EELV, les Européennes et des résultats

EELV, les Européennes et des résultats

Afin de définir ses listes de candidats pour les prochaines élections européennes, Europe Ecologie – Les Verts a entrepris une consultation de ses militants. Les militants recevaient les noms des candidats et pouvaient ordonnancer les deux ou trois premiers candidat/es de chaque genre (suivant les euro-régions). Ainsi un nombre de points était attribué à ces premiers, permettant de désigner au mieux les têtes de listes. Celles-ci seront proposées à la CPE (Commission permanente électorale) qui construira, par la suite, des scénarii. En dernier lieu, le Conseil fédéral votera sur les listes définitives qui seront présentées aux électeurs et électrices.

Les résultats pour la région Centre – Massif Central, où j’étais candidat, sont maintenant connus :

RésultatsEU

Toutes mes félicitations se portent vers Benoit Faucheux, avec qui je travaille au sein du Bureau exécutif régional d’EELV Centre.

Je me suis intéressé aux résultats du Congrès national décentralisé en région organisé le week-end dernier afin de les comparer à ce scrutin. En additionnant les trois régions (Limousin, Auvergne et Centre) de notre euro-région, on retrouve le rapport de force inter-motions et le fait que la région Centre, qui a porté LMP en tête, soit la région la plus peuplée en militant/es influe fortement ce résultat.

Il est un point qu’il faut préciser au non militant EELV, c’est que cette consultation était… une consultation : nous n’avons pas là les futures listes pour les européennes mais l’expression des désirs des militants afin d’orienter la Commission Permanente Électorale qui proposera au vote les listes finales. Et la région Centre est actuellement dans un flou artistique : qui sera tête de liste, sera-ce une femme ou un homme, de quelle motion sera-t-elle/il issu ? Et cela influera par la suite sur le reste de la liste (alternance paritaire, rapport de force de motions, etc.).

Au niveau national, plusieurs résultats sont importants à souligner.

[gigya src= »http://static.issuu.com/webembed/viewers/style1/v1/IssuuViewer.swf » allowfullscreen= »true » flashvars= »mode=embed&layout=http%3A%2F%2Fskin.issuu.com%2Fv%2Fcolor%2Flayout.xml&backgroundColor=HEX&showFlipBtn=true&documentId=131125111204-8c3041d45be7c71ca898239a26210524″ width= »400″ height= »300″ ]

La prime aux bosseurs

Un élément de langage commence à circuler sur les listes internes ou les réseaux sociaux : ce scrutin est une prime aux gens connus. Voilà une façon peu élégante de balayer le travail et les résultats de nos euro-député-es sortant-es.

La lutte contre ACTA, la dénonciation de l’espionnage NSA, le combat contre une pêche ultra destructrice de nos fonds marins, les engagements pour protéger les populations contre les dérives polluantes (Schiste, bisphénol, etc.), et je ne cite pas tous les dossiers portés par nos élu/es, sont autant de réussites reconnues par les militants. Sandrine, Yannick, José, Eva, Jean-Paul, Nicole, Jean-Jacob, Karima, François, Malika, Yves, Dany, Hélène, Catherine, Michèle, Karim (on dirait une chanson de Zazie !), vous n’avez pas à rougir pour ces travaux accomplis : le militant vous le dit.

Le cas Sud Ouest

Dans la région Sud-Ouest, un drame cornélien se jouait : deux de nos député/es européen/nes y ont une légitimité importante, mais un/une seul/e en sera tête de liste. Le résultat le montre,  deux noms ressortent de façon évidente : Catherine Grèze et José Bové. Mais certains voient dans le résultat moins important de José comme un camouflet. Un camouflet qui porte en tête n’est quand même pas ce qu’il y a de plus dur à recevoir. Personnellement, j’y verrai plutôt un avertissement, même si je le soutiens pour la candidature à la tête au PVE : attention José, si tu négliges la base, celle-ci te négligera.

Le pardon des militants à Joly

En région Ile de France, même si il ne faut surtout pas en diminuer le score d’Anny Poursinoff, Eva Joly se détache très nettement. Au lendemain d’une présidentielle peu reluisante, il était à craindre une sanction par les militants. Et que nenni ! Le poids de la défaite n’est pas selon la base à mettre au crédit d’Eva seule. Ces chiffres me confortent dans ma pensée : l’échec est collectif, de par les mauvais choix stratégiques, de par les dissonances venues de notre propres camps, de par des soutiens mous et tirant à hue et à dia.

Le désir d’unité

Enfin, il est un score qui est net et sans bavure : le résultat national.

Clipboard01

La liste emmenée par Pascal Durand arrive très nettement en tête. Au delà du vote « motionnesque », Pascal est un des fers de lance de Cap Ecolo, autrement surnommée « la Firme » depuis le caprice de diva de Noël Mamère. Pascal représente aux yeux des militants la personnification de la volonté d’unité comme il l’a souvent défendue : il fait un bien meilleur score que Cap Ecolo, elle-même, à l’issue du premier tour du Congrès. Ce score valide la ligne volontaire de participation critique et positive à la gouvernance et de notre pays et de l’Europe. Et cette ligne volontaire est portée par Emmanuelle Cosse et Cap écolo.

La leçon à tirer de ces résultats n’est pas la division et le campement sur des positions de clans : mais de se porter vers la réunion des talents, dans le respect de nos valeurs, l’application de notre éthique. Les unions pré-second tour du Congrès ne doivent pas être artificielles pour faire du chiffre. Elle se doivent de porter un projet commun, un projet dont chacun sera solidaire, même une fois le Congrès passé. La réponse sera politique, et non pas mathématique.

Soirée Cinéma Antifascistes aux Carmes le 19 septembre 2013

Soirée Cinéma Antifascistes aux Carmes le 19 septembre 2013

A l’initiative du Comité Antifasciste et Antiraciste du Loiret (CAAL), une projection débat aura lieu le Jeudi 19 septembre 2013 au Cinéma des Carmes à Orléans, rue des Carmes.

Tract pour la soirée Antifasciste aux Carmes

Projection du film :

Guerrière

Puis débat avec Dominique Vidal, journaliste au Monde diplomatique qui est l’auteur de « Le ventre est encore fécond… », les nouvelles extrêmes droites européennes, Libertalia, 2012.

Comment expliquer la percée de l’extrême droite, en France comme dans toute l’Europe, particulièrement sensible dans l’électorat populaire ? Que recouvre le « nouveau discours » de ces formations nouvelles ou en mutation ? Pourquoi sont-elles passées de l’antisémitisme à l’islamophobie ? […] Peut-on comparer la menace qu’elles représentent à celle du fascisme dans les années 1920 et 1930 ?

(en partenariat avec la librairie Les Temps Modernes)

Parce qu’il faut connaître ses ennemis pour mieux les combattre : participez à la soirée antifasciste organisée au Cinéma Les Carmes d’Orléans le jeudi 19 septembre à 20h !

Plus d’infos sur : http://comiteantifa45.blogspot.fr/
Evènement Facebook : https://www.facebook.com/events/592733487437966/

La méthode de la rumeur : une tradition à l’extrême-droite

La méthode de la rumeur : une tradition à l’extrême-droite

En 1943, Henri-George Clouzot sortait le film Le Corbeau, narrant comment des notables d’une petite ville de province sont calomniés par des lettres anonymes signées Le corbeau. Des rumeurs visent le docteur Rémi Germain, accusé de pratiques abortives, entre autres. Les choses se gâtent lorsque l’un de ses patients se suicide, une lettre lui ayant révélé qu’il ne survivrait pas à sa maladie. Nous sommes en pleine occupation, et, à la libération, ce film apportera bon nombre d’ennuis à son réalisateur : il avait été suspecté de dénigrer le peuple français.

Le Corbeau est un film dramatique français réalisé par Henri-Georges Clouzot, sorti sur les écrans en 1943.
Le Corbeau est un film dramatique français réalisé par Henri-Georges Clouzot, sorti sur les écrans en 1943.

Lire la suite

Avant-première Super Trash à Orléans le 29/08/2013

Avant-première Super Trash à Orléans le 29/08/2013

Le jeudi 29 août 2013 à 20h le film choc de la rentrée Super Trash sera programmé pour une avant première en présence du réalisateur Martin Esposito, de la Députée européenne EELV Sandrine Bélier et de Claude Surand, représentant de Loiret Nature Environnement en charge de la problématique des déchets.

Immersion courageuse et suffocante dans l’univers glauque de nos rebuts et de notre gaspillage, Super Trash est un film-choc sur ce que nous aimerions ne pas voir : faute de réussir le recyclage et la valorisation des déchets, des montagnes de produits industriels, d’aliments, de médicaments… se décomposent en baignant dans le jus noirâtre de la décharge, qui finit malheureusement bien souvent par contaminer la terre et les cours d’eau.

Vous pouvez vous inscrire sur l’événement Facebook en cliquant ici…

Cette avant-première sera aux tarifs habituels du Cinéma des Carmes :

Plein tarif  7,50 € – Tarif réduit  6 €

-  POUR LES + 60 ans, les étudiants, les demandeurs d’emploi et les cartes famille nombreuse : du dimanche 18h30 au vendredi 17h, sauf les jours fériés

Sortie nationale du film le 9 octobre 2013

« Super Trash, un film violent, insituable et inclassable. Esthétique aussi. Quelque part entre le thriller anticipatif et le road movie sans limites. Sans aucune limite… Le film qui va faire bouger les choses ? “J’ai fait Super Trash parce que j’ai confiance en la capacité de l’être humain à rebondir et à se remettre en question”.
Super Trash c’est une plongée abyssale dans notre société. Dans ce qu’elle veut cacher. Une immersion dans ce qu’il reste lorsque l’on croit qu’il n’y a plus rien. Miroir de la folie humaine… Super Trash, acclamé hier par les spectateurs niçois, c’est 1 heure 15 d’un film étouffant. Inquiétant. Déstabilisant. Et choquant bien sûr. Mais qui donne à réfléchir. Que laisse-t-on à nos enfants ? “On fait quoi maintenant ?” » –  Nice matin

« Martin Esposito a filmé pendant plus de deux ans sa vie passée dans une décharge des Alpes-Maritimes, dans le sud de la France. Long-métrage aux airs de documentaire, Super Trash montre l’envers du décor d’une consommation exacerbée. Les protagonistes ? Les déchets, et Martin Esposito, 35 ans, qui se met en scène. Certains seront choqués, et c’est le but.
Le soir de l’avant-première, lors de la Global Conference 2012 à Évian, la réaction du parterre d’experts en développement durable présents est unanime : malgré l’écoeurement des spectateurs, Super Trash est acclamé. » – Le Point

« Si avec son film, Martin Esposito se garde bien d’accuser ouvertement, il met malgré tout en lumière les petites libertés que s’accordent certaines structures quant à leur respect du tri sélectif et leur volonté affichée de limiter leur impact environnemental. (…) On ressort de la séance de Super Trash lessivé, écoeuré même, et légèrement claustrophobe, la faute surement à ces tonnes de déchets qui semblent pouvoir vous ensevelir à chaque instant. Mais on en ressort surtout choqué par cette gestion catastrophique et irresponsable des déchets. Le film, à mi-chemin entre le road-movie et le documentaire, est un vrai électrochoc qui réveille les consciences. Et après, qu’est-ce qu’on fait ? Est-il déjà trop tard ? »Marianne

Plus d’infos sur :

Paru initialement sur le site d’EELV Orléanais

Kristina : on ne lâche pas !

Kristina : on ne lâche pas !

Rappelez-vous :

Kristina, trente ans, Arménienne, souffrant d’une malformation congénitale lui rendant la marche très difficile, est venue en France dans l’espoir de pouvoir être soignée. Elle a fait une demande d’Asile, mais celle-ci lui a été refusée.

Hébergée au CADA à Ingré (hébergement dans l’attente de sa demande d’asile), elle fut contrainte de le quitter.

Mardi dernier, Kristof Colliot accompagnait Kristina à la Préfecture pour trouver la meilleure solution qui soit. Un maigre espoir et une solution à moitié satisfaisante fut atteinte. Comme le cite, Orléans Infos :

C’est un soulagement pour Kristina, puisqu’une proposition lui a été faite lors de la réunion qui s’est tenue ce mardi en fin de journée à la préfecture du Loiret à Orléans.

« C’est une issue en demi-teinte, la préfecture nous a proposé un accueil d’urgence pérenne, dans lequel Kristina a été assurée de retrouver sa chambre tous les soirs, ce qui n’était pas le cas des premières propositions qui avaient été faites. »

Kristof Colliot, directeur de la délégation APF du Loiret.

D’ici la fin de la semaine, Kristina aura quittée le centre qui l’accueille, pour un lieu d’hébergement qui mettra fin ainsi aux pressions dont elle était victime.

Malheureusement, ce jour, nous recevions ce mail de Kristof :

Les choses étaient « trop » belles…
Il se trouve que je viens d’apprendre que le centre d’accueil de jour qui devait accueillir Kristina la journée était fermé tous le mois d’Août.
Elle va donc être à la rue toute la journée du mois d’Août.
Quelqu’un connaîtrait il une structure qui pourrait l’accueillir en journée, ou une association dans laquelle elle pourrait venir faire du bénévolat ?
Deux personnes nous ont signalé les associations ASELQO, celle d’Orléans sera appelée très vite.
Si vous avez d’autres pistes, n’hésitez pas, envoyez un mail à : kristof.colliot@apf.asso.fr

Edit du 1er août
Ce matin Kristof nous annonçait une bonne nouvelle :
Je suis heureux de vous annoncer que nous avons trouver une solution pour Kristina.
Dès aujourd’hui, elle sera accueillie à l’accueil de Jour du Relais Orléanais.
Cette nuit tout c’est bien passé à l’accueil d’Urgence.
Je vous remercie toutes et tous, pour vos conseil, et idées.
Evidemment, nous ne baissons pas notre vigilance pour accompagner Kristina pour ses soins pour lesquels elle est venue en France.
March Against Monsanto / Marche contre Monsanto – sit-in

March Against Monsanto / Marche contre Monsanto – sit-in

Un message reçu du collectif les Engraineurs (voilà Abde, tu as bien fait 😉 ) :

1003473_223073747845223_86509040_n

À l’appel du mouvement Occupy sur les réseaux sociaux, le sit-in « March Against Monsanto » du 25 mai dernier a rassemblé environ 2000 personnes sur le parvis des droits de l’homme du Trocadéro à Paris et plusieurs milliers de personnes ailleurs en France . Dans le monde, ce sont plus de 2 millions de personnes qui ont marché contre Monsanto, et fort de cette mobilisation, le mouvement Occupy annonce un nouvel événement : le 12 octobre, en résonnance avec la « journée mondiale de l’alimentation » annuelle du 16 octobre (« World Food day ») dont le thème annoncé par la FAO sera cette année : « Des systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition” (http://www.fao.org/getinvolved/worldfoodday/fr/)

Afin de conserver cet esprit de rassemblement, le collectif citoyen organisateur du premier sit-in parisien aimerait faciliter l’organisation de cet événement pour Paris : la manifestation que nous aimerions monter prendrait la forme d’un pique-nique dégustation géant ouvert à tous, dans une ambiance conviviale, pacifique et festive, et qui se tiendrait dans un lieu populaire et suffisamment spacieux. Le rassemblement visera à :
– dénoncer de nouveau le système Monsanto & co, ses conséquences sanitaires et environnementales
– proposer des alternatives pour une alimentation saine aux parisiens et aux franciliens.

Ayant conscience que l’événement précédent, organisé en à peine 4 semaines, a été peu relayé à l’extérieur du réseau Facebook, le collectif vous communique ces informations au plus tôt, afin que tous, citoyens et associations aient le temps de s’organiser pour ce grand rassemblement !

Contactez-nous si vous souhaitez participer, différentes manières sont d’ors et déjà envisageables (animation, stand, musique…), merci !

Louise pour le collectif des Engraineurs

(sur FB, page de l’action ici https://www.facebook.com/events/399117380197537/, sinon vous pourrez trouver le lieu sur le site de l’association Combat Monsanto)

Des nouvelles de Kristina

Des nouvelles de Kristina

Il y a peu, je vous parlais de Kristina, adhérente de l’Association des Paralysés de France, arménienne, et et souffrant d’une malformation congénitale qui lui rend la marche très difficile.

Kristina est venue en France dans l’espoir de pouvoir être soignée. Elle a fait une demande d’Asile, qui lui été refusée.

Jusque là, hébergée au CADA ADOMA (Centre d’accueil de demandeurs d’asile ) d’Ingré, Kristina, avait été contrainte de le quitter, mais sans qu’aucune autre solution ne lui soit proposée.

Nous nous étions retrouvés, à l’appel de l’APF, le lundi 15 Juillet dernier, devant le CADA, afin de la soutenir.

Kristof Colliot, de l’APF, nous donne de ses nouvelles :

Pour le moment, Kristina est toujours hébergée au CADA, mais ce dernier refuse de lui faire une attestation d’hébergement, ce qui va rendre difficile les démarches pour obtenir un titre de séjour.

Suite à notre mobilisation, et aux différents courriers que nous avons envoyés, Kristof nous informe qu’une délégation va être reçue à la Préfecture, le mardi 30 Juillet prochain à 16H00.

Nous continuons à soutenir Kristina : notre pays doit pouvoir l’aider afin d’obtenir les soins nécessaires à sa santé.

Archives de @Mediapart à votre disposition ici : servez-vous !

Archives de @Mediapart à votre disposition ici : servez-vous !

A l’instar du blogueur Guy-Alain Bembelly, j’ai décidé de passer une étape dans mon soutien à Médiapart.

Rappel des faits :

Par arrêt du 4 juillet 2013 de la cour d’appel de Versailles, Mediapart a été contraint de retirer de son site tous les articles citant les enregistrements Bettencourt, sous peine de 10 000 euros par infraction constatée et par jour de retard. Mediapart a contesté cette décision devant la cour de cassation.

Ce texte est visible depuis lundi 22 juillet lorsqu’on désire accéder au lien qui hébergeait le dossier sur le site (censuré) d’information (libre).

Ayant signé la pétition «Nous avons le droit de savoir» comme plus de 49 000 personnes, et je vous engage à aller la signer, j’ai décidé de suivre l’exemple de Guy-Alain Bembelly (dont je vais éhontément piller la liste ci-dessous) et de nombreux soutiens journalistiques : Rue89, Le Courrier, quotidien de Genève, Infolibre, site espagnol d’information, The World press freedom committee, Marianne, L’Express, lexpress.fr, Libération, L’Humanité, Politis, Les Inrockuptibles, Charlie Hebdo, Regards, Polka Magazine, Causette, Mediapart, Arte Radio, Marsactu, Electron Libre, Reflets, Le Courrier des Balkans, Radio Nova, Le Nouvel Observateur, La Quadrature du Net, L’Association de la presse judiciaire, Reporters sans frontières, Ligue des droits de l’Homme, Syndicat national des journalistes SNJ, SNJ CGT, SPIIL, Attac, Syndicat de la magistrature, Arrêt sur images, lesoir.be, etc.

Les fichiers ont été zippés ensemble et représentent environ 55Mo de documents hébergés à l’étranger. Pour les récupérer, cliquez sur l’image ci-dessous :

dossier2_1

Autre lien de DL possible (Merci encore à Guy-Alain Bembelly) : Reflets

Déclaration commune des mouvements contre les OGM

Déclaration commune des mouvements contre les OGM

Suite aux rencontres internationales des mouvements contre les OGM, les 20 et 21 juillet 2013 à Bouzy la Forêt (45), ces organisations ont communiqué un texte commun :

Nous, mouvements opposés à la dissémination des OGM (organismes génétiquement modifiés) dans l’environnement, avons partagé l’expérience de nos luttes à l’occasion des 10 ans du Collectif des faucheurs volontaires d’OGM.

14 pays du monde entier représentés par des organisations, associations et mouvements ont participé aux débats.

Une résistance contre ces OGM existe mondialement pour défendre le droit et la liberté de produire et consommer sans OGM. Les luttes engagées par les uns renforcent le combat des autres.

Les industries semencières et agro-alimentaires s’approprient le vivant et le droit d’imposer la commercialisation et l’utilisation des plantes génétiquement modifiées. Elles détruisent l’agriculture paysanne et vivrière et portent atteinte à la souveraineté alimentaire, à la biodiversité et à la santé humaine et animale.

Nous, citoyennes et citoyens de tous horizons, travaillons à

une solidarité et une résistance mondiale contre les OGM

Nous déclarons mutualiser nos énergies et nos moyens contre la domination des multinationales s’appuyant sur la complicité et l’hypocrisie des gouvernants et dirigeants des structures internationales (OMC, FMI, etc).

Nous refusons le brevetage et la marchandisation du vivant.

Nous élaborons, ensemble et pour le bien commun, une coordination des résistances internationales.

Une agriculture respectueuse du vivant est possible.

Une recherche partagée entre paysans et scientifiques est possible.

Participants :

Afrique du Sud  Mariam MAYET : Africa Center for Biosafety 

Belgique – Barbara VAN DYCK et Steven DESANGHERE : Field Liberation Movement 

Bénin – René SEGBENOU : Coalition pour la Protection du Patrimoine Africain  

Bénin – Jeanne ZOUNDJIHEKPON : Grain 

Brésil – Darci FRIGO : Mouvement des Sans Terre 

Espagne – Juan-felipe CARRASCO : Salvia 

Etats-Unis – Lisa STOKKE et Dave MURPHY : Food Democracy Now

Italie – Luca COLOMBO : Fondation Italienne pour la Recherche en Agriculture Biologique et Biodynamique 

Inde – Sreedevi LAKSHMI KUTTY : Coalition for a GM-free India

Mexique – Catherine MARIELLE : Grupo de Estudios Ambiantales AC 

Nouvelle-Calédonie – Jérémy ANDRÉ Stop OGM Pacifique 

Pays-Bas – Anton LUCCIONI : Militant 

Royaume-Uni – Gérald MILES : Take the Flour Back

Sénégal – Lamine BIAYE : Association Sénégalaise des Producteurs de Semences Paysannes 

France – Arnaud APOTEKER Chargé de mission sur les OGM au Parlement européen

France – Josie RIFFAUD Via Campésina 

France – René LOUAIL : Confédération Paysanne 

France – Jean-Baptiste LIBOUBAN : initiateur du Collectif des Faucheurs Volontaires

Il y aurait des pacifistes à #EELV ?

Il y aurait des pacifistes à #EELV ?

Un tweet, un scandale. Un tweet, des questions au gouvernement.

Nous avons vécu un grand moment d’indignations surjouées, masquant les carences de réponses d’une droite perdue et d’une certaine gauche qui en oublie ses valeurs.

Mais arrêtez les Tartuffes ! Vous vous réclamez d’un chef tout puissant, d’un gourou messie qui n’arrête pas de revenir malgré les casseroles (et les bidons). Mais votre chef est un tire-au-flanc au sens le plus service militaire qui soit (source : le Huffington Post).

« On s’est fichu de lui car il passait la cireuse pendant des heures » a raconté Isabelle Balkany, une proche de l’ancien président. Eric Raoult, le maire du Raincy, explique que comme lui, Nicolas Sarkozy était affecté au bâtiment de la Cité de l’air à Paris: « On fait simplement son service national sur quelques heures ». Et un ami d’enfance d’expliquer la combine : « J’avais donné [à Nicolas Sarkozy] tous les tuyaux pour trouver des planques pour pouvoir travailler et faire le service militaire en même temps ».

Et Monsieur picolait, au risque de mettre en péril la sécurité du territoire :

Pendant une nuit de garde devant la résidence de l’ayatollah Khomeiny exilé en France, Sarkozy et Raoult avaient si froid qu’ils auraient beaucoup bu de rhum afin de se réchauffer, au point d’être « fin bourrés » à en croire le copain de régiment de Sarkozy. 

Mais n’est-ce pas là une insulte aux forces militaires de notre pays ? Extrapolons comme eux : cet événement est un crachat sur la flamme du Soldat inconnu.

J’en fais de trop ? Oui je trouve aussi. Mais j’observe juste le sur-jeu d’indignation de députés qui en leur temps ont approuvé la gestion calamiteuse d’un Chef des armées : réduction du crédit, mépris complet de la grande muette, c’est ça le sarkozisme militaire : une réforme de l’armée qui ne passe pas, des méthodes maladroites : déçue par son chef, la Grande Muette a décidé de l’ouvrir. Relisez ça les oublieux.

Quand aux indignations de socialistes, nous les balaierons d’un revers de la main, avec un des plus grands pacifistes dont ils se réclament un peu trop souvent :

Discours de Jaurès au Pré-Saint-Gervais (25 mai 1913)
Discours de Jaurès au Pré-Saint-Gervais (25 mai 1913). Le pacifisme de Jaurès le fait haïr des nationalistes. Pendant la journée du vendredi 31 juillet 1914, il tente, d’abord à la Chambre des Députés, puis au ministère des Affaires étrangères de stopper le déclenchement des hostilités. En fin d’après-midi, il se rend à son journal L’Humanité pour rédiger un article qu’il conçoit comme un nouveau « J’accuse ». Avant la nuit de travail qui s’annonce, il descend avec ses collaborateurs pour dîner au Café du Croissant, rue Montmartre. Vers 21 h 40, un étudiant nationaliste déséquilibré, Raoul Villain, tire deux coups de feu par la fenêtre ouverte du café et abat Jaurès à bout portant.

Que cela ne déplaise à certains, nous n’en avons que faire : oui nous n’aimons pas le bruit des bottes, oui nous aimons la paix, oui il nous arrive de soutenir un gouvernement, parfois, pour des interventions militaires, mais oui nous y demandons toujours des conditions. Désolé, nous sommes pacifistes. Et lorsque je dis poliment « nous n’en avons que faire », comprenez « on vous emmerde ».

Ces questions au gouvernement posées par la droite ont été prises sur le temps d’intervention de l’opposition. Ce temps n’a pas été utilisé à se préoccuper des soucis des français, par manque de vision pour l’avenir, par manque de projet, mais juste à pérorer, à gonfler son torse. Il existe une stratégie militaire pour définir ceci : la diversion.