Mon train, ma vie, leur oeuvre

Ce matin, mon train a vingt minutes de retard au départ : nous n’avons pas de locomotive. Anecdote pensez-vous ? Pas tant que ça… Il s’agit là d’un quotidien vécu par un grand nombre de personnes, et pas qu’au départ d’Orléans, c’est leur vie : ils vont travailler.

Remontons en arrière : un cadencement avait été mis en place en décembre 2011 et inquiétait déjà les usagers et le Conseil économique, social et environnemental de la région Centre en son époque.

Au delà des nouveaux horaires et des nouvelles fréquences, de “petites gares” moins desservies, Les trains Tours-Blois-Orléans-Paris ont été coupés en deux : Tours > Orléans puis Orléans > Paris. L’algèbre est une science qui peut être simple : il faut deux loco là où il en fallait qu’une. La raison réelle de cette “réforme” fut la rentabilité. La raison masquée est Le TGV Tours-Paris, SA rentabilité. Mais c’est plus cher, vous le savez, et ça ne s’arrête pas à Onzain ou Beaugency, même si vous y habitez et que vous travaillez à Paris, que vous n’avez pas le choix puisque c’est là qu’est l’emploi. Le résultat est là : ce matin, mon train a vingt minutes de retard parce qu’il n’a pas de locomotive.

Si vous désirez une SNCF service commercial, une SNCF qui se fait sauvagement concurrencer par les cars polluants de la Loi Macron, loi organisant les handicaps futurs d’une société dont l’Etat est principal actionnaire, donc chaque citoyen-ne, si vous exigez une idée de service public s’évaporant au fil des années vers des rêves improbables, alors encouragez le tout-TGV. Sinon, résistez-y. Le train peut être plus rentable, en plus d’être plus sécurisé, que la voiture. Le train peut être un transport agréable, reposant. Mais la rentabilité réclame que vous crachiez au bassinet tout en vous hypnotisant avec des promesses chimériques sans vraiment vous annoncer le prix réel.

La résistance passe par le refus du projet de TGV POCL qui, non seulement va abîmer notre habitat sauvage, mais va également tuer un peu plus les petites gares, augmenter le tarif des transports quotidiens et diminuer la qualité du service.

Le refus passe par une alternative, les écolos l’ont pensée et sont prêts à la faire aboutir. Cette réflexion est le fruit d’un travail commun sur 2 ans des six groupes d’élus régionaux EELV concernés par le projet LGV POCL : Ile-de-France, Bourgogne, Limousin, Centre, Rhône-Alpes, Auvergne. Il est consultable sur le site, entre autres, des élu-es écologistes de la région Centre – Val de Loire.

Voilà une de nos différences qui expliquent notre autonomie à ce premier tour des régionales, cette différence n’a pas empêché les écologistes de rester partenaires de la majorité sortante tout en défendant ce projet. Un projet qui ne veut plus d’un service défaillant, trop cher et mal adapté, un service qui produit des trains sans loco, avec vingt minutes de retard au départ.

Une réflexion sur “ Mon train, ma vie, leur oeuvre ”

  • août 11, 2015 à 8:15
    Permalink

    C’est très bien cette communication des élus, mais je ne vois pas de possibilité de retour (de bas en haut). Je suis tout à fait pour la position EELV sur la substitution du POCL par les solutions proposées. Nous avons défendu la même orientation avec le GAMO en Conseil municipal d’Olivet (où Hugues Saury voulait faire croire à une gare du POCL … à Olivet, ben voyons !)
    En revanche, je suis très intéressé par la ferme achetée près de Vendôme comme école pratique de l’agribio.
    A mon avis, la première chose à faire est la carte des sols détaillée ! J’ai suggéré cela par mail aux élus et n’ai eu qu’une réponse (sympa mais n’engageant pas le groupe régional EELV vis à vis des autres groupes). Ce serait bien que les citoyens qui ont des propositions puissent participer au débat !
    Je compte sur toi pour relayer cette démarche que je peux encore proposer .. mais pour combien de temps ? J’ai prévu des relais de jeunes professionnels.
    A Lille, où je vais en voiture …pour ne pas être tributaire de loco .. et pour aider au cas où il y aurait des matériels à transporter !
    Amitiés
    Michel

    Réponse

Laisser un commentaire