Lettre à toi qui me connais, qui connais mon engagement…

Salut,

Dimanche nous votons pour le premier tour des élections régionales.

Tu le sais peut-être, je suis candidat pour la liste Écologistes, Citoyens et Solidaires, dont la tête de liste est Charles Fournier.

Si je m’adresse à vous, mes ami-es et mes proches, c’est pour partager ensemble ce qui fonde aujourd’hui cet engagement. Je souhaite aussi apporter un éclairage à un moment où vous doutez peut-être de l’efficacité du vote, de tel ou tel responsable politique, voire même comme beaucoup de la capacité à construire un monde apaisé et égalitaire.

La liste dans laquelle je suis engagé est la seule qui se soit totalement ouverte aux citoyen-nes (45% de candidat-es non encarté-es) et qui porte une idée sincère du renouvellement de la vie politique, dans un contexte de crise démocratique. Bien sûr, ce sujet n’a pas passionné, ni les médias, ni les autres listes, pour la plupart intégrant des candidat-es en situation de cumul, dans l’espace ou dans le temps.

Travailler avec les 89 candidats fut un moment très riche :

  • construire le projet ensemble depuis un an pour certains, dans un lien avec des actrices et des acteurs de la société civile,
  • construire collectivement cette campagne dans laquelle nous nous sommes engagé-es de manière originale et constante,
  • être capable d’élaborer là aussi collectivement notre réaction et nos réponses suite aux attentats, avec sagesse et détermination (lire ici la lettre adressée aux électeurs et électrices).

J’ai appris, j’ai construit, j’ai eu le sentiment de porter l’intérêt général et d’apporter des réponses cohérentes avec les crises que nous traversons.

Je sais que pour beaucoup la vie politique effraie, inquiète ou déçoit, mais je peux vous le dire, j’ai vu là une autre manière de faire.

Plus particulièrement depuis les attentats, mais aussi au moment où se lance la COP 21, je crois profondément qu’il nous faut changer de modèle, que ce changement ne sera pas brutal mais progressif, cela s’appelle la transition, mais il est par contre urgent d’en décider maintenant.

Je suis conforté dans mon idée, que l’écologie est une solution pour l’économie, l’emploi, pour nos déplacements, pour l’éducation, pour le vivre ensemble d’une façon générale, pour notre vie quotidienne et que ce n’est pas seulement affaire de petites fleurs et de petits oiseaux, même si ça compte aussi. 😉

J’ai vu le sérieux avec lequel nous avons porté ces propositions (voir ici notre programme), j’ai aussi vu le capital sympathie que nous avons reçu sur le terrain.

Mais voilà, ce capital sympathie doit pouvoir se traduire en vote pour qu’il y ait demain des candidats écologistes et citoyens présents à la Région, pour défendre ces idées. Tout va encore être fait pour que l’on vote dans la peur : peur de l’autre, peur du vote FN qui ne cesse pourtant de monter, peur pour nos vies quotidiennes, peur de faire un choix.

Cette élection est une élection à la proportionnelle, elle permet un vrai choix, cela n’est sans doute pas assez expliqué. Les listes qui feront 10% des voix pourront se maintenir au second tour. Le score qu’elles feront lors de ce second tour déterminera leur poids pour la mandature. Les listes qui feront au moins 5% pourront fusionner avec celles qui feront 10%. Cela suppose ensuite de construire un contrat pour gouverner ensemble, respectueux des différences et des points d’accord. Les listes qui font moins de 5% sont éliminées.
En 2010, les écologistes avaient fait quasi 12% et ont pu, avec douze élus, peser très fortement sur les politiques de la région.

Plus le poids des écologistes sera important, plus l’écologie sera prise en compte. A contrario, le risque est maximum que toutes ces questions soient sacrifiées sur l’autel du court terme et que nous nous enfoncions dans les crises actuelles.

Je crois que chacun peut mesurer au moment de la COP 21, que les risques ne sont pas pour demain mais qu’ils sont déjà là.

Mais nous savons aussi que les solutions existent, que certains les mettent déjà en oeuvre dans leur vie de tous les jours, mais que nous sommes à l’heure des responsabilités politiques. Cette liste est la seule à proposer une cohérence quand d’autres disent une chose et font le contraire (par exemple soutenir l’agriculture paysanne et biologique et l’agriculture industrielle en se disant que les deux sont durablement compatibles) ou pire ignore totalement les enjeux climatiques et environnementaux.

Il faut prendre un tournant maintenant : nous ne pouvons pas reporter. L’alternance classique a échoué parce qu’elle ne veut pas changer de modèle; le FN sera bien sûr la pire chose qui puisse nous arriver pour l’égalité, la solidarité, la coopération, l’apaisement des rapports citoyens, mais aussi pour l’environnement et le climat.

Mon choix est fait, j’espère bien sûr te convaincre de faire le même, pour notre région, pour la planète, pour le climat et pour nos enfants, ou du moins, déjà, d’aller voter, en respect avec les valeurs qui ont construit notre région, notre pays, notre planète, ou du moins celle que nous, idéalistes (!), nous voulons mettre en oeuvre.

Avec toute mon amitié, des bisous, des hugs mais surtout de la sincérité… On est comme ça chez les écolos.

Js

Une réflexion sur “ Lettre à toi qui me connais, qui connais mon engagement… ”

Laisser un commentaire