L’auto-dissolution tout seul, sans l’aide de personne (en Harley Davidson)

Le Congrès d’Europe Ecologie – Les Verts est en route. On aurait pu dire “en marche”, mais la locution est déjà prise. Il semble qu’un constat peut être déjà fait : la rupture avec le partenaire depuis Jospin est consommée.

Fin mai, puis mi-juin, cinq motions seront en lice pour définir la future ligne politique du parti écologiste. Sur la totalité de ses textes, les quatre cinquième engagent une réflexion sur le divorce avec le Parti Socialiste, laissant augurer des Présidentielles, Législatives et Sénatoriales, jusqu’aux prochaines Municipales en 2020, plutôt esseulées pour le parti de ce gouvernement aux résultats abscons.

Depuis l’Opinion sous la plume de Raphaël Proust jusqu’au JDD de ce dimanche, dans un article d’Arthur Nazaret : il est constaté qu’il sera difficile à faire changer d’avis un parti vert agacé, meurtri, trahi mais déterminé.

Et c’est là que l’artillerie lourde sort. Communication à tout va, éléments de langage, mobilisation des troupes : depuis le ratage de la création de la Belle Alliance Populaire (que voilà) jusqu’au pléonasme de De Rugy, en passant par les Eh oh la Gauche, (oh éh du bateau, y’a quelqu’un ?), c’est avec de bien gros sabots que le ridicule s’installe de façon pérenne dans le paysage politique embué d’un Gouvernement en fin de règne.

Divinations en disparition pour les verts, invectives et mise en demeure de rentrer à la maison gauche sur les réseaux sociaux, c’est l’affolement complet dans un camp tombé pour la France.

Ainsi tout au long de la journée, le Parti socialiste a voulu surfer sur la victoire dans la circonscription 4403, le territoire où était élu, dès le premier tour, mais ça c’était avant, Jean-Marc Ayrault. Victoire, certes, mais il faut la modérer avec une certaine humilité. Devant la perte en nombre de voix, l’abstention montrant un désintérêt ou une certaine lassitude, doit-on autant se pâmer de joie à ces résultats :

Résultats de premier tour :

Résultats de second tour :

L’humilité devrait être réellement de mise lorsqu’on fait le rapport de la représentation des voix de la vainqueure sur le nombre d’inscrits :

Cg6U9nwWYAARCf3

Le Parti Socialiste soutient ce gouvernement. Ce gouvernement a trahi ses engagements et son contrat avec son partenaire écologiste. Ce dernier, dont la confiance a été poignardée, ne voudra pas accompagner la déchéance d’une gauche de reniement.

L’avenir du PS français est sombre et à l’instar de ses semblables en Europe, il devra se clarifier, ou mourir. Mais lorsqu’on est sur le Titanic, on a le choix : soit on se dirige vers les chaloupes, soit on continue à écouter l’orchestre. Les écolos aiment la musique, mais également le principe de précaution…

Laisser un commentaire