Posez cet arbre là, qu’il nous cache la forêt…

Après un week-end de soutien à Notre Dame des Landes, stupeur hier soir parmi les écolos, notre bon maire de Grenoble, Eric Piolle, serait fondateur-actionnaire d’une société qui ferait de la fuite fiscale vers des paradis fiscaux selon Europe 1 et LeLab d’Europe 1.

Étonnement gêné, non seulement par la clause d’éthique que nous nous imposons, mais également parce que dans les engagements du candidat, à la proposition 64, nous lisons :

COMBATTRE LES PARADIS FISCAUX
La Ville exclura les établissements bancaires concernés par des activités directes ou indirectes dans les paradis fiscaux de ses contrats de prêts. Comme l’ont initié de nombreuses régions françaises, la Ville demandera un rapport annuel sur leurs activités aux établissements bancaires avec qui elle contracte des prêts.

Contacté par les journalistes, l’édile répond qu’il confirme avoir co-fondé la société (y avoir apporté un capital de… 900€) sur un total de 100.000. Eric Piolle ajoute dans le Dauphiné Libéré : « Si j’en suis actionnaire, c’est parce que ma femme y travaille. Mais qu’est-ce que vous voulez que je vous dise : c’est comme si on m’attaquait parce que j’ai mangé une fois au Mc Do. »

Loin de moi, et de nous tous à EELV, l’idée de donner un blanc-seing à Eric, et il y a fort à parier que des explications internes seront demandées. Mais il est à noter plusieurs points.

Il n’y a pas eu de dissimulation

Dans sa déclaration de patrimoine, rédigée le 23 janvier 2014, et comme il l’avait annoncé lors de la signature de la « Charte 2014 » de l’association Anticor, la propriété de ses actions était connue et publiée sur son site de campagne :

Clipboard01

Il est à noter que ces actions ne sont pas cotées en bourse, donc elles ne rapportent qu’après que la société ne décide d’un reversement de dividendes.

Contrairement à Cahuzac, les yeux dans les yeux, je l’affirme : il n’y a eu aucune dissimulation.

Voilà bien un pseudo-scoop plutôt étonnant ! Pourquoi les personnes qui attirent l’attention sur cela ne l’ont-ils pas fait en son temps ? Négligence ? Volonté de nuire ? Il devient alors instructif de s’intéresser au(x) dénicheur(s) de scoop.

Qui a, soit disant, mené l’enquête ?

Car Europe 1 nous le dit : c’est l’UMP locale qui a mené l’enquête, et qui met en ligne ces informations. Dans un article bourré de fautes d’orthographe, d’erreurs de mise en page et de rédactions, les droitiers nous font un récit qui se veut à la manière de Mediapart.

Mais n’est pas fin limier qui veut : pourquoi l’UMP n’a pas épluché plus tôt la déclaration de patrimoine d’Eric Piolle ? Ne sont-ils jamais allés sur le site du candidat concurrent ?

Et qu’aurait fait tout bon politique un peu malin, tombant sur ce genre d’information ?

Car les politiques ne sont pas des enquêteurs comme le sont les policiers, les journalistes ou les juges. En croisant ce genre d’information, le politique intelligent renseigne ou la justice, si il y a lieu, et là, il n’y a pas lieu, ou la presse : l’enquête n’en sera que mieux faite et le citoyen n’aura pas la suspicion de la source qui désire nuire et non pas rendre justice. Car oui, il y a suspicion…

La volonté de diversion

Le Dauphiné Libéré a fait son job, normal, ce sont des journalistes eux, et nous indique l’indignation de l’UMP locale.

Mais cette indignation face à un cas qui n’indique aucune malversation n’est-elle pas quelque peu déplacée lorsqu’on connait le nombre d’affaires auxquelles ce parti est mêlé. A-t-on eu une indignation quant aux trois liens dans la même région que l’on peut voir sur la carte des Décodeurs du Monde des clients de Bygmalion ? A-t-on eu un fin limier UMP pour trouver les différentiels de 632 353 € des deux seuls meetings de Lyon et Annecy, pour ne citer qu’eux ?

Voilà bien une indignation mal feinte, que nous pourrons appeler « posture ». Mais que voulez-vous, à la vue des résultats autour de Grenoble pour ce parti, ils ont bien besoin d’exister : autant utiliser la polémique lorsqu’on n’a pas de projet.

Le Parti socialiste y va aussi, dans le Dauphiné Libéré, de sa petite indignation. Ainsi, Jérôme Safar déclare qu’«Il y a eu tromperie sur la marchandise». Mais lorsqu’on sait que le PS local est, là bas, très prompt à la haine locale des EELV locaux, pour s’en rendre compte, on peut se référer au redécoupage des cantons autour de Grenoble surtout le canton remporté par un écologiste, membre de ces vilains verts qui les agacent.

Postures, indignations surjouées ne tromperont pas le-la citoyen-ne. A l’heure où ces mots sont écrits, tombe une multitude d’alertes sur mon smartphone : encore une jonglerie possible entre Sarkozy et l’UMP, et ce au lendemain des voyages de madame Copé payés par ce même parti, alors pitié, ne tentez pas de cacher vos énormités par une pseudo-affaire à 900 € sans aucune malversation dissimulée.

Pour ce qui est de l’éthique, laissez nous gérer, et si il y a un problème sur ce plan, nous saurons gérer comme nous l’avons déjà fait avec Mme Lamblin, et uniquement, si il y a lieu de le faire.

12 réflexions sur “ Posez cet arbre là, qu’il nous cache la forêt… ”

  • juillet 7, 2014 à 6:16
    Permalink

    Je veux bien que ce soit légal et que les autres ne font pas mieux, mais admettez tout de même que lorsqu’on a défendu dans la campagne ce qu’a défendu Éric Piolle, ça pose un sacré problème de cohérence politique. Vous ne vous en sortirez pas avec des arguments du genre « ils n’avaient qu’à le voir avant ». C’est Piolle qui est en cause dans cette affaire, pas l’UMP ni le PS. Votre défense est à côté de la plaque, vous ne répondez pas sur le fond.

    Réponse
    • juillet 7, 2014 à 6:19
      Permalink

      Mais bien sur, sauf qu’il y a plusieurs faits : il suffit de relire l’article, ils sont là inscrits.
      La campagne PS et UMP a donc été mal faite puisque les documents étaient connus.

      Ce n’est pas une défense (je le dis à deux reprises), c’est une mise en évidence de la prise de posture ridicule de personnes qui n’ont rien vu en amont. Si ils avaient gérés ainsi la ville, c’eut été assez périlleux.

      Réponse
      • juillet 8, 2014 à 12:12
        Permalink

        Ce n’est pas une défense, dites-vous, mais vous focalisez sur les deux zigomards qu’auraient pas vu les choses à temps (au passage, on n’est pas obligé de connaître la société Raise) et vous ne dites rien sur ce qui est un scandale absolu : un candidat qui prétend faire de la politique autrement et qui maquille dans les paradis fiscaux comme un vulgaire financier véreux. Vous n’avez vraiment rien à dire là dessus ?

        Réponse
        • juillet 8, 2014 à 1:07
          Permalink

          La réponse a été donnée par Eric Piolle sur France 3. Beaucoup trop de gens s’emballent sans connaitre le dossier.

          Réponse
          • juillet 8, 2014 à 4:45
            Permalink

            Explications pas du tout convaincantes. Si Piolle avait été UMP ou au PS, je ne doute pas qu’il en aurait pris plein la tronche de la part de ceux qui le soutiennent parce qu’il fait partie de la même boutique qu’eux.
            C’est la misère de la politique, l’esprit de boutique prend le pas sur les convictions.

      • juillet 14, 2014 à 12:39
        Permalink

        Ce que vous dites est un rien scandaleux dans la mesure où ce dont est accusé Piolle n’est ni de cacher quoique ce soit dans les paradis fiscaux, ni de participer (à une hauteur de 0.5%) au capital d’une entreprise aidant à faire de l’exil fiscal, mais d’être cofondateur de manière marginale d’une entreprise ayant parfois des clients ayant des actifs dans des paradis fiscaux.

        C’est du quatrième degré, un peu comme si on accusait le cousin de votre boulanger d’être un escroc parce que ce dernier a, une fois, vendu son pain à un homme malhonnête.

        Du délire donc. Et dès qu’on s’informe sur la société en question (qui travaille dans la régulation de risques, ce qui n’a rien à voir avec l’exil ou l’optimisation fiscale) on voit qu’n est très loin du candidat « qui maquille dans les paradis fiscaux comme un vulgaire financier véreux » comme vous le dîtes, ce qui est tout simplement une diffamation.

        Il vous reste donc la possibilité de vous informer plutôt que de dire tout et n’importe quoi.

        Réponse
        • juillet 14, 2014 à 12:45
          Permalink

          Euh ? Vous avez compris l’article ? Vous l’avez lu en diagonale ?

          Réponse
          • juillet 14, 2014 à 9:59
            Permalink

            Regardez bien, mon message est une réponse directe au commentaire de Gilbert Duroux, non à votre article. Que j’ai parfaitement lu je vous rassure 🙂 (même si je trouve dommage que vous ne parliez que de la transparence alors que le fond est tout aussi irréprochable, mais j’ai bien compris votre angle d’attaque).

          • juillet 14, 2014 à 10:00
            Permalink

            Ah ok, je ne pigeais pas !

  • juillet 8, 2014 à 12:02
    Permalink

    « Dans un article bourré de fautes d’orthographe » ça serait bien de balayer devant sa porte quand même

    Réponse
  • Ping : L'insoutenable légèreté d'écrire du Lab d'Europe 1 | Jean-Sébastien Herpin

Répondre à jsherpin Annuler la réponse.