préfère incinérer des ordures plutôt que de mieux recycler ? naaaaaaaaan, pensez-donc… Ce ne peut être ça !

(*) Y'en a bien un qui a eu l'idée de fiche en l'air le 14 juillet, on lui a demandé si il déconnait.
Clarisse Heusquin, tête de liste EELV Européennes 2014 à Bourges et Tours ces 2 prochains jours

Clarisse Heusquin, tête de liste EELV Européennes 2014 à Bourges et Tours ces 2 prochains jours

Clarisse Heusquin, tête de liste EELV aux élections européennes de fin mai 2014, sera à Bourges et Tours les 2 prochains jours.

Vendredi 14 mars à Bourges
– Déjeuner avec la presse en compagnie de Frédéric Terrier, tête de liste de Bourges en transition.
– Balade commentée dans Bourges sur les lieux emblématique du programme de Bourges en transition.
– Apéro avec les militants au local de campagne rue Coursarlon.

Samedi 15 mars à Tours
– Petit déjeuner avec la presse en compagnie d’Emmanuel Denis, tête de liste eelv à Tours.
– Déjeuner avec les acteurs locaux travaillant sur les questions d’agriculture, circuit-courts, qualité et d’Europe.
– Participation à la flashmob de revégétalisation d’une place publique de Tours. N’oubliez pas de venir habillé en vert et avec des végétaux…
– Discussions avec les militants EELV.

N’hésitez pas à venir participer : balade, flashmob, apéro et discussions.

Au plaisir de se croiser près de chez vous durant cette campagne,

Germain Lefebvre
Co-directeur de campagne Europe-Écologie 2014
Région Centre-Massif Central

Foi de cadencier, UMP, pourquoi venir me draguer ?

Foi de cadencier, UMP, pourquoi venir me draguer ?

Depuis deux matins, l’équipe du député-maire d’Orléans investit la gare d’Orléans afin de venir draguer ce qu’on appelle familièrement les cadenciers, ces personnes qui, habitant la proche région d’Orléans, prennent chaque matin le train pour rejoindre leur travail en région parisienne.

Cette opération séduction, toute naturelle en période de campagne électorale pour les municipales, a le don de quelque peu me laisser un goût amer.

En effet, nous, cadenciers, avons du supporter, et supportons toujours, un plan de réorganisation de la SNCF conduit et défendu par la précédente majorité présidentielle dans un but de rentabilisation.

Les collectifs AUTTOP-Centre et Gares Val de Loire se sont battus qui pour conserver les dessertes des “petites” gares (Saint Ay, Beaugency, etc.), qui contre la diminution des dessertes d’Orléans et la suppression de la navette Les Aubrais-Orléans remplacée par le tramway dont la fréquence est exécrable en fin de journée, heure tardive où souvent rentre un cadre cadencier. 

Certaines revendications ont pu être satisfaites, mais le service dit public s’est vu se dégrader non seulement par une réorganisation qui se grippe à la moindre avarie, mais également par un non-entretien du matériel et des voies qui a abouti au traumatisant accident de Brétigny.

Depuis 2008, l’Etat récupère des billes en tant qu’actionnaire par un versement de dividendes ainsi :

  • Exercice 2007 : 131 millions d’euros,
  • Exercice 2008 : 183 millions d’euros,
  • Exercice 2009, rien n’a été versé car l’entreprise avait fait des pertes,
  • 69 millions pour 2010,
  • 199 millions pour 2011.

Au total, les dividendes versés par la SNCF s’élèvent donc à quelque 790 millions d’euros.

Des millions d’Euros qui ont manqué pour la rénovation du réseau, du matériel, des choix budgétaires dont les victimes ont été le service public et l’usager.

Mais si l’agglomération et la ville d’Orléans avait également su répondre à l’arrivée, nous n’aurions pas eu une amplification de cette dégradation. En effet, même si nous pouvons noter des améliorations qui au bilan paraissent pour cosmétiques, la gestion des transports alternatifs à la voiture n’est pas le fort de la droite : prenons l’exemple des Vélo+ qui ne sont en rien complémentaires au bus ou tram puisque leur implantation suit les lignes plutôt que d’en devenir un appui.

Alors venir ainsi me draguer au petit matin en me tendant le tract de l’ancienne majorité en partie responsable de mes galères quotidiennes, un tract qui vante l’arrivée d’un hypothétique TGV au coût exorbitant, donc à l’investissement plutôt compromis, un TGV qui fait disparaître les petites gares, supprime les lignes régulières et fait augmenter les tarifs, venir ainsi me voir m’agace quelque peu. Et surtout, je ne vote pas à Orléans, mais dans l’agglomération. Et je devrai supporter les choix non concertés de la grande ville, et non celle d’un programme d’agglo.

Le FN se félicite du nombre de ses listes, mais le peut-il vraiment ?

Le FN se félicite du nombre de ses listes, mais le peut-il vraiment ?

Ce jeudi 6 mars était la date limite du dépôt officiel des listes pour candidater aux municipales qui se dérouleront les 23 et 30 mars prochains (on rappelle les dates, au cas où…).

A cette échéance, un constat peut être fait, parmi d’autres : le Front National revendiquait plus de 570  listes présentes pour ces élections dans toute la France. Ainsi, selon le Figaro :

Nicolas Bay, le directeur de campagne, souligne: «Le Front national a retrouvé une structuration importante et, ce qui est le plus perceptible, l’engagement plus décomplexé des adhérents et des sympathisants.» Sans surestimer la difficulté de la parité exigée dans la constitution des listes, Nicolas Bay souligne que celle-ci n’existait cependant pas en 1995 et que cette nouvelle règle est «certainement une contrainte supplémentaire» en 2014.

Nous noterons l’élégance du respect de la parité qualifiée de “contrainte”, mais ils n’en sont pas à leur premier fait d’arme contre la présence des femmes en politique. Pour constater cela, il suffit d’observer les élus (non je ne genre pas(1) ) au Conseil régional de la Région Centre. Malgré les règles de parité exigées par la loi électorale, elles ont pu être éliminées une par une :

Les élus FN au CR Région Centre
Les élus (mâles et blancs) FN au CR Région Centre

Mépriser ainsi plus de la moitié de notre pays, c’est mépriser tout le pays. Mais si le FN portait dans ses valeurs le respect des personnes, nous n’aurions pas des déclarations telles que celle de ce parti sur ‪TV Tours‬, dans l’émission Le Grand Oral Municipales, annonçant un candidat Vox Populi en précisant qu’ils ont les “mêmes valeurs particulièrement sur le Mariage pour tous”. Attention, petit gay raciste qui veut voter FN : ils ne t’aiment pas plus qu’un arabe !

Respect des personnes, respect de la loi électorale, non, les municipales ne couperont pas à l’habitude : foin de tout ça au parti qui crie que “tous pourris” sauf eux.

Ainsi on peut recenser, comme l’a fait France TV, divers cas plus que limite :

L’abus de faiblesse

Comme l’a découvert La République du Centre, sur la liste à Orléans, les électeurs pourront y trouver un couple de 90 ans. Inscrits de force par leur fille, la dame est atteinte d’Alzheimer, le monsieur confirme qu’il ne désirait pas être candidat.

La fausse pétition

Au Grand-Quevilly, en Seine-Maritime, vingt-deux candidats sur une liste devant en contenir trente cinq se sont plaints d’avoir été inscrits à leur insu. Ces personnes auraient été abusées, pensant signer une pétition.

Ce matin, le Préfet de région et de la Seine-Maritime a retiré la liste et déclare :

“En vertu de l’article L267 du code électoral, la majorité des candidats de la liste ‘Grand Quevilly Bleu Marine’ ayant demandé leur retrait, j’ai procédé au retrait de cette liste”.

“Par ailleurs, j’ai saisi le procureur de Rouen au titre de l’article 40 du code de procédure pénal au sujet de plaintes d’une dizaine de candidats dans trois autres villes”

Pas de militants actifs, nous on veut des prête-noms

En octobre dernier, un journaliste de la Voix du Nord a contacté la tête de liste FN de Roubaix par téléphone en expliquant qu’il répondait à l’appel à candidatures lancé sur le web.

Celle-ci lui déclare : “Que ce soit clair. Nous, on ne cherche pas de militants actifs. On veut juste des noms. Le plus important, ce sont les huit ou dix premiers, mais les autres, leur seule utilité est de nous permettre de constituer la liste et de nous présenter.”

Le FN est bien un parti de tartufes : dénonçant le “Tous pourris”, “l’UMPS”, les possibles ententes entre les partis républicains. Et pourtant qu’y voit-on ? Des méthodes honteuses, ne respectant ni les personnes, ni la loi électorale, donc ni le citoyen.

Dénonçant, mais faisant pire, il s’agit donc de mensonges : le FN ce n’est pas la France, en foulant les Institutions, ils montrent qu’ils sont l’Anti-France, ce concept qui leur est si cher.

(1) Genrer un texte : penser à respecter les accords masculins et féminins (adjectifs, participe, substantifs), montrant ainsi qu'on respecte chaque genre, le masculin, le féminin et, pourquoi pas, d'autres genres !
LE FN est très loin de vos préoccupations locales

LE FN est très loin de vos préoccupations locales

Dans un article de la République du Centre de ce week-end, nous apprenions que Louis Alliot était de passage dans notre bonne ville d’Orléans pour inaugurer le local de campagne de sa franchise pour les municipales.

fn

Plusieurs informations plutôt instructives voire croustillantes se sont glissées dans cet article.

La première est que le parti d’extrême-droite risque d’être absent du scrutin dans beaucoup de communes, et plus particulièrement tout autour de l’agglomération d’Orléans. Malgré un démenti formel du parti à avoir des difficultés pour établir ses listes pour les municipales, force est de constater que la faiblesse militante de ce parti nous est cachée. Le FN rencontre comme tout parti politique, et même comme toute association, une crise de la militance : le résultat, possiblement, d’une société basée sur l’individualisme, l’intérêt propre au déficit de l’intérêt collectif, doctrine souvent pronée par ce parti : moi d’abord, les autres ensuite.

Une raison supplémentaire à cette incapacité de construire des listes autour d’Orléans est que le FN est seul : il n’a aucun allié, il n’en veut pas, et personne ne veut de lui, même si certains peuvent parfois s’inspirer de ses idées simplistes et nauséabondes. Pour construire une liste municipale, il faut faire une liste complète de conseillers municipaux, des chiffres qui demandent à avoir un nombre suffisant de personnes désirant s’engager. Et trouver une trentaine de personnes quand on crache perpétuellement sur tout le monde, cela n’est pas très simple.

Mais cette absence dans les communes avoisinant Orléans va poser un réel souci : beaucoup de compétences des municipalités ont été transposées à l’Agglo : les déplacements urbains, le développement économique, l’assainissement, le traitement des déchets, la cohésion sociale, le développement durable, etc. Pour penser municipales sur Orléans, il faut donc appréhender l’agglomération, et si on est absent des autres communes – qui envoient également des conseillers d’agglomération pour les représenter – on se coupe de la politique globale. Il faut avoir un projet complet, commun.

Mais le projet est également le grand absent, et pas que pour l’Aglo : pour la ville elle-même.

Ainsi la seconde information qui ressort de l’article de la République du Centre est que le FN part à la conquête de la municipalité d’Orléans sans aucun projet local.

Le candidat frontiste se repose alors sur une feuille de route générique élaborée dans les bureaux du siège national du FN à Nanterre. Comme le précise la République du Centre, le FN s’ engage dans ce document à « refuser toute augmentation de la fiscalité pendant toute la durée du mandat, à lutter contre les gaspillages, les dépenses fastueuses et inutiles, ou à engager toutes les actions pour mettre fin aux installations sauvages de nomades ». Et lors de la conférence de presse de dimanche dernier, le candidat d’extrême-droite ne faisait qu’ânonner des principes clef-en-main dictés par le texte précité : la sécurité est « la première des libertés ». Cela veut tout et rien dire à la fois.

Ils appellent cela une « charte d’action municipale au service du peuple français », personnellement j’y vois un grand vide intersidéral.

Quid des attentes des citoyens ? Connaissent-ils les besoins scolaires, en crèche, en habitat, en aides sociales qu’attendent les orléanais? Savent-ils ce qui se passe à La Source, Rue des Carmes ou à l’Argonne ? Comment envisage-t-il le dossier de l’Arena, des transports ? Rien, nothing, nichts, nada.

Cela n’est pas bien sérieux, surtout lorsqu’on se réclame être le parangon du sérieux : écran de fumée, volonté d’éclat, Artaban de pacotille. Il va falloir bosser un peu pour gérer une cité : sinon on risque de reproduire les échecs de Marignane, Toulon ou encore Vitrolles.

Pour paraphraser le compte parodique Humour de droite sur Twitter : la meilleure façon de s’attaquer au FN, c’est de lire son programme.

#EELV #PS : amours et désamours

#EELV #PS : amours et désamours

Les personnes qui me suivent sur les réseaux sociaux doivent se demander quel jeu schizophrène je mène.

Mardi soir sur Twitter, de retour d’une réunion concernant les municipales au sein d’EELV Orléans, réunion a priori si attendue, je partageais :

Et pourtant, dans le même temps, je m’indignais, comme mes ami/es écolos, de la façon dont François Hollande “remerciait” Delphine Batho et, ainsi, envoyait une très mauvaise image quant au traitement de nos préoccupations dans la transition énergétique :

Clipboard01

Et je me réjouissais de la construction d’une liste autonome sur Nantes :

Mais alors, le lecteur va se dire : il aime bien ou pas les socialistes cet écolo ? Ah, cher lecteur, si la vie était si binaire, il y aurait les méchants et les gentils et la politique serait plus simple…

Il ne faut pas être un grand observateur politique pour détecter que le PS qui a emmené François Hollande à l’Elysée, avec l’aide de toute la gauche, il serait bon de ne pas l’oublier, donc que ce PS n’est pas ce qu’il y a de plus chaleureux avec les écologistes… et réciproquement. Mais le PS, comme EELV, est il un et indivisible ? Le militant de chacun des partis est-il formaté ?

Evidemment, et heureusement, que non ! On le sait, du coté des écologistes, certains, en minorité, pensent que nous ne devions pas être au gouvernement, et continue à instiller le fait que nous devrions en sortir. Il est d’ailleurs amusant de constater qu’on retrouve souvent les plus beaux parangons de cette tendance dans des exécutifs locaux, au coté de ces vilains socialistes… Comme le Front de Gauche, ah bah oui, tiens, gentil de le signaler, je n’y avais pas pensé.

Du coté des socialistes, il en est de même. Certains sont des vecteurs, pour nous, de dissensions, ils peuvent jusqu’à représenter ce que nous combattons : cumul des mandats, hégémonisme à gauche, baronnies locales, nucléocrates, amoureux du libéralisme, pur productivistes, traîtres à la signature donnée, j’en passe et des meilleures ! Mais bien heureusement, depuis Jaurès, le socialisme français n’a pas complètement glissé sur sa droite.

Nous n’oublions pas, nous les écologistes, qu’un accord nous lie au PS, un accord signé en toute sagesse avec la direction socialiste de l’époque : Martine Aubry. Une époque où le PS s’intéressait à l’écologie, ou le choc de Fukushima avait secoué chaque adhérent/e, une époque où les roses s’intéressaient aux emplois que peut créer la transition énergétique.

Mais pour le moins observateurs d’entre nous, je préfère rappeler que ce n’est pas Martine Aubry la Présidente de la République. Pour ceux qui sortiraient à peine d’un sommeil de deux ans, le premier Ministre est un monsieur qui veut imposer un grand projet inutile à Notre Dame des Landes. Et parfois un Ministre d’un autre siècle à faconde ampoulée n’hésite pas à braver les engagements en essayant de persuader que le toxique nucléaire est l’avenir ou que l’exploitation des schistes serait une chose merveilleuse au mépris de nos sols et de notre sécurité.

Alors évidemment, certains en font les frais. Ayrault s’entête avec son aéroport inutile et coûteux ? Alors ses petits camarades pleurent en faisant des moues vexées. Et oui, on part en autonome à Nantes, fallait s’y attendre non ? En tout cas, du côté d’EELV, chaque adhérent surveillait la Loire-Atlantique avec un œil sévère.

Mais tous les socialistes ne sont pas des soutiens de Jean-Marc Ayrault. Lorsqu’on explique à un militant tout l’aspect PPP de l’aéroport, on peut lire dans ses yeux comme un doute.

Alors oui, il existe encore une âme chez certains socialistes, tout n’est pas perdu. Et on peut en trouver à tous les échelons, rassurez-vous. Alors oui, il existe des socialistes qui vous écoutent, réfléchissent, voient la compatibilité avec leurs valeurs personnelles. Alors oui, il existe des socialistes avec qui le projet commun est possible, voilà pourquoi nous sommes unis dans des oppositions comme dans des majorités, et nous sommes tellement en confiance avec eux que nous sommes capables d’envisager qu’ils puissent parfois se tromper mais revenir dans vers le bon chemin, la bonne route, mais pas l’autoroute. Alors oui, je le redis :

Et comme déclarait Sergio Coronado, député EELV, sur ITélé, il y a peu : « La gauche divisée ça ne va pas très loin, mais la gauche rassemblée, doit l’être sur des questions de fond ».