Qu’est-ce qu’ils sont délicats au Parti socialiste quand même…

Hier, lundi 11 février, Pascal Canfin, le Ministre délégué chargé du développement du Gouvernement de Jean-Marc Ayrault, Premier Ministre de François Hollande, Président de la République français élu au titre du Parti socialiste, donc Monsieur le Ministre issu des rangs d’EELV présentait le projet de loi d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale.

Comme le dit Pascal Canfin dans son discours : « la loi que j’ai l’honneur de présenter aujourd’hui au nom du Gouvernement est en effet une première dans l’histoire de notre République. C’était un engagement du Président de la République. Il est aujourd’hui tenu. »

Un engagement tenu, en voici une bonne nouvelle, et, de plus, grâce à la solidarité gouvernementale, puisque le Ministre n’est pas issu du même parti que le Président ; un bel exemple… de coopération. Surtout pour une loi unique et une première historique dans ce domaine.

Mais il est un petit souci : dans le communiqué de presse du Parti socialiste, un oubli est observable.

Le Parti socialiste salue l’adoption historique la nuit dernière du premier projet de loi d’orientation et de programmation sur le développement et la solidarité internationale à l’Assemblée nationale, qui concrétise un engagement de campagne du président de la République.

Etc. etc.

Arrivée en bas de communiqué, toujours aucune citation du Ministre écologiste, même si on peut y retrouver l’évocation de la catastrophe du Rana Plaza, et le désir d’empêcher tout nouveau drame identique, de responsabiliser les entreprises vis-à-vis de leurs filiales situées dans les pays en développement, sujet qui tient particulièrement à cœur à Pascal Canfin.

Oubli ? Ingratitude ? Mépris ? Hégémonie ? Je ne sais pas, mais c’est moche, très moche.

Une réflexion sur “ Qu’est-ce qu’ils sont délicats au Parti socialiste quand même… ”

Laisser un commentaire