#ALUR : il faut abattre la bête

Comme le montrait Arrêt sur Images en juin, puis dernièrement, il existe une campagne dans les médias visant à démontrer que la loi ALUR (Accès au logement et pour un urbanisme rénové) a abîmé le marché immobilier, et ce bien avant que la loi ne soit mise en application, voire, tout simplement, imaginée.

Mais voilà, il s’avère que nous sommes dans une vraie campagne de dénigrement. Car cette loi ayant été promulguée le 24 mars, la plupart des décrets d’application n’ont pas encore été publiés.

Certes, il y a peu, un décret paraissait, enfin, et nous expliquions avec Léopold Monjoie ce que celui-ci allait apporter au pouvoir d’achat des nouveaux locataires dans un article intitulé #ALUR : ce qui va changer dans votre budget en cas de location immobilière. ALUR devenait ainsi une des rares lois réellement sociales des trois gouvernements dits socialistes.

Mais ne serait-ce que par un effet d’aubaine inversée, ces mesures, même non appliquées, n’ont-elles pas eu une incidence sur le marché ? Il est alors intéressant de s’arrêter sur quelques schémas et courbes que Guillaume Duval, Rédacteur en chef d’Alternative Economique, a fait paraître sur son Facebook.

Guillaume Duval précise : L'activité dans le secteur du bâtiment a encore reculé de 2,3 % en juin dernier par rapport à juin 2013 dans la zone euro. Une baisse due en particulier à un fort recul de 3,4 %dans le secteur du génie civil, étroitement dépendant des investissements publics, sinistrés par les politiques excessives d'austérité budgétaire.
Guillaume Duval déclare : L’activité dans le secteur du bâtiment a encore reculé de 2,3 % en juin dernier par rapport à juin 2013 dans la zone euro. Une baisse due en particulier à un fort recul de 3,4 % dans le secteur du génie civil, étroitement dépendant des investissements publics, sinistrés par les politiques excessives d’austérité budgétaire.

 

Guillaume Duval précise : L'activité recule en effet en France dans cette branche, même si son niveau reste beaucoup plus important que dans les pays les plus en crise Italie, Espagne, Grèce ou encore Portugal. Mais ce recul est général en Europe et plutôt plus marqué ailleurs qu'en France au cours des derniers mois : dans l'Hexagone, il a été de 1,2 points de pourcentage entre juin 2013 et juin 2014 contre 2,3 points dans la zone euro en moyenne, quasiment deux fois plus, selon les chiffres d'Eurostat... Plutôt que l'effet fantasmé d'une loi Alur qui vient à peine d'être adoptée c'est surtout le résultat des politiques d'austérité excessive et des tendances déflationnistes qui étouffent l'investissement des ménages, des entreprises et des Etats....
Guillaume Duval précise : L’activité recule en effet en France dans cette branche, même si son niveau reste beaucoup plus important que dans les pays les plus en crise Italie, Espagne, Grèce ou encore Portugal. Mais ce recul est général en Europe et plutôt plus marqué ailleurs qu’en France au cours des derniers mois : dans l’Hexagone, il a été de 1,2 points de pourcentage entre juin 2013 et juin 2014 contre 2,3 points dans la zone euro en moyenne, quasiment deux fois plus, selon les chiffres d’Eurostat…
Plutôt que l’effet fantasmé d’une loi Alur qui vient à peine d’être adoptée c’est surtout le résultat des politiques d’austérité excessive et des tendances déflationnistes qui étouffent l’investissement des ménages, des entreprises et des Etats….

 

Guillaume Duval ajoute : Les résultats de Cécile Duflot au ministère du logement sont si catastrophiques que, selon le Deloitte Property Index, la France est de loin le pays de l'Union européenne où le plus de logements neufs ont été construits en 2013 par habitant : en moyenne deux fois plus que dans l'Union européenne. Certes c'est très loin d'être suffisant compte tenu du retard accumulé dans le passé mais enfin...
Guillaume Duval ajoute : Les résultats de Cécile Duflot au ministère du logement sont si catastrophiques (ironie) que, selon le Deloitte Property Index, la France est de loin le pays de l’Union européenne où le plus de logements neufs ont été construits en 2013 par habitant : en moyenne deux fois plus que dans l’Union européenne. Certes c’est très loin d’être suffisant compte tenu du retard accumulé dans le passé mais enfin…

Ce que montre ici Duval, ce sont surtout les effets pernicieux de la crise de 2008 et leurs soit-disant solutions de résolutions par des politiques d’austérité.

Dans un dossier paru le 28 Août 2014 de Michaël Hajdenberg et Martine Orange, Mediapart revient également sur le sujet. Point par point, reprenant chaque mesure de la loi ALUR, le journal démontre que nous sommes devant une réelle cabale, une recherche de bouc-émissaire. Ainsi, comme le révèle le Canard Enchaîné, Manuel Valls assure que cette loi ALUR aurait coûté 0,4 à 0,5 point de croissance à la France. La question, alors se pose, de savoir pourquoi il tenait tant que Cécile Duflot entre dans son premier gouvernement.

Et puis il y a le métier de l’immobilier, constitué en fédération, qui relaie jour après jour des attaques contre Cécile Duflot et la loi ALUR, adaptant le discours chaque fois qu’un mensonge est démenti.

Politique revancharde, lobbying pour plus de dérégulation donc plus de spéculation, l’association des deux ? La question est maintenant bien réelle : à qui profite le crime.

Une réflexion sur “ #ALUR : il faut abattre la bête ”

Laisser un commentaire