CD Vs Vinyle : une escroquerie industrielle, une obsolescence programmée avant l’heure ou tout autre chose ?

CD Vs Vinyle : une escroquerie industrielle, une obsolescence programmée avant l’heure ou tout autre chose ?

1979,  Sony Corporation et Philips avec la participation de Hitachi, inventent un nouveau support pouvant accueillir de la musique (mais pas que) : le Compact Disc, plus connu sous l’acronyme de CD.

Automne 1982, la technologie est au point, il faut la vendre. Les premières platines sont commercialisées avec un titre de Billy Joel, « 52nd street ».

Lire la suite

Petite expérience de populisme à la FN

Petite expérience de populisme à la FN

Ce matin, France TV Info, qui avaient elle-même partagé l’info qu’elle dénonce, et elle le reconnait, ce qui est appréciable, démentait un mauvais buzz limite raciste qui avait enflammé les non vacanciers de ce mois d’août : non, un père n’a pas laissé sa fille se noyer à Dubaï cet été. Histoire sordide, coutume stupide, divagations racistes, tout était bon pour exciter le twittos en mal d’indignation. Ces mêmes twittos, enfin pour certain-es, qui étaient alors heureux de sauter à pieds joints sur les « merdias » (comme ils disent) qui font mal leur travail.

Lire la suite

Loi sur le renseignement, un blanc-seing liberticide

Loi sur le renseignement, un blanc-seing liberticide

« Plus de sécurité ne doit pas rimer avec moins de libertés », réaffirment les parlementaires, élus, militants écologistes Danièle Auroi, Isabelle Attard, Julien Bayou, Sandrine Bélier, Esther Benbassa, Tewfik Bouzenoune, Cécile Duflot, Pascal Durand, Gregory Gutierez, Jean-Sébastien Herpin, Yannick Jadot, Eva Joly, Gaelle Krikorian, Noël Mamère, Florence Pelissier-Combescure, Sandra Regol, Michèle Rivasi, Sandrine Rousseau et Eva Sas.

Ce texte paru initialement sur Mediapart, est l’adaptation en tribune d’une motion qui sera proposée au vote le samedi 9 mai 2015 lors du Conseil fédéral d’Europe-Ecologie – Les Verts. Cette motion aura pour objet d’affirmer la parole politique du parti. Par ailleurs, il demandera aux Sénatrices et Sénateurs écolos d’amender et de refuser un texte dans l’état actuel des choses. Enfin, cette motion engagera les parlementaires EELV à s’associer à une saisine du Conseil constitutionnel quant à cette loi.

Crédit photo : élégamment autorisé par La Parisienne Libérée

Lire la suite

Le diable s’habille en TAFTA… Oui mais c’est quoi ?

Le diable s’habille en TAFTA… Oui mais c’est quoi ?

On entend souvent parler de l’accord de partenariat de libre-échange transatlantique entre États-Unis, autrement appelé TAFTA ou TTIP, certains savent même que quelques partis comme le Parti Pirate ou Europe Ecologie Les Verts y sont hostiles, mais peu savent ce qui se cache réellement derrière tout ceci.

 

Selon Wikipedia :

La zone de libre-échange transatlantique (Transatlantic Free Trade Area, abrégé TAFTA) ou Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (Transatlantic Trade and Investment Partnership, abrégé TTIP) est un accord commercial et d’investissement en cours de négociation entre l’Union européenne et les États-Unis, envisagé pour 2015.

Si le projet aboutit, il s’agira de la plus importante zone de libre échange de l’Histoire, couvrant plus de 46 % du PIB mondial et même 51,3 % si elle s’étend également à l’ensemble des membres de l’Aléna et à ceux de l’AELE. Ce projet est parfois présenté comme le premier pas vers l’établissement d’une Union transatlantique réalisant l’unité économique du Monde occidental.

De prime abord, si ce traité ne s’arrêtait qu’à cela, une union transatlantique pouvant déboucher vers une union mondiale, un monde sans frontière, donc possiblement pacifié, nous pourrions nous enthousiasmer devant ce rêve utopique que beaucoup attendent : tous citoyens d’une même planête et non pas d’un bout de terre appelé « pays ».

Mais, en fait, l’objet de l’accord n’est pas de baisser les droits de douanes devenus quasi inexistants, mais d’harmoniser les règles et les normes entre les Etats-Unis d’Amérique et l’Union Européenne afin de lever des obstacles au commerce. Nombre de ces « obstacles techniques au commerce » touchent au cœur de la régulation de notre économie et de notre vie quotidienne.

Ils concernent la protection de l’environnement, la santé des travailleurs et des consommateurs, les libertés publiques et les droits humains.

Ainsi, comme l’explique Clarisse Heusquin sur son blog de campagne, les normes, les règlements qui nous protègent (OGM, gaz de Schiste, AOC, Bio, etc) seraient mis à mal par une volonté uniquement dictée par le mercantilisme, le toujours plus. Votre santé, vos libertés contre des dollars.

Comme le rappelle la plaquette éditée par EELV, les enjeux sont :

Un danger pour la démocratie 

La Commission européenne négocie le TAFTA sur la base d’un mandat strictement confidentiel obtenu par les Etats membres. Le Parlement européen ne pourra le rejeter ou l’approuver qu’à la fin des négociations et les citoyens ne sont pas impliqués. L’étude d’impact sur les bénéfices à attendre de l’accord serait biaisée selon beaucoup d’experts.

La transition écologique menacée 

L’agriculture américaine s’appuie sur des méthodes de production très peu contrôlées qui rejettent le principe de précaution et les normes européennes en matière de bien-être animal. Industrialisation de l’agriculture, OGM, boeuf aux hormones, produits chimiques : le TAFTA induira une américanisation de notre alimentation qui est une menace directe pour le développement
durable de l’Europe.

La toute-puissance des multinationales

Le mécanisme d’arbitrage international prévu par le TAFTA permettra aux entreprises d’attaquer une collectivité locale, un Etat ou l’UE en justice si elles considèrent que des décisions remettent en cause leurs bénéfices. L’accord conditionne au bon vouloir des multinationales notre capacité à défendre ou conquérir des choix démocratiques, qu’ils portent sur le droit du travail, l’éducation, l’environnement, les services publics ou la finance.

Les libertés numériques

En 2012, le Parlement européen a rejeté l’Accord Transatlantique Anti-Contrefaçon (ACTA), ce qui a permis de protéger les libertés numériques. Mais le TAFTA pourrait bien réintroduire discrètement certaines mesures permettant aux multinationales d’utiliser les données personnelles à des fins commerciales.

Par le travail de nos euro-député-es écologistes, et plus particulièrement de Sandrine Bélier, très engagée sur ces dossiers, nous avons permis de rejeter ACTA.

TAFTA est du même acabit, si ce n’est pire : aidons à le refuser, votons pour les eurodéputé-es qui sauront nous protéger…

Ainsi en mars 2014, Yannick Jadot, euro-député EELV, a osé interpeller Barrack Obama sur ce sujet :

En savoir plus :

Facebook se meurt, vive Snapchat ! Mais votre ado est toujours un/une vicieux/cieuse

Facebook se meurt, vive Snapchat ! Mais votre ado est toujours un/une vicieux/cieuse

« Les idées, comme les maladies, se propagent de manière infectieuse entre les gens, avant de mourir ».

C’est ainsi que deux étudiants doctorants en ingénierie mécanique et aérospatiale ont estimé que Facebook pourrait perdre 80% de ses utilisateurs d’ici à 2017. Pour arriver à cette conclusion, les deux scientifiques ont étudié le réseau social comme s’il s’agissait d’une maladie infectieuse. Autant dire que ce serait la fin de Facebook, vu leur modèle économique : collecter vos nos données pour les revendre ensuite.

Outre l’exemple de Myspace, cité par les deux étudiants lors de leur étude, ce réseau social numéro un il y a quelques années et quasiment déserté aujourd’hui, malgré un réel fond : rassembler autour des passions musicales, Facebook doit faire face à plusieurs concurrents : Ask.Fm, Instagram (que Facebook a acquis l’année dernière) et surtout Snapchat.

Snapchat, c’est quoi ?

Snapchat est une application de partage de photos et de vidéos disponible sur plates-formes mobiles de type iOS et Android (Windows Phone application officieuse 6Snap) . Elle est conçue et développée par des étudiants de l’université Stanford en Californie.
La particularité de cette application est l’existence d’une limite de temps de visualisation du média envoyé à ses destinataires. Chaque photographie ou vidéo envoyée ne peut être visible par son destinataire que durant une période de temps allant d’une à dix secondes ; le média cesse ensuite d’être disponible à la visualisation et est supprimé des serveurs Snapchat. Cependant, il est assez aisé pour les utilisateurs de faire des captures d’écran.

(Définition donnée par Wikipedia)

Le concept qui séduit les jeunes utilisateurs est bien là : chacun sait que Facebook collecte tout sur votre vie, vos habitudes, alors que Snapchat fait du partage qui semble auto-destructible.

On devine tout (ou presque) de tout le monde en scrutant et analysant sa page Facebook, alors qu’a contrario, Snapchat vous oriente vers des partages limités dans leur durée de vie et pouvant être ciblés vers une ou des personnes. Le petit plus est là : la discrétion.

Car les ados, pré-ados, post-ados et tout ce qui y ressemble (duvet sous le nez, rires idiots et tendance aux <3 <3 XD faciles) l’ont bien compris. Puisque la famille traîne aussi sur Facebook, mais petits secrets ne sont plus à l’abris. Alors allons ailleurs, un ailleurs plus sécurisé. Et ainsi, le pensons-nous, nous serons à l’abri des regards (je vous laisse imaginer ce que partage un ado qui a le pubis qui le démange, je vous laisse envisager toutes les conséquences, je vous laisse enfin analyser le fait que vous l’avez également fait sous d’autres formes lorsque vous étiez ado).

Cela n’a d’ailleurs pas échappé à Facebook (qui flippe un peu sa mère) et qui a tenté de racheter Snapchat en novembre dernier pour la somme rondelette de 3 milliards de Dollars. Mais les inventeurs de l’application ont refusé, préférant faire monter les enchères.

Mais, mes chers ami-es à seins qui poussent et hormones proportionnellement croissantes, vous pensez réellement que vos données s’effacent ? Mais que nenni ! (cherche pas boloss, ça veut dire « non » en ancien français).

Comme l’explique le blog Rezonances, un expert américain a montré qu’une faille dans l’application permet de récupérer l’ensemble des photos reçues par un utilisateur. Les fichiers sont stockés dans un dossier caché de la mémoire du smartphone. Ainsi avec un logiciel avancé, ce chercheur a réussi assez à récupérer les images. Il va même jusqu’à proposer un service destiné aux parents et à la justice pour scruter le téléphone de votre progéniture/mis en examen pour la modique somme de 300 à 600 $ (bah on fait du fric là où il y en a à faire, hein…).

Il faut également se rappeler qu’en janvier, nous apprenions que Snapchat avait été hacké et que les données de ses utilisateurs avaient été volées. Après 10 jours de silence, la société éditrice du petit fantôme présentait enfin ses excuses et mettait en place un système de Captcha sensé mieux protéger l’application.

Sensé, oui, c’est bien ainsi qu’il faut la qualifier : depuis quelques heures, on sait qu’en presque 100 lignes de code et 30mn de travail, cette sécurité peut être cassée.

Donc maintenant, parents et ado : vous êtes prévenus :

  • L’ado n’est pas un ange quand il découvre le sexe, vous le saviez mais appliquez cette constatation à vos chers chérubins innocents qui sont comme les autres.
  • Toi le/la petit-e malin-gne qui partage des coquineries à l’attention de tes ami-es, ça pourrait très facilement se retrouver un jour dans des paluches mal intentionnées.

En attendant, souriez plutôt en regardant cette vidéo, qui nous caricature toutes et tous :

Cliquez pour voir la vidéo
Cliquez pour voir la vidéo
Le vrai visage du dogmatisme : l’UMP

Le vrai visage du dogmatisme : l’UMP

Ce mercredi soir, tempête dans le monde du numérique, la Quadrature du Net hurle au loup : dernier jour pour saisir le Conseil constitutionnel contre la Loi de Programmation Militaire à l’intérieur de laquelle se trouve le fameux Art. 13 : un article très intrusif dans la vie privée des citoyens (en mode NSA mais plus cheap).

Mais tout à coup, bourrasque en pleine tempête : le compte Twitter de la Quadrature envoie le message qui assassine les écolos :

Clipboard01

Le travail de la Quadrature est sur un Framapad, consultable en cliquant ici, et oui, on y voit bien qu’aucun-nes des député-es écolos n’apportent son soutien.

Voilà qui m’a semblé bien bien embêtant, moi qui était heureux de clamer à la Terre entière que nos député-es EELV s’étaient déclaré-es disponibles pour une éventuelle saisine du Conseil constitutionnel comme en témoignait ce communiqué de presse du 11 décembre dernier, consultable ici.

C’est alors qu’un démenti tomba par le Tweeter d’Isabelle Attard (oui oui elle est toujours apparentée écolo…) :

Clipboard02
Quand c’est signé IA, c’est Isabelle Attard elle même qui tweete

Démenti, confirmé par la suite par la Quadrature :

Clipboard05

Nous en sommes bien là : les écolos, mais également les député-es FDG, ont vu leur proposition de collaboration pour porter cette saisine purement et simplement refusée par l’UMP et l’UDI pour la simple raison qu’ils ne sont pas de droite. Vos droits, votre vie privée et votre quiétude ont une limite : le dogmatisme politicard.

Ce qui vaudra d’ailleurs une petite raillerie à Valérie Pécresse par Frédéric Couchet, le fondateur de l’APRIL, alors que celle-ci faisait sa geignarde combattante sur le réseau à l’oiseau bleu :

Clipboard06

C’est alors que je questionnais François de Rugy, le co-Président du groupe parlementaire écolo à l’Assemblée nationale, sa réponse sera notre conclusion, en guise de mise en garde de l’UMP : il faudra vous expliquer mesdames et messieurs.

Clipboard07

La méthode de la rumeur : une tradition à l’extrême-droite

La méthode de la rumeur : une tradition à l’extrême-droite

En 1943, Henri-George Clouzot sortait le film Le Corbeau, narrant comment des notables d’une petite ville de province sont calomniés par des lettres anonymes signées Le corbeau. Des rumeurs visent le docteur Rémi Germain, accusé de pratiques abortives, entre autres. Les choses se gâtent lorsque l’un de ses patients se suicide, une lettre lui ayant révélé qu’il ne survivrait pas à sa maladie. Nous sommes en pleine occupation, et, à la libération, ce film apportera bon nombre d’ennuis à son réalisateur : il avait été suspecté de dénigrer le peuple français.

Le Corbeau est un film dramatique français réalisé par Henri-Georges Clouzot, sorti sur les écrans en 1943.
Le Corbeau est un film dramatique français réalisé par Henri-Georges Clouzot, sorti sur les écrans en 1943.

Lire la suite

La même communication mais sans smartphone…

La même communication mais sans smartphone…

Que serait votre vie sans smartphone selon cette vidéo ? Vision un peu erronée, puisque beaucoup des services ici évoqués sont adaptés au smartphone, parfois créés pour les smartphones et que sans smartphone, on s’en ficherait… Mais c’est drôle.

Source : le Blog du Modérateur

Allez François : même pas cap !

Allez François : même pas cap !

Vous aimez John Le Carré mais vous vous méfiez de la théorie du complot ? Pour vous James Bond est essentiellement de la fiction irréaliste ? Et bien, vous n’avez pas vraiment raison…

PRISM-operation

Avec PRISM, les états-uniens sont plus forts que la fiction, et l’Europe en sera pour l’affliction.

Vous ne savez pas ce qu’est Prism ? Asseyez-vous, et lisons ensemble la définition de Wikipedia :

PRISM, officiellement US-984XN, est un programme de surveillance électronique américain de collecte de renseignements à partir d’Internet et d’autres fournisseurs de services électroniques. Ce programme classé, relevant de la National Security Agency (NSA), prévoit le ciblage de personnes vivant hors des États-Unis. PRISM est supervisé par la United States Foreign Intelligence Surveillance Court (en) (FISC) conformément au Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA).

Edward Snowden, ex-consultant de la NSA, a dénoncé ce programme ; les périodiques The Guardian et The Washington Post ont signalé son existence le 6 juin 2013.

Et puis, ce week-end, Der Spiegel révèle, grâce à des documents de Snowden, que « Prism aurait aussi visé des représentations de l’Union européenne à Washington et à l’ONU, voire à Bruxelles même ! ».

Aussitôt, l’Eurodéputé Daniel Cohn Bendit a appelé à une rupture immédiate des négociations sur le traité de libre-échange transatlantique, tant qu’un accord n’a pas été signé avec les États-Unis sur la protection des données.

Montées de boucliers, cris d’orfraies, indignations, ce lundi toute l’Europe fait sa vierge effarouchée… François Hollande va même jusqu’à déclarer, en visite ce lundi à Lorient : «Nous ne pouvons pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés», «Nous demandons que cela cesse immédiatement».

Alors EELV, parti de gouvernement, n’est-ce pas (..), dit chiche François :

La France doit accorder sans délai l’asile politique  au lanceur d’alerte et défenseur de la liberté, Edward Snowden, qui a dévoilé un système de surveillance généralisé des données personnelles de l’ensemble de la planète par les Etats-Unis.

Europe Écologie les Verts et l’ensemble de ses parlementaires français et européen, demandent solennellement au Président de la République et au gouvernement d’accorder l’asile politique à un homme, qui non seulement a eu le courage de révéler l’existence d’une surveillance illicite, mais a permis d’en connaître l’ampleur qui s’étendait jusqu’aux bureaux de l’Union Européenne aux Nations Unies et à Bruxelles.

Cet asile politique aurait un double fondement :

  • d’une part, il permettrait de rappeler que la France entend protéger tous les lanceurs d’alerte quelque soit leur nationalité, dès lors q’ils constituent une sauvegarde indispensable de la démocratie
  • d’autre part, rappeler qu’au moment où l’UE s’apprête à négocier un accord transatlantique, avec les USA, la France  refuse clairement le diktat américain sur la protection des données et les violations manifestes des libertés publiques fondamentales au nom de sa lutte contre le risque terroriste

Pascal Durand, Secrétaire national
Jean-Philippe MAGNEN, Elise LOWY, Porte-parole

Par ailleurs, les Jeunes Écologistes citent la constitution de 1958, qui rappelle celle de 1946 :

« Tout homme persécuté pour son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République »

Big Brother is your friend…

Big Brother is your friend…

Société orwellienne, surveillances, écoutes, fichages, quel beau scénario pour un blockbuster hollywoodien, ou, tout simplement, quel programme pour une théorie du complot !

Cependant, au delà de la paranoïa collective, des projets de cet acabit sont en route au sein de notre belle union européenne.

Vous avez aimé le projet Echelon, ACTA vous a fait kiffer ? Vous allez a-d-o-r-e-r INDECT !

Une petite vidéo qui vous explique sur un ton plutôt décalé
(attention au second degré !) :