Arte +7 : « Nos fiançailles », voyage en absurdie intégriste

Arte +7 : « Nos fiançailles », voyage en absurdie intégriste

Fleur, Thibaud, Joseph et Frédéric sont des fidèles de l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, à Paris, où des messes sont célébrées à la mémoire du général Franco, « bon serviteur de sa patrie et de la chrétienté ». Ils ont 20 ans, militent dans des partis d’extrême-droite aux cris de « Bleu blanc rouge, la France aux Français ! » et se considèrent « en état de guerre » contre un monde qui met à mal la famille, regardée comme le fondement même de la société chrétienne. Défilés aux flambeaux, manifestations contre l’avortement ou la gay pride (« Les homosexuels, c’est une malformation de la nature »), mais aussi prières et retraites rythment leur jeunesse. C’est dans ce cadre qu’ils font leur apprentissage spirituel, politique et… amoureux.

Rupture de fiançailles

Les réalisatrices ont fréquenté plusieurs mois durant les jeunes de cette communauté, afin de se faire admettre dans leur monde fermé. Dans une succession de petites scènes très éclairantes (dialogue entre mère et fils, discussions entre amis…), Nos fiançailles s’attache plus particulièrement à suivre l’histoire de Fleur et Thibaud, entre certitudes idéologiques et doutes personnels, jusqu’à la rupture de leurs fiançailles.

Cliquez ici pour rejoindre le site original d’Arte +7

Facebook se meurt, vive Snapchat ! Mais votre ado est toujours un/une vicieux/cieuse

Facebook se meurt, vive Snapchat ! Mais votre ado est toujours un/une vicieux/cieuse

« Les idées, comme les maladies, se propagent de manière infectieuse entre les gens, avant de mourir ».

C’est ainsi que deux étudiants doctorants en ingénierie mécanique et aérospatiale ont estimé que Facebook pourrait perdre 80% de ses utilisateurs d’ici à 2017. Pour arriver à cette conclusion, les deux scientifiques ont étudié le réseau social comme s’il s’agissait d’une maladie infectieuse. Autant dire que ce serait la fin de Facebook, vu leur modèle économique : collecter vos nos données pour les revendre ensuite.

Outre l’exemple de Myspace, cité par les deux étudiants lors de leur étude, ce réseau social numéro un il y a quelques années et quasiment déserté aujourd’hui, malgré un réel fond : rassembler autour des passions musicales, Facebook doit faire face à plusieurs concurrents : Ask.Fm, Instagram (que Facebook a acquis l’année dernière) et surtout Snapchat.

Snapchat, c’est quoi ?

Snapchat est une application de partage de photos et de vidéos disponible sur plates-formes mobiles de type iOS et Android (Windows Phone application officieuse 6Snap) . Elle est conçue et développée par des étudiants de l’université Stanford en Californie.
La particularité de cette application est l’existence d’une limite de temps de visualisation du média envoyé à ses destinataires. Chaque photographie ou vidéo envoyée ne peut être visible par son destinataire que durant une période de temps allant d’une à dix secondes ; le média cesse ensuite d’être disponible à la visualisation et est supprimé des serveurs Snapchat. Cependant, il est assez aisé pour les utilisateurs de faire des captures d’écran.

(Définition donnée par Wikipedia)

Le concept qui séduit les jeunes utilisateurs est bien là : chacun sait que Facebook collecte tout sur votre vie, vos habitudes, alors que Snapchat fait du partage qui semble auto-destructible.

On devine tout (ou presque) de tout le monde en scrutant et analysant sa page Facebook, alors qu’a contrario, Snapchat vous oriente vers des partages limités dans leur durée de vie et pouvant être ciblés vers une ou des personnes. Le petit plus est là : la discrétion.

Car les ados, pré-ados, post-ados et tout ce qui y ressemble (duvet sous le nez, rires idiots et tendance aux <3 <3 XD faciles) l’ont bien compris. Puisque la famille traîne aussi sur Facebook, mais petits secrets ne sont plus à l’abris. Alors allons ailleurs, un ailleurs plus sécurisé. Et ainsi, le pensons-nous, nous serons à l’abri des regards (je vous laisse imaginer ce que partage un ado qui a le pubis qui le démange, je vous laisse envisager toutes les conséquences, je vous laisse enfin analyser le fait que vous l’avez également fait sous d’autres formes lorsque vous étiez ado).

Cela n’a d’ailleurs pas échappé à Facebook (qui flippe un peu sa mère) et qui a tenté de racheter Snapchat en novembre dernier pour la somme rondelette de 3 milliards de Dollars. Mais les inventeurs de l’application ont refusé, préférant faire monter les enchères.

Mais, mes chers ami-es à seins qui poussent et hormones proportionnellement croissantes, vous pensez réellement que vos données s’effacent ? Mais que nenni ! (cherche pas boloss, ça veut dire « non » en ancien français).

Comme l’explique le blog Rezonances, un expert américain a montré qu’une faille dans l’application permet de récupérer l’ensemble des photos reçues par un utilisateur. Les fichiers sont stockés dans un dossier caché de la mémoire du smartphone. Ainsi avec un logiciel avancé, ce chercheur a réussi assez à récupérer les images. Il va même jusqu’à proposer un service destiné aux parents et à la justice pour scruter le téléphone de votre progéniture/mis en examen pour la modique somme de 300 à 600 $ (bah on fait du fric là où il y en a à faire, hein…).

Il faut également se rappeler qu’en janvier, nous apprenions que Snapchat avait été hacké et que les données de ses utilisateurs avaient été volées. Après 10 jours de silence, la société éditrice du petit fantôme présentait enfin ses excuses et mettait en place un système de Captcha sensé mieux protéger l’application.

Sensé, oui, c’est bien ainsi qu’il faut la qualifier : depuis quelques heures, on sait qu’en presque 100 lignes de code et 30mn de travail, cette sécurité peut être cassée.

Donc maintenant, parents et ado : vous êtes prévenus :

  • L’ado n’est pas un ange quand il découvre le sexe, vous le saviez mais appliquez cette constatation à vos chers chérubins innocents qui sont comme les autres.
  • Toi le/la petit-e malin-gne qui partage des coquineries à l’attention de tes ami-es, ça pourrait très facilement se retrouver un jour dans des paluches mal intentionnées.

En attendant, souriez plutôt en regardant cette vidéo, qui nous caricature toutes et tous :

Cliquez pour voir la vidéo
Cliquez pour voir la vidéo
De bien mauvais cathos à l’UMP…

De bien mauvais cathos à l’UMP…

Malgré le fait que ces gens-là hurlaient, pendant le débat sur le Mariage pour toutes et tous, que le Gouvernement ne devait pas perdre de temps sur ces questions d’égalité face aux problèmes économiques, les re-voilà sur le même sujet.

C’est à croire que l’homosexualité est un sujet qui les pré-occupe tant que ça pour qu’ils décident de légiférer pour cadrer « toutes ces saloperies ».

Photo WITT/SIPA

Quatorzième législature, enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 8 janvier 2014, voici en substance la dernière trouvaille des habituels parangons du combat pour la vertu et les bonnes mœurs en milieu bourgeois et catholique, j’ai nommé :

Annie GENEVARD, Philippe GOSSELIN, Michel VOISIN, Frédéric REISS, Marc LE FUR, Sauveur GANDOLFI-SCHEIT, Fernand SIRÉ, Claude de GANAY, Jacques LAMBLIN, Jean-Pierre DECOOL, Étienne BLANC, Charles de LA VERPILLIÈRE, Lionnel LUCA, Céleste LETT, Hervé MARITON, Patrick HETZEL, Michel TERROT, Jacques MYARD, Claude STURNI, Yannick MOREAU, Véronique LOUWAGIE, Gérald DARMANIN, Paul SALEN, Dominique DORD, Jean-Frédéric POISSON, Guy GEOFFROY, Nicolas DHUICQ, Michel HEINRICH, Guénhaël HUET, Philippe Armand MARTIN, Yves NICOLIN, Laurent FURST, Philippe LE RAY, Dominique TIAN, Jean-Luc MOUDENC, Patrice MARTIN-LALANDE, Alain MOYNE-BRESSAND, François de MAZIÈRES, Thierry MARIANI et Valérie LACROUTE

(cherchez pas, tous UMP)

Ces personnes proposent d’inséminer de préciser, de-ci de-là, dans diverses lois (Bioéthique, respect du corps humain, don et à utilisation des éléments et produits du corps humain, à l’assistance médicale à la procréation et au diagnostic prénatal, etc.), le texte suivant : « Est pareillement interdite toute intervention ayant pour but de concevoir un enfant à la demande de deux personnes de même sexe. »

Sous le motif que :

Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine.

Toute pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est interdite.

Est interdite toute intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée.

Sans préjudice des recherches tendant à la prévention et au traitement des maladies génétiques, aucune transformation ne peut être apportée aux caractères génétiques dans le but de modifier la descendance de la personne.

C’est alors qu’intervient de façon bien astucieuse la trouvaille du sieur Francescu Garoby, un camarade écologiste, mais ne dévoilons pas tout trop vite…

Qu’est-ce qu’une intervention ?

Et bien, ouvrons le Larousse et… Oh, une définition plus particulièrement axée sur le droit :

  1. Action d’intervenir dans une instance pendante. (celui ou celle qui a rit à cette définition est bien mal intentionné-e) Elle a pour résultat soit l’opposabilité de la décision au tiers intervenant, soit une condamnation à son encontre ou à son profit. 
  2. Acte illicite d’un État ou d’une organisation internationale qui porte atteinte à l’exclusivité de la compétence d’un autre État. (En vertu du principe coutumier de non-intervention, confirmé par une déclaration de l’O.N.U. en 1965, l’intervention est interdite, sauf si elle est expressément prévue par un accord ou demandée par l’État qui la subit.)

Ah oui, euh, bon, pas génial… Alors prenons la définition du mot commun : Action, rôle, effet de quelque chose dans un processus.

Donc le principe de la reproduction vivipare, sous entend qu’il doit y avoir l’intervention de papa sur maman et réciproquement. Nous avons donc bien une intervention.

Mais si les gamètes de papa et maman se sentent d’être ce jour là hyper productifs et que l’ovule une fois fécondé nous réserve la surprise de produire de vrais jumeaux, nous sommes bien dans un cas d’une intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée. La copulation pour enfanter de façon désirée est un but.

Que préconiseront donc alors ces député-es, puisqu’il y a interdiction par la loi ? Un avortement ?

Cela ne va pas plaire à leur électorat…

Article paru initialement sur mon blog perso

, dans diverses lois (Bioéthique, respect du corps humain, don et à utilisation des éléments et produits du corps humain, à l’assistance médicale à la procréation et au diagnostic prénatal, etc.), le texte suivant : « Est pareillement interdite toute intervention ayant pour but de concevoir un enfant à la demande de deux personnes de même sexe. »

Sous le motif que :

Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité de l’espèce humaine.

Toute pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est interdite.

Est interdite toute intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée.

Sans préjudice des recherches tendant à la prévention et au traitement des maladies génétiques, aucune transformation ne peut être apportée aux caractères génétiques dans le but de modifier la descendance de la personne.

C’est alors qu’intervient de façon bien astucieuse la trouvaille du sieur Francescu Garoby, un camarade écologiste, mais ne dévoilons pas tout trop vite…

Qu’est-ce qu’une intervention ?

Et bien, ouvrons le Larousse et… Oh, une définition plus particulièrement axée sur le droit :

  1. Action d’intervenir dans une instance pendante. (celui ou celle qui a rit à cette définition est bien mal intentionné-e) Elle a pour résultat soit l’opposabilité de la décision au tiers intervenant, soit une condamnation à son encontre ou à son profit. 
  2. Acte illicite d’un État ou d’une organisation internationale qui porte atteinte à l’exclusivité de la compétence d’un autre État. (En vertu du principe coutumier de non-intervention, confirmé par une déclaration de l’O.N.U. en 1965, l’intervention est interdite, sauf si elle est expressément prévue par un accord ou demandée par l’État qui la subit.)

Ah oui, euh, bon, pas génial… Alors prenons la définition du mot commun : Action, rôle, effet de quelque chose dans un processus.

Donc le principe de la reproduction vivipare, sous entend qu’il doit y avoir l’intervention de papa sur maman et réciproquement. Nous avons donc bien une intervention.

Mais si les gamètes de papa et maman se sentent d’être ce jour là hyper productifs et que l’ovule une fois fécondé nous réserve la surprise de produire de vrais jumeaux, nous sommes bien dans un cas d’une intervention ayant pour but de faire naître un enfant génétiquement identique à une autre personne vivante ou décédée. La copulation pour enfanter de façon désirée est un but.

Que préconiseront donc alors ces député-es, puisqu’il y a interdiction par la loi ? Un avortement ?

Cela ne va pas plaire à leur électorat…

Pas de loi Famille sans Procréation Médicalement Assistée

Pas de loi Famille sans Procréation Médicalement Assistée

Rassemblement ce lundi 6 janvier, 19h pour le droit à la PMA – En face du 11 rue de Constantine, Paris, 7e .

Vendredi 3 janvier, Dominique Bertinotti, ministre de la Famille, a confirmé que l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux couples de lesbiennes ne serait pas incluse dans la loi Famille. Or si la reconnaissance de l’existence de l’homoparentalité dans la loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe était un premier pas, l’accès de toutes les femmes à la PMA est une condition indispensable à l’égalité des droits. Europe Ecologie – Les Verts dénonce ce recul du gouvernement dans ce combat et rappelle leurs promesses à François Hollande, son gouvernement et au Parti Socialiste.

En effet, lors de la campagne présidentielle, François Hollande avait dit à SOS Homophobie : « Je suis donc favorable à l’ouverture de l’assistance médicale à la procréation aux couples de femmes». Pourtant, la PMA n’était pas dans la loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe et le groupe socialiste, qui pourtant s’y était engagé par la voix de son président Bruno Le Roux, a renoncé à l’y inclure par amendements. En février, Dominique Bertinotti affirmait que cette question serait traitée dans la loi famille car « c’est un engagement fort du gouvernement qui a une position claire sur ce sujet » et Bruno Le Roux affirmait : « Si la loi sur la famille devait arriver demain sans qu’il y ait ce texte sur la PMA à l’intérieur, à ce moment-là, le groupe prendrait ses responsabilités pour faire en sorte que la chose puisse être discutée ici. »

Outre que les couples de femmes, et les femmes célibataires, se rendent à l’étranger pour y avoir accès – ce qui induit une inégalité entre les femmes qui ont les moyens et celles qui ne les ont pas – le recours à la PMA « artisanale » pose, de son côté, de nombreuses questions sanitaires.

Les écologistes ont toujours défendu l’égalité des droits et les parlementaires EELV assumeront leurs engagements en étant à l’initiative d’amendements à la loi famille afin que la PMA y soit incluse. EELV invite l’ensemble des parlementaires, quelle que soit leur appartenance politique, à soutenir tout amendement allant dans le sens de l’égalité.

EELV appelle à se mobiliser pour le droit à la PMA  lundi 6 janvier 2014 à 19h, 11 rue de Constantine, Paris 7e, métro Invalides.

Sandrine ROUSSEAU, Julien BAYOU, Porte-parole

Article paru initialement sur le site d’EELV

Engagement 31, on s’y tient ?

Engagement 31, on s’y tient ?

Lors d’un entretien sur BFM TV avec Jean-Jacques Bourdin, Mme Bertinotti, Ministre de la famille, a réaffirmé que la PMA ne sera pas dans la loi Famille :

«La PMA, est-ce qu’elle sera dans la loi Famille?» interroge Jean-Jacques Bourdin. «Non, elle ne sera pas dans la loi Famille, je le dis très clairement, déclare la ministre. D’abord parce que le Président de la république a saisi le Comité Consultatif National d’Ethique, que celui n’a pas encore rendu son avis…
«Il retarde sa décision d’ailleurs» l’interrompt l’animateur.
«…qu’il s’exprimera sur la PMA, mais aussi sur d’autres…»
«Mi 2014, dit-on», réitère Jean-Jacques Bourdin.
«Voilà, acquiesce Dominique Bertinotti. Et tout ce qui concerne l’adoption, la médiation, le statut du beau parent, ne peut pas attendre et se soumettre au calendrier du Comité Consultatif National d’Ethique.»

(verbatim réalisé par Yagg)

Nous nous sommes engagé-es auprès de François Hollande pour faire évoluer notre pays et, entre autres, particulièrement sur ce sujet. Nous ne pouvons accepter une trahison, puisque le Parti Socialiste et le candidat Hollande avait été clairs sur le sujet de la PMA.

C’est pourquoi je rejoindrai et soutiendrai la manifestation qui se tiendra le lundi 6 janvier à partir de 19h devant le Ministère de la Famille pour rappeler au gouvernement les engagements du candidat socialiste aux Présidentielles de 2012.

Plus d’info sur cet événement facebook : https://www.facebook.com/events/503075909810118/504176186366757/?notif_t=like

Hey Anelka : t’as rien inventé et tu le fais mal

Hey Anelka : t’as rien inventé et tu le fais mal

Ce week-end a vu un grand moment de l’insoumission résistante : en tant qu’écolo, j’ai une certaine notion de l’objection de conscience (la bonne, pas celle conseillée maladroitement par un Président à des Maires en mal de publicité avant les municipales). J’ai également un grand respect pour la personne qui ose braver l’autorité, et qui accepte la potentielle sanction, pas comme ces petits dégonflés de la Manif pour tous qui font comme si, mais pas vraiment quand même.

Mais là, on peut dire que le système a été ébranlé, un grand nom de la résistance est né : ANELKA !

Voulant soutenir son ami, le facho noir (non je ne dirai pas son nom), après les déclarations de Manuel Vals (qui entre nous est aussi doué que Sarkozy pour apaiser les foules), Anelka nous a pété la quenelle :

Anelka fête un but avec une «quenelle», le 28 décembre 2013 IAN KINGTON / AFP

Mais quelle bonne idée ! Oh oui, voilà bien une réaction de punk : Anelka dénonce, Anelka défend l’opprimé, Anelka contre le système… Ce qui lui vaut un Panthéon, un mausolée, une statue, enfin, disons… un joli Tumblr qui se fout bien de sa gueule :

Mais franchement, la contestation avec un signe, on a déjà connu mieux quand même… (Cliquez sur les images, pour apprécier les vrais courageux)

Jesse Owens – J.O. de Berlin 1936
Mexico – J.O. 1968
Pas emporté pas la foule… August Landmesser, père de famille, le seul au milieu d’une foule, refusant de faire le salut nazi.

Bah oui mon pauvre Anelka, même en faisant ton malin sur un terrain de foot, tu n’as aucune envergure. Et ce n’est pas par ton engagement politique que tu vas rester dans l’histoire. Même avec tes résultats, on n’est pas certain que tu puisses y rester… Mais avec tes postures de diva, ça c’est sur, on se rappellera d’un footeux capricieux à tête renfrognée, frimeur, se croyant plus malin que tout le monde et assez ridicule au demeurant.

Le vrai visage du dogmatisme : l’UMP

Le vrai visage du dogmatisme : l’UMP

Ce mercredi soir, tempête dans le monde du numérique, la Quadrature du Net hurle au loup : dernier jour pour saisir le Conseil constitutionnel contre la Loi de Programmation Militaire à l’intérieur de laquelle se trouve le fameux Art. 13 : un article très intrusif dans la vie privée des citoyens (en mode NSA mais plus cheap).

Mais tout à coup, bourrasque en pleine tempête : le compte Twitter de la Quadrature envoie le message qui assassine les écolos :

Clipboard01

Le travail de la Quadrature est sur un Framapad, consultable en cliquant ici, et oui, on y voit bien qu’aucun-nes des député-es écolos n’apportent son soutien.

Voilà qui m’a semblé bien bien embêtant, moi qui était heureux de clamer à la Terre entière que nos député-es EELV s’étaient déclaré-es disponibles pour une éventuelle saisine du Conseil constitutionnel comme en témoignait ce communiqué de presse du 11 décembre dernier, consultable ici.

C’est alors qu’un démenti tomba par le Tweeter d’Isabelle Attard (oui oui elle est toujours apparentée écolo…) :

Clipboard02
Quand c’est signé IA, c’est Isabelle Attard elle même qui tweete

Démenti, confirmé par la suite par la Quadrature :

Clipboard05

Nous en sommes bien là : les écolos, mais également les député-es FDG, ont vu leur proposition de collaboration pour porter cette saisine purement et simplement refusée par l’UMP et l’UDI pour la simple raison qu’ils ne sont pas de droite. Vos droits, votre vie privée et votre quiétude ont une limite : le dogmatisme politicard.

Ce qui vaudra d’ailleurs une petite raillerie à Valérie Pécresse par Frédéric Couchet, le fondateur de l’APRIL, alors que celle-ci faisait sa geignarde combattante sur le réseau à l’oiseau bleu :

Clipboard06

C’est alors que je questionnais François de Rugy, le co-Président du groupe parlementaire écolo à l’Assemblée nationale, sa réponse sera notre conclusion, en guise de mise en garde de l’UMP : il faudra vous expliquer mesdames et messieurs.

Clipboard07