Les particules élémentaires : ils sont forts ces écolos !

Les particules élémentaires : ils sont forts ces écolos !

Vous connaissiez le lobby gay ? Si puissant qu’ils vont arriver, selon des sources très informées comme l’amie de Poutine, Mme Boutin, à faire changer nos enfants en escargots, êtres super calés dans l’hermaphrodisme.

Et bien il y a pire : le complot des écolos ! Ces êtres verts venus d’ailleurs, qui bouffent de la racine, se chauffent à la bougie et se déplacent sur deux roues même pas motorisées. Ces aliens vous veulent du mal et cela, rien que pour satisfaire leur soif de pouvoir insatiable. Leur Grand Stratéguerre n’étant autre que Duflor et son Golgoth l’infâme JiVayPay, heureusement retenus par un Valsorak combatif.

Et bien, ils viennent d’être démasqués !

 

Mais bon sang, mais c’est bien sûr ! C’est évident, c’est un complot Europe Ecologie – Les Verts : ils ont des grands canons à pollution et ils les déploient au dessus des villes (et sûrement les nuits de pleine Lune !).

La preuve, ils l’avouent eux-même :

Clipboard02
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Et oui !

  • 2009, ils menacent Arthus-Bertrand : fais un film pour nous ou on pète ton hélico,
  • 2010, double combo : Naufrage d’une station pétrolière en Louisiane (Deepwater Horizon) et accident de l’usine d’aluminium d’Ajka en Hongrie, 1,1 million de mètres-cubes de boue rouge toxique se déversent sur plus de 40 km2, et atteignent le Danube le 7 octobre. Et bah, ils font un score aux régionales !
  • 2011, ils secouent la planète exprès pour faire péter Fukushima et remporter des cantons,
  • 2012, ils oublient de se lever, procrastinent, ne trouvent aucune idée tellement Fukushima c’était du lourd, et font 2,31% (*),

  • Donc 2014, ils se lâchent sur la pollution.

C’est vraiment des tordus ces écolos : ils feraient n’importe quoi pour avoir une place de conseiller municipal aux espaces verts.

A moins que la pollution ne soit due à autre chose ? Du genre, on n’oserait pas repenser la place de la voiture (diesel) dans les communes ? On préfère incinérer des ordures plutôt que de mieux recycler ? naaaaaaaaan, pensez-donc… Ce ne peut être ça !

(*) Y'en a bien un qui a eu l'idée de fiche en l'air le 14 juillet, on lui a demandé si il déconnait.
Montebourg partout, toujours nulle part !

Montebourg partout, toujours nulle part !

Après l’annonce des 34 plans de Nouvelle France Industrielle en septembre, quel premier bilan après les derniers tours de passe-passe de l’illusionniste en marinière.

Peugeot

Peugeot nous annonce qu’ils cherchent à étendre leur influence sur l’Asie car le marché européen est saturé. Leur stratégie est de chercher des débouchés pour des modèles existants. Ils ont peut être été les premiers à fabriquer des moulins à café, mais maintenant avec un chiffre d’affaire catastrophique, l’état les soutient dans cette politique expansionniste en investissant à son tour 800 millions d’euros dans cette aventure risquée. Est-ce l’esprit du contrat de filière réfléchi en octobre 2012 ? Est-ce la volonté première du Conseil National de l’Industrie créé en avril 2013 ?

Pourquoi cet argent n’a pas été réinvesti sur les sites français dévastés  en encourageant les initiatives des acteurs locaux, des peut-être futurs fabricants de la prochaine invention qui révolutionnera notre quotidien ?

Si nous suivons la stratégie évoquée 6 mois plutôt, cette annonce est incohérente ou peut-être, qu’ils voulaient mettre en œuvre la forme d’ « internationalisation » souhaitée dans leur contrat de filière, mais dans ce cas là, comment sera favorisé « l’implantation et l’obtention de marchés à l’export » ? En délocalisant encore des chaînes de production ? D’ailleurs, comment exporter des voitures que l’on produit à l’extérieur ? Incompréhensible !

Le retour du gaz de schiste !

Alors que la première rencontre pour discuter du contrat de filière avec le secteur extraction débouche sur une annonce stupéfiante le 4 février ! La quête de gaz de houille et le développement de procédés respectueux de l’environnement pour extraire le gaz de schiste sont des pistes sérieuses pour le redressement de l’économie ! Encore une patate dans le plan de reconquête de Nouvelle France Industrielle ! D’ailleurs les extractions de matières premières, on les met dans quels plans de reconquête ? « Réalité augmentée » ou « gestion de la rareté » ? Difficile à comprendre cette stratégie « en marinière » comme ce Monsieur se plait à dire, quand il a une idée.

Le retour du Colbertisme !

Et boum, badaboum, roulement de tambour, encore une autre annonce, la création de la compagnie nationale des mines,  lors d’une visite à Placoplatre sur la carrière de Montmorrency … Nous allons trouver de l’or en Guyane, produire des batteries électriques, grâce à nouveaux stocks de lithium, etc etc  ! Encore une rubrique du plan de reconquête qui est absente … Peut être Recyclage ?  Ou production massive de tritium ???

Il semble que cette variante du colbertisme soit un peu exagérée, quand Colbert décidait d’investir dans une manufacture française, c’était pour qu’elle s‘approprie des innovations et non pas, pour donner son savoir-faire à d’autres nations … Mais passons …

Notre pays ne peut pas se contenter de stratégie abandonnée 6 mois après, sous la pression des industriels français, nous avons besoin de créativité, de courage et d’envie. Et heureusement, EELV a toutes ces qualités pour relever les prochains défis, et le gouvernement peut compter sur nous pour lui rappeler ! Nous pouvons désormais nous dire que chaque déclaration provocante dans la presse à notre égard  n’est que le résultat de notre volonté d’affirmation de nos idées ! Soyons fiers de pouvoir siéger dans ce gouvernement, sans ambiguïté et en restant fidèle à nos électeurs !

Didier Delpeyrou

Responsable du groupe Rosny-Gagny-Villemomble
Responsable action bed 93

Une presse présurisée

Une presse présurisée

Comme le montre le film « Les nouveaux Chiens de Garde », la presse et les médias peuvent parfois (souvent) prêter aux doutes. La presse d’opinion ou les lignes éditoriales ne sont pas ici en cause, car il s’agit de choix clairs et dont le public n’est pas dupe. Il ne s’agit pas non plus de la mauvaise foi ou de postures exagérées comme celles de Valeurs Actuelles qui vire plus au fanzine de parti qu’à son but premier de revue d’information boursière. Le problème vient évidemment de l’indépendance du journaliste devant les exigences de pressions diverses qu’elles soient politiques, économiques, d’intérêts financiers ou tout simplement de pouvoirs. D’ailleurs la communication pour Mediapart est assez évocatrice sur le sujet : Lire la suite

Le consumérisme pastiché

Le consumérisme pastiché

Luke Aker, professionnel américain du cinéma et de la vidéo, a eu une excellente idée : au fond de son garage croupissait une épave de Nissan, il s’est dit qu’il allait la vendre, mais pas n’importe comment.

La voiture est réellement une épave, usée, abimée, mais notre Luke est un malin : il a appliqué les codes de la pub, a mis son petit film en argumentaire de vente et c’est parti :

Ce que nous montre cette petite farce plutôt proprement faite, c’est qu’on peut vous vendre n’importe quoi en s’y prenant bien. Alors au moment d’acheter, réactivez votre cerveau, consommez différemment et vous verrez que vous n’en serez pas plus frustré-e pour autant.

Rions un peu avec Montebourg…

Rions un peu avec Montebourg…

Quoique ce monsieur ne soit pas si drôle…

Car si il est un roi des couacs, un homme qui souffle le chaud et le froid, et, j’oserai même le dire, un qui roule pour sa bosse, c’est bien Arnaud Montebourg.

Les écologistes sont assez en colère après lui depuis quelques jours. Alors qu’il était en Chine avec Jean-Marc Ayrault, Montebourg déclarait afin de vendre la centrale médinnefransse EPR : « Le point commun entre la France et la Chine est de considérer que le nucléaire est une filière d’avenir ». Arnaud serait-il soudainement devenu fou ? Non, il cherche juste à vendre la technologie française qui est aux coûts financiers ce que le syndrome chinois est à la catastrophe nucléaire : un puits sans fond.

En tant qu’écolo, doit-on avoir peur que Nono la brassière ait raison ? Que tout porte à penser que le nucléaire est L’avenir ?

Non, ne craignez-rien, notre visionnaire redresseur de production n’est pas vraiment un visionnaire. Xavier Niel, patron de Free, l’a bien compris et s’en est amusé à ses dépens :

Ainsi, pour annoncer l’extension de la 4G à son forfait à 2€, Xavier Niel rebondissait sur un tweet du sieur ministre de janvier :

Clipboard01

Mais l’homme qui salut haut et fort (saluuuuuuuuuuuuuut) goûte peu l’humour et accuse le patron de tuer l’emploi, ce à quoi Niel rétorque avec des chiffres et une cinglante question :

Clipboard02

Alors là, notre cher ArmoLinex fut bien mouché… Bon allez… Monsieur le Ministre, lâchez les réseaux sociaux, cela vous dessert, la polémique vous fait passer pour quelqu’un dont la vision est erronée : rappelez vous du patron de Titan. Alors, pour le nucléaire…

Mais en attendant, nos compères sont bien singés :

L’ecotaxe : la revanche des Manifs pour tous

L’ecotaxe : la revanche des Manifs pour tous

Relevé par @TetuNicois sur Twitter, une bien étrange instrumentalisation est en train de se mettre en place.

Comme beaucoup le savent, le débat sur l’écotaxe fait l’actualité ce jour. Je ne reviendrai pas sur les arguments des uns et des autres, Yagg n’étant pas le lieu pour un tel débat.

Mais comme le remarquait notre twittos, il existe un compte sur le réseau social de l’oiseau bleu :

Clipboard05

Cliquez sur le lien pour atteindre le compte Twitter

TetuNicois eut alors l’idée d’aller inspecter les followers et ne fut qu’à moitié surpris d’y dénombrer un certain nombre de comptes issus d’un mouvement contestataire que nous connaissons bien :

Clipboard06Clipboard07Clipboard08

M’est avis que ces personnes ne sont ni transporteurs, ni agriculteurs. Alors la question est posée. Ne sommes-nous pas face à des revanchards qui cherchent tous les prétextes afin de pratiquer leurs sports favoris : la négation de l’alternance, le refus de la démocratie et surtout la haine pour la haine ?

Article paru initialement sur Yagg

Fracturation hydraulique : le Frack Down de l’UMP

Fracturation hydraulique : le Frack Down de l’UMP

gfdd_day_couv2La nouvelle est tombée ce matin à 10 heures en droite provenance du Conseil constitutionnel : la fracturation hydraulique pour l’exploitation des gaz de schiste restera interdite.

Écologistes, comme lobbies du monde pétrolier, nous étions suspendus à cette décision.

La fracturation hydraulique est la seule méthode qui existe aujourd’hui pour libérer les hydrocarbures de schiste piégés à grande profondeur dans la roche. Mais elle présente de très sérieux risques pour l’environnement, la santé et la sécurité des riverains.

En janvier 2013, après l’annulation de deux permis d’exploitation, la compagnie pétrolière texane Schuepabch avait posé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) au tribunal administratif de Cergy-Pontoise, transmise au Conseil d’Etat puis au Conseil constitutionnel.

Au delà du risque de devoir à nouveau légiférer et voir les parlementaires harcelés par le lobby pétrolier, il y avait un risque de demande d’indemnisation faramineuse par Schuepabch : la société texane s’apprêtait à réclamer la somme de 1 milliard d’euros à l’Etat français.

Le Conseil constitutionnel valide donc la loi du 13 juillet 2011 qui interdit en France l’usage de la fracturation hydraulique pour explorer et exploiter les pétroles et le gaz de schiste. Les Sages considèrent par le texte que cette loi « a poursuivi un but d’intérêt général de protection de l’environnement », en ajoutant que « la restriction apportée tant à la recherche qu’à l’exploitation des hydrocarbures ne revête pas, en l’état des connaissances et des techniques, un caractère disproportionné au regard de l’objectif poursuivi ».

Cette loi avait été initiée en 2011 par Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale. Il pourrait être ironique de constater que les écolos soutiennent des lois UMP, c’est pour dire si on n’est pas bouchés !

Non, le gag est en fait ailleurs…

Depuis plusieurs jours, les pétroliers, par L’Amicale des foreurs ou La Boîte à idées de l’UMP – qui rassemble entre autres, Alain Juppé, Bruno Lemaire, Valérie Pécresse – appelaient à « la reprise de l’exploration et de l’exploitation du gaz de schiste ». Une fissure dans les fondations sédimentaires du productivisme ? Ces illustres politiques, évidemment appuyés par les compagnies pétrolières, oseraient désavouer l’un des leurs, et pas le moindre : leur Président de groupe à l’Assemblée nationale ?

Rassurez-vous, depuis, Christian Jacob a retrouvé ses esprits. Et il a trouvé la petite faille qui évitera de passer pour Père Ubu : il est décidé à attaquer le gouvernement de Jean-Marc Ayrault sur l’article 2 de sa loi, selon lui inappliqué. Ce dernier prévoit la mise en place d’une « commission nationale d’orientation » destinée, entre autres, à « émettre un avis public sur les conditions de mise en œuvre d’expérimentations réalisées à des fins scientifiques, sous contrôle public ».

Cet épisode des gaz de schistes nous montre une nouvelle fois l’incompatibilité de l’UMP avec l’écologie. L’écologie c’est bien sympa et bien pratique pour chatouiller l’électeur, mais quand même, parfois, l’environnement, ça commence à bien faire  !

Mais pourquoi les verts allemands sont si méchants ?

Mais pourquoi les verts allemands sont si méchants ?

Le Monde.fr avec l’AFP, ont sorti ce 6 août une info particulièrement choquante ! Pensez donc, les Verts allemands (Die Grünen) mettent tout leur pays dans l’émoi.

Comme le rappelle l’article, à sept semaines des législatives en pleine période estivale, autant dire au moment des barbecues en famille et entre amis, ces assoiffés de quiétude et de paix que sont les écologistes osent réclamer l’impensable : une journée sans viande hebdomadaire dans les cantines !

Heureusement, que la droite allemande veille et aux vues de ses déclarations n’a rien à envier à la nôtre : elles doivent concourir pour le même trophée (la plus bête du monde, tout ça…).

« Les « éducateurs verts du peuple » ont une vision de la société dans laquelle une minorité décide pour la majorité de la façon dont il faut vivre » répond Michael Fuchs, le vice-président du groupe parlementaire des conservateurs de la chancelière Angela Merkel.

« Qu’est-ce qui va venir après : la journée de la toile de jute, de la bicyclette, du tee-shirt vert ? » a enchaîné Rainer Brüderle, candidat à la chancellerie des libéraux (FDP), partenaires du parti d’Angela Merkel au gouvernement.

Cependant, le quotidien de centre gauche Süddeutsche Zeitung souligne dans un éditorial que l’appel des Verts était bien « inoffensif » au regard de ce qui se passait chaque jour dans les abattoirs.

Finalement, on le comprend assez bien, l’indignation de la droite est assez surjouée, mais que voulez-vous, période électorale oblige.

Mais si pour une fois, les Allemands se disaient qu’ils n’étaient pas obligés d’être LE modèle pour toute l’Europe dans tous les domaines ? Et si ils regardaient à l’extérieur ?

Exemple français : dans le 2ème arrondissement à Paris, c’est la journée sans viande à la cantine chaque mardi depuis janvier 2009. Les enfants sont toujours vivants et les parents plutôt satisfaits.

Exemple belge : A Bruxelles, le jeudi c’est Veggie ! Depuis mai 2009, la ville de Gand encourage ses citoyens à participer au Donderdag Veggiedag. (Jeudi Veggie). Ils ont toujours des dents.

Pourquoi diminuer ou arrêter sa consommation de viande, se demanderont certains. Beaucoup de raisons citoyennes ou de valeurs personnelles existent. Mais nous pouvons également ajouter le pragmatisme économique et écologique :

Les impacts environnementaux de la production de viande sont principalement une consommation dl’eau et d’énergie, un risque de dégradation de la qualité de l’eau, une substitution des forêts par des prairies ou des prairies par des cultures annuelles. Certaines sources évoquent aussi une plus forte contrainte sur les territoires, une réduction de la biodiversité et une production de gaz à effet de serre, bien que ces données soient controversées.

Alors au pays de l’Eisbeinfleisch et des wurst de tout et de n’importe quoi *, la droite a quand même entamé la sortie du nucléaire, alors faire une journée hebdo sans viande, cela va faire tomber la civilisation allemande ?

* Je ne suis pas très fort en charcuterie allemande : je suis allé cherché des noms exotiques sur des sites plus gras les uns que les autres.
Avant-première Super Trash à Orléans le 29/08/2013

Avant-première Super Trash à Orléans le 29/08/2013

Le jeudi 29 août 2013 à 20h le film choc de la rentrée Super Trash sera programmé pour une avant première en présence du réalisateur Martin Esposito, de la Députée européenne EELV Sandrine Bélier et de Claude Surand, représentant de Loiret Nature Environnement en charge de la problématique des déchets.

Immersion courageuse et suffocante dans l’univers glauque de nos rebuts et de notre gaspillage, Super Trash est un film-choc sur ce que nous aimerions ne pas voir : faute de réussir le recyclage et la valorisation des déchets, des montagnes de produits industriels, d’aliments, de médicaments… se décomposent en baignant dans le jus noirâtre de la décharge, qui finit malheureusement bien souvent par contaminer la terre et les cours d’eau.

Vous pouvez vous inscrire sur l’événement Facebook en cliquant ici…

Cette avant-première sera aux tarifs habituels du Cinéma des Carmes :

Plein tarif  7,50 € – Tarif réduit  6 €

-  POUR LES + 60 ans, les étudiants, les demandeurs d’emploi et les cartes famille nombreuse : du dimanche 18h30 au vendredi 17h, sauf les jours fériés

Sortie nationale du film le 9 octobre 2013

« Super Trash, un film violent, insituable et inclassable. Esthétique aussi. Quelque part entre le thriller anticipatif et le road movie sans limites. Sans aucune limite… Le film qui va faire bouger les choses ? “J’ai fait Super Trash parce que j’ai confiance en la capacité de l’être humain à rebondir et à se remettre en question”.
Super Trash c’est une plongée abyssale dans notre société. Dans ce qu’elle veut cacher. Une immersion dans ce qu’il reste lorsque l’on croit qu’il n’y a plus rien. Miroir de la folie humaine… Super Trash, acclamé hier par les spectateurs niçois, c’est 1 heure 15 d’un film étouffant. Inquiétant. Déstabilisant. Et choquant bien sûr. Mais qui donne à réfléchir. Que laisse-t-on à nos enfants ? “On fait quoi maintenant ?” » –  Nice matin

« Martin Esposito a filmé pendant plus de deux ans sa vie passée dans une décharge des Alpes-Maritimes, dans le sud de la France. Long-métrage aux airs de documentaire, Super Trash montre l’envers du décor d’une consommation exacerbée. Les protagonistes ? Les déchets, et Martin Esposito, 35 ans, qui se met en scène. Certains seront choqués, et c’est le but.
Le soir de l’avant-première, lors de la Global Conference 2012 à Évian, la réaction du parterre d’experts en développement durable présents est unanime : malgré l’écoeurement des spectateurs, Super Trash est acclamé. » – Le Point

« Si avec son film, Martin Esposito se garde bien d’accuser ouvertement, il met malgré tout en lumière les petites libertés que s’accordent certaines structures quant à leur respect du tri sélectif et leur volonté affichée de limiter leur impact environnemental. (…) On ressort de la séance de Super Trash lessivé, écoeuré même, et légèrement claustrophobe, la faute surement à ces tonnes de déchets qui semblent pouvoir vous ensevelir à chaque instant. Mais on en ressort surtout choqué par cette gestion catastrophique et irresponsable des déchets. Le film, à mi-chemin entre le road-movie et le documentaire, est un vrai électrochoc qui réveille les consciences. Et après, qu’est-ce qu’on fait ? Est-il déjà trop tard ? »Marianne

Plus d’infos sur :

Paru initialement sur le site d’EELV Orléanais