Tatie Danièle est féministe, enfin plus Tatie Danièle que féministe

Tatie Danièle est féministe, enfin plus Tatie Danièle que féministe

Beaucoup ont pu l’apprendre : l’association Aides a du mettre en place un plan de sauvegarde de l’emploi. Ainsi sur les 460 emplois, 65 vont être supprimés. Comme le déclare Aides dans leur communiqué de presse :

C’est un véritable coup dur pour la première association française de lutte contre le sida, et en premier lieu pour les salarié(e)s concerné(e)s.

La cause principale est dûe à la baisse des financements publics depuis trois ans, ainsi depuis 2010, les subventions se voient diminuées d’environ 5 à 10% par an. A l’heure d’une épidémie toujours autant inquiétante, cette baisse de financements publics est en totale contradiction avec les objectifs de fin d’épidémie du gouvernement, revendique l’association. Mais cette annonce nous a valu un tweet dérapant : Un PSE à #Aides ?! À bas la sidacratie, vive la lutte contre le VIH ! Asso de santé communautaire, copie à revoir ! L’extrême droite ? La Manif Pour Tous ? Les deux (enfin c’est pareil tout ça) ? Nan nan… Ce commentaire honteux a été émis par une féministe bien connue : Christine Le Doaré.

Clipboard01
Cliquez sur l’image pour voir le tweet original

Ancienne présidente du Centre LGBT à Paris, membre du NID, Tatie Christine n’en est pas à son premier coup d’éclat :

De telles réactions sont inadmissibles : au delà de ses convictions complotistes, dignes des pires inspirations extrémistes et paranoïaques, Mme Le Doaré vient tout simplement de s’amuser de la perte de 65 emplois.

Article initialement paru sur Yagg

Le consumérisme pastiché

Le consumérisme pastiché

Luke Aker, professionnel américain du cinéma et de la vidéo, a eu une excellente idée : au fond de son garage croupissait une épave de Nissan, il s’est dit qu’il allait la vendre, mais pas n’importe comment.

La voiture est réellement une épave, usée, abimée, mais notre Luke est un malin : il a appliqué les codes de la pub, a mis son petit film en argumentaire de vente et c’est parti :

Ce que nous montre cette petite farce plutôt proprement faite, c’est qu’on peut vous vendre n’importe quoi en s’y prenant bien. Alors au moment d’acheter, réactivez votre cerveau, consommez différemment et vous verrez que vous n’en serez pas plus frustré-e pour autant.

Ils nous ont bien bordélisé Mandela

Ils nous ont bien bordélisé Mandela

Cliquez sur les images pour avoir plus d’explications…

Après le cas du selfie de Thorning-Schmidt/Obama/Cameron et le tirage de tronche de Michele :

Voici donc les retours des anecdotes “croustillantes” post-foire mondiale du ridicule du genre “viens faire de la récup’ au chevet du cadavre”. Il me semble que nous pouvons en faire un TOP FIVE, un top five de l’indécence !

Lire la suite

L’erreur de comm stigmatisante du Front de Gauche

L’erreur de comm stigmatisante du Front de Gauche

Une info a été repérée ce matin par Thierry Schaffauser, éminent collègue de la commission LGBT d’EELV (les petit/es lutin/nes vert/es), via le Huffington Post : le Front de Gauche lance une campagne contre le ras le bol fiscal et se sert d’une image plus que primesautière

Le petit souci de cette communication est que le fist fucking, au cas où vous nous liriez d’un monde parallèle non connecté avec le monde LGBT, est une pratique sexuelle courante chez bon nombre de membres de la communauté. Alors est-ce homophobe ?

Certains pourront dire qu’on a tout à fait le droit de pratiquer le fist en tant qu’hétéro. Je leur répondrai de ne pas se gêner si ils le désirent, mais a priori, sur le profil Facebook de notre ami pré-cité Thierry Schaffauser, et alors qu’il s’offusquait de cette campagne, on lui répondait :

Bon, puisque vous me cherchez, je considère qu’il y a aussi des choses à dire sur la mise en mode du fist-fucking et autres pratiques sexuelles très hard, notamment via la voie pornographique, car il faut rappeler que ce n’est pas non plus une pratique anodine et qu’elle peut s’avérer très dangereuse. Je dirai même que les femmes sont autant voire plus visées, dans le sens invitées à essayer, que les homosexuels. Et qu’en revanche, peu de femmes proposeraient de fister leurs mecs, qui sont pourtant tout aussi outillés d’un orifice. Mais ça, c’est un autre débat.

Alors si le fist doit être refusé aux femmes, même si elles le désirent, si cela devient un monopole gay, nous sommes dans un cas d’homophobie ? Cela devient compliqué… à expliquer… à assumer. Mais il est évident que personne ne défend la chose en disant : mais si, c’est super rigolo, on a fait dans la finesse, ne trouvez-vous pas ?

Alors certes, on ne peut accuser le Front de Gauche d’homophobie, de LGBTophobie ou de haine particulière envers des minorités. J’ai ici une pensée pour nos copines/copains en charge des questions LGBT au FDG qui, ayant vu cette comm, ont du ponctuer leur journée par un tonitruant “Holala, les cons…”. Cependant, ici, on peut dire que la recherche de la comm est passée avant le message originel.

C’est tout simplement lourd, stigmatisant, c’est nul, c’est vulgaire. Et je n’oserai aller jusqu’au terme “beauf'”. Un poing, c’est tout.

Paru initialement sur Yagg

Mais pourquoi les verts allemands sont si méchants ?

Mais pourquoi les verts allemands sont si méchants ?

Le Monde.fr avec l’AFP, ont sorti ce 6 août une info particulièrement choquante ! Pensez donc, les Verts allemands (Die Grünen) mettent tout leur pays dans l’émoi.

Comme le rappelle l’article, à sept semaines des législatives en pleine période estivale, autant dire au moment des barbecues en famille et entre amis, ces assoiffés de quiétude et de paix que sont les écologistes osent réclamer l’impensable : une journée sans viande hebdomadaire dans les cantines !

Heureusement, que la droite allemande veille et aux vues de ses déclarations n’a rien à envier à la nôtre : elles doivent concourir pour le même trophée (la plus bête du monde, tout ça…).

« Les “éducateurs verts du peuple” ont une vision de la société dans laquelle une minorité décide pour la majorité de la façon dont il faut vivre » répond Michael Fuchs, le vice-président du groupe parlementaire des conservateurs de la chancelière Angela Merkel.

« Qu’est-ce qui va venir après : la journée de la toile de jute, de la bicyclette, du tee-shirt vert ? » a enchaîné Rainer Brüderle, candidat à la chancellerie des libéraux (FDP), partenaires du parti d’Angela Merkel au gouvernement.

Cependant, le quotidien de centre gauche Süddeutsche Zeitung souligne dans un éditorial que l’appel des Verts était bien “inoffensif” au regard de ce qui se passait chaque jour dans les abattoirs.

Finalement, on le comprend assez bien, l’indignation de la droite est assez surjouée, mais que voulez-vous, période électorale oblige.

Mais si pour une fois, les Allemands se disaient qu’ils n’étaient pas obligés d’être LE modèle pour toute l’Europe dans tous les domaines ? Et si ils regardaient à l’extérieur ?

Exemple français : dans le 2ème arrondissement à Paris, c’est la journée sans viande à la cantine chaque mardi depuis janvier 2009. Les enfants sont toujours vivants et les parents plutôt satisfaits.

Exemple belge : A Bruxelles, le jeudi c’est Veggie ! Depuis mai 2009, la ville de Gand encourage ses citoyens à participer au Donderdag Veggiedag. (Jeudi Veggie). Ils ont toujours des dents.

Pourquoi diminuer ou arrêter sa consommation de viande, se demanderont certains. Beaucoup de raisons citoyennes ou de valeurs personnelles existent. Mais nous pouvons également ajouter le pragmatisme économique et écologique :

Les impacts environnementaux de la production de viande sont principalement une consommation dl’eau et d’énergie, un risque de dégradation de la qualité de l’eau, une substitution des forêts par des prairies ou des prairies par des cultures annuelles. Certaines sources évoquent aussi une plus forte contrainte sur les territoires, une réduction de la biodiversité et une production de gaz à effet de serre, bien que ces données soient controversées.

Alors au pays de l’Eisbeinfleisch et des wurst de tout et de n’importe quoi *, la droite a quand même entamé la sortie du nucléaire, alors faire une journée hebdo sans viande, cela va faire tomber la civilisation allemande ?

* Je ne suis pas très fort en charcuterie allemande : je suis allé cherché des noms exotiques sur des sites plus gras les uns que les autres.
La méthode de la rumeur : une tradition à l’extrême-droite

La méthode de la rumeur : une tradition à l’extrême-droite

En 1943, Henri-George Clouzot sortait le film Le Corbeau, narrant comment des notables d’une petite ville de province sont calomniés par des lettres anonymes signées Le corbeau. Des rumeurs visent le docteur Rémi Germain, accusé de pratiques abortives, entre autres. Les choses se gâtent lorsque l’un de ses patients se suicide, une lettre lui ayant révélé qu’il ne survivrait pas à sa maladie. Nous sommes en pleine occupation, et, à la libération, ce film apportera bon nombre d’ennuis à son réalisateur : il avait été suspecté de dénigrer le peuple français.

Le Corbeau est un film dramatique français réalisé par Henri-Georges Clouzot, sorti sur les écrans en 1943.
Le Corbeau est un film dramatique français réalisé par Henri-Georges Clouzot, sorti sur les écrans en 1943.

Lire la suite

Un candidat FN aux municipales à Orléans homophobe ?

Un candidat FN aux municipales à Orléans homophobe ?

Pendant les débats sur le mariage pour tous, lorsqu’on posait la question à Marine Le Pen, celle-ci bottait peu habilement en touche et n’a jamais vraiment répondu à la question du pour ou du contre.

On s’en doute, ce n’est pas par bonté d’âme, mais par calcul politique : Mme Le Pen avait l’intelligence que n’ont pas eu beaucoup d’UMP, connaissant l’opinion, sachant également que dans son entourage proche existe au moins un homosexuel, il lui semblait trop délicat de se prononcer.

Surtout qu’il y a une base de haineux au FN. Malgré toutes les dé-diabolisations, des homophobes traînent au sein du parti d’extrême-droite. Et parfois, le haineux se révèle…

Pourtant, certains sont prudents. Prenons le candidat FN déclaré aux municipales à Orléans, Monsieur Philippe Lecoq. Celui-ci, au cas où ils doivent communiquer avec les citoyens, préfère protéger son compte Twitter. C’est à dire que vous ne pouvez le suivre spontanément, il doit vous y autoriser. Pour échanger avec le peuple, ce n’est pas très pratique, mais, après tout, nous en avons l’habitude : durant les dernières échéances ils ont réussi à présenter des candidats fantômes qu’on ne croisait pas sur les marchés, et, parfois même, n’apparaissaient pas sur leurs affiches électorales.

Personnellement, je n’ai pas été autorisé à suivre ce monsieur, mais c’était sans compter avec le fait qu’il est possible qu’il existe encore à droite, et dans ses “followers”, des personnes qui puissent être choqués par l’intolérance. Copie d’écran, partage sur Facebook, et le méfait est révélé. C’est ce qu’a fait Thomas Vanson, jeune Pop valeureux.

1003864_10202379502470543_2098539357_n
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Dans cette capture, on y voit un tweet qui se veut humoristique d’un compte parodique “Brave Patrie” :

Faudrait emmener tous les homos jusqu’au bout de la Terre et les pousser dans le vide.

Bon, c’est moyen drôle, certes, mais ce qui est troublant est de constater que ce tweet a été relancé (RT- Retweeté) par le sieur Lecoq.

Second degré ? Mauvaise compréhension de ce second degré ? Nous ne pouvons savoir, puisque ce parti est ambigu sur le sujet et que Philippe Lecoq protège ses tweets. Pouvons-nous en déduire qu’il est homophobe ? Ce serait aller vite en besogne… Mais le doute est permis. A moins que ce monsieur ne s’en explique ?

Alors maintenant que vous avez les deux pieds dedans, et bien chantez, Lecoq.

Allez, faut rentrer chez vous maintenant…

Allez, faut rentrer chez vous maintenant…

Suggéré par un pote FDG (nul n’est parfait, surtout lui, et il me demande de rectifier, il est du PG !), Christophe Gotie sur Facebook, un tweet de @nxxxxxxxxxxx (attention, régalez-vous) :

Délicieux pour les jeunes filles, et les gays en mal d’iconographie toute prête, quatre jeunes éphèbes se grimpent dessus avec des sourires béats de scouts accoquinés. Mais regardez-bien ce qu’ils font ; non il ne décrochent pas un saucisson d’un mat de cocagne, ils accrochent plutôt un petit drapeau aux couleurs pastel (*) de la haine.

Les corps imberbes, la situation, le décor, le grain de la photo, j’hésite… Sommes-nous face à une archive de Jean-Daniel Cadinot retrouvée par hasard, ou un camp de vacances de jeunes allemands en 1936, ou de jeunes soviétiques (choisissez si vous désirez atteindre rapidement le Godwin ou pas).

Résultat : évocation sexuelle évidente, image de jeunes embrigadés.
Résultat : raté.

Vraiment, rangez vos haines, et rentrez chez-vous…